Là haut sur la montagne, flamant rose et signe blanc

Avis sur Honeymoon

Avatar Théo  Laglisse
Critique publiée par le

Il a pas ce quelque chose d'innovant qu'avait Ultraviolence mais il a l'armature et le rythme solide de Born To Die, doux et lancinant, celui qui laisse couler l'album du début jusqu'à la fin sur un fleuve très rassurant et pourtant si fébrilement pendu à un fil au dessus du vide. Un peu comme la voix de sa chef d'orchestre. D'ailleurs cimer à celui qui a viré toute la couche d'effet vintage moisi qui polluait son précédent album pour laisser vraiment place à sa voix, l'atout majeur de l'album, qui remplace elle-même les (trop) grandes symphonies musicales de ses débuts. Honeymoon, Terrence I love you, God Knows I Tried, Religion, The Blackest Day, 24 et le magnifique bridge de Salvatore, tout est délicat et, même si des fois j'aimerais être sèchement réveillé par la ghetto Lana, à la Off to the races, au lieu de subir les plats réchauffés High By The Beach, Freak et Art Deco, je me dis que rêver doucement haut c'est très bien et c'est surement un bon choix pour une lune de miel.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 241 fois
3 apprécient

Théo Laglisse a ajouté cet album à 1 liste Honeymoon

Autres actions de Théo Laglisse Honeymoon