Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte

Aux frontières du rock et du heavy metal

Avis sur Infestissumam

Avatar NClectic
Critique publiée par le

Que dire sur Ghost , ce groupe qui s'amusait, sur son premier album Opus Eponymous paru en 2010 , à sonner comme Black Sabbath et Blue Oyster Cult tout en ressuscitant un esprit pop bel et bien suédois ? On pouvait alors commencer par honorer leur totale maîtrise du fond comme de la forme : musique facile mais très contagieuse , ajoutée à un aspect visuel iconoclaste, potentiellement rassembleur de hordes impies appelées à la conversion. D'ailleurs, si les (nombreux) admirateurs du groupe seraient sans doute bien incapables de décrire les visages qui se cachent derrière ces corpse paint tout droit sortis de l'esthétique black metal , grand méchant loup des musiques extrêmes , ils lui vouent déjà un culte qui grandit de jour en jour. Preuve à l'appui : leur récente messe noire au Hellfest 2013 a été un triomphe, et des t-shirts floqués du fameux pape bleu à tête de mort sont désormais visibles dans les festivals metal du monde entier.
Il faut dire qu'Infestissumam, dernier opus des fantômes à la gueule décharnée , a contribué au gain de crédibilité de la formation , que beaucoup jugeaient caduque il y a peu en raison d'influences un peu trop voyantes , quoique maîtrisées. D'illustres influences , il y en a encore sur Infestissumam, mais elles sont bien plus nombreuses que sur l'effort précédent et contribuent à dérouter l'auditeur, qui peut d'un instant à l'autre basculer de la quiétude à la folie. Comme le veut le protocole, un bon disque commence par une bonne introduction : ici, la mise en bouche se fait à coup d'antiennes en latin et de grosses guitares heavy. La suite n'est qu'une avalanche de tubes hard rock mi-bienveillants, mi-désespérés ( Per aspera ad inferi , Secular haze...), capables de réunir rockeurs et métalleux sous un même drapeau de félicité morbide. Pierre angulaire de l'album, le morceau Guleh/Zombie Queen se partage en deux atmosphères, passant d'influences pinkfloydiennes à une danse macabre mêlant rock et claviers psychédéliques. La parade monstrueuse continue ensuite, sur fond d'invocations à Lucifer sublimées par la voix magnifique de Papa Emeritus II, mystérieux leader charismatique de cette bande de goules, jusqu'au morceau final, le bien nommé Monstrance clock . Il faut alors repasser le disque plusieurs fois pour se dégager de l'apparente candeur de ces chansons, y trouver non seulement de la beauté, du miel mais aussi beaucoup de venin et de neurasthénie. Cet étrange royaume sonore , tantôt inquiétant , tantôt régénérateur , fait l'effet d'une myriade de fruits légèrement gatés  : gare à la petite moisissure qui sommeille en chacun d'eux , car elle aura raison de votre esprit.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 272 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

NClectic a ajouté cet album à 1 liste Infestissumam

  • Albums
    Illustration Top 10 Albums

    Top 10 Albums

    Avec : The Jester Race, Infestissumam, Apocalyptic Love, NOLA,

Autres actions de NClectic Infestissumam