Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Un putain de bon disque, c'est tout !

Avis sur In Utero

Avatar Monsieur_Scalp
Critique publiée par le

Lors d'une entrevue parue en 1992, Kurt Cobain affirma vouloir enregistrer le successeur du trop écouté, diffusé et vendu Nevermind, avec Steve Albini aux manettes, une référence dans la culture underground nord américaine et avec qui Cobain se prendra la tête plus tard, en rapport au résultat final une fois le troisième album dans les bacs.

In Utero, le disque terminal, rêche et viscéral de Nirvana explose l'aspect propret du précédent. L'œuvre la plus punk du trio de Seattle est là, déposée comme du bout de bidoche en vrac sans aucun affinement ajouté. L'album que voulait Kurt Cobain. Rage et morbidité sonore ! "Milk It" explose littéralement à la gueule. Un des morceaux les plus hardcore du groupe, terrible, puissant, qu'on se repasse, qu'on se ressasse le sourire aux lèvres. "Scentless Apprentice" foudroie sur place, écrase tout sur son passage. "Radio Friendly Unit Shifter" transperce les tympans par des tours de vrilles soniques tandis que "Tourette's" enfonce ce qui peut rester de nous dans le hâchoir à viande ...

Puis Kurt Cobain s'excuse en fin de trajet au travers de "All Apologies", titre final qui sonne comme une étrange prémonition, toujours. Même après ce jour du 5 avril 1994 décisif pour se sauver de ce monde avide de succès et pour sauver ce dernier album afin qu'il reste inviolable aux censures qui lui étaient imposées. Un gâchis, quand on sait que Kurt souhaitait s'aventurer vers des choses musicalement plus expérimentales par la suite.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 320 fois
1 apprécie

Monsieur_Scalp a ajouté cet album à 2 listes In Utero

Autres actions de Monsieur_Scalp In Utero