"Won't you come to comfort me ?"

Avis sur It's a Wonderful Life

Avatar Slowvlaki
Critique publiée par le (modifiée le )

Ecouter It's a wonderful life a forcément aujourd'hui quelque chose de douloureux. Car si les mélodies et la voix de Mark Linkous, belles à faire pleurer un lampadaire, sont plus qu'idéales pour les longues et froides soirées d'hiver à forte tendance mélancolique, on ne peut s'empêcher de penser à la triste fin que connut ce génie du rock indépendant (suicide par balle en mars 2010, trop fatigué par son cerveau malade), à classer dans la même catégorie que Mark Olivier Everett (Eels).

Rien que les deux premiers morceaux de It's a wonderful life (un titre d'autant plus tristement ironique depuis le 7 mars 2010...) suffisent à convaincre de la sensibilité à fleur de peau de Mark Linkous. Dans le morceau éponyme, ouvrant l'album de la plus belle des manières, on imagine facilement les souvenirs brumeux et mélancoliques de l'enfance rien que par la phrase, chantée vers la fin du morceau : "I am the dog that ate your birthday cake". Une phrase d'une simplicité infantile (justement), mais qui se révèle chez moi particulièrement touchante. Dans "More yellow birds" (encore un titre étrange...), on a également droit à un mystérieux "Will my pony recognize my voice in hell ?". Un délire de Mark Linkous sans doute (d'ailleurs il y est beaucoup question d'animaux dans ses paroles, il parle même de singes qui volent dans "Eyepennies"...), mais on est encore une fois touché par cette naïveté infantile propre à l'ensemble de l'oeuvre de Sparklehorse.

"Gold day" assure parfaitement la relève du morceau d'ouverture en restant sur cette douce mélancolie qui évitera toujours tout misérabilisme et qui ne quittera en fait jamais l'album, même si quelques titres y apportent plus d'énergie ("Piano Fire" avec la guitare de PJ Harvey, "King of Nails" et son refrain saturé, le déjanté et très lo-fi "Dog door" avec Tom Waits...). Je crois que ses deux premiers morceaux m'ont tellement marqué qu'ils m'ont par la suite empêché de me concentrer totalement sur la suite de l'album, et d'en ressentir toute l'émotion qui y est contenue.

En réalité, ce qui fait également la force de ce superbe album, c'est le parfait juste milieu entre compositions sensibles, d'une tendresse saisissante, et morceaux plus énergiques, mais toujours subtils (bon ok, "Dog door" est peut-être un peu bourrine dans le genre...).

Un album essentiel à tous les nostalgiques de l'enfance et aux personnes atteintes d'une mélancolie persistante.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 925 fois
27 apprécient

Slowvlaki a ajouté cet album à 2 listes It's a Wonderful Life

Autres actions de Slowvlaki It's a Wonderful Life