Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Un magnifique hymne à la nuit

Avis sur In the Nightside Eclipse

Avatar Zoro Astre
Critique publiée par le

J’avoue avoir été très surprise en voyant que personne n’avait publié de critique de cet album (sur ce site, cela va sans dire). Du coup, je me suis dit : pourquoi ne pas essayer ? Et maintenant que je me torture les méninges pour essayer de mettre des mots sur ce que je ressens à l’écoute de ce chef-d’œuvre, je dois avouer ne plus être bien sûre d’avoir eu une si bonne idée. Parce qu’ « In the Nightside Eclipse » n’est pas seulement le premier album d’Emperor, c’est la référence absolue en matière de black metal symphonique, et peut-être même en matière de black metal tout court.

Il faut reconnaître que c’est plutôt intimidant pour une première chronique.

Cela dit, elle invitera peut-être certains d’entre vous à l’écouter, et d’autres à se lancer !

L’album s’ouvre sur l’envoûtant « Into the Infinity of Thoughts » - quel titre splendide! – fascinant morceau de 9 minutes dans lequel des riffs entêtants s’enchevêtrent avec le chant tourmenté d’Ihsahn et ces magnifiques nappes de clavier. Le moment précis où l’introduction atmosphérique se brise en ce fantastique riff, que l’on entendra tout au long du morceau, est définitivement un moment de pure jouissance, et l’on retrouvera une émotion semblable tout au long de ce titre, dont les mélodies captivantes ne cessent de se métamorphoser et nous ensorcellent.

Le reste de l’album est dans la continuité de ce morceau : les compositions sont sombres, puissantes, épiques ; le chant d’Ihsahn est torturé, les guitares délivrent des notes enivrantes, Faust martèle ses fûts avec finesse et brutalité, et les claviers, loin d’adoucir la musique, renforcent l’atmosphère glaciale et mystique de chaque morceau. On est captivé par chacune des mélodies – et il y en a tellement ! – et l’on a le sentiment que chaque changement de rythme a été parfaitement calculé pour arriver au bon moment, de telle sorte que l’ennui ne se fait jamais sentir.

Le caractère cinématographique des musiques est indéniable, tant chacune d’entre elles évoque des images, des paysages, des sensations. « Toward the Pantheon », avec ses nappes de clavier aériennes, en est le parfait exemple.

Je ne m’étendrais pas sur chaque morceau, j’évoquerai juste ce qui est, à mon sens, le point d’orgue de cet album : l'enchaînement des sublimes « I am The black Wizards » et « Inno a Satana », deux morceaux aux mélodies transcendantes qui donnent juste envie de fermer les yeux et de se laisser transporter. Le refrain si mystique de la première est le parfait mariage des éléments précités, et que dire des chœurs absolument sublimes du second ?

Je fais partie des chanceux qui ont pu écouter l’album en live, lors de l’édition 2014 du Hellfest, et je dois dire que c’est à ce moment que j’ai réalisé pourquoi « In the Nighside Eclipse » est si remarquable : cet album est la parfaite conciliation des antagonismes, car de cette sauvagerie à la fois viscérale et maîtrisée, naît une beauté qui transcende tout ce que l’on a pu entendre jusque-là.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1121 fois
21 apprécient

Zoro Astre a ajouté cet album à 2 listes In the Nightside Eclipse

Autres actions de Zoro Astre In the Nightside Eclipse