Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Storm

Avis sur Lift Your Skinny Fists Like Antennas to Heaven!

Avatar Baptiste Demairé
Critique publiée par le

Cinquième oeuvre de l'incroyable formation Godspeed You! Black Emperor, deuxième album à proprement parler, Lift You Skinny Fists Like Antennas to Heaven a comme réputation d'être un, sinon l'album emblématique du post-rock, genre fourre-tout et hétérogène, "à tendance expérimental", comme on peut le lire sur Wikipédia. Alors, que fait-on, lorsqu'à dix-huit ans, quand on est fan de Pink Floyd et autre Steven Wilson, on tombe dessus, au détour d'une insomnie d'été sans être préparé au genre (exceptées peut-être quelques écoutes furtives du groupe américain Explosions in The Sky) ? Eh bien, on ne fait pas grand chose, en réalité. On est très passif. Au début, on trouve ça intéressant, mais trop vague. Puis on le réécoute le soir suivant, intrigué. On commence à dessiner mentalement les contours d'une oeuvre, qui, finalement, nous a déjà conquis. On finit par acheter le vinyle, on se dit que l'expérience en sera plus intense. Et elle le devient.

C'est de cette manière qu'au bout de quelques semaines (et plusieurs insomnies), cet album jusque-là inconnu au bataillon a considérablement chamboulé mes goûts musicaux. Bien-sûr, il m'a ouvert sur d'autres artistes (à commencer par A Silver Mt. Zion, projet parallèle de certains membres, mais aussi des groupes comme Mono, Sigur Rós, Lonker See, Talk-Talk dans sa période tardive et précurseuse, etc...), mais il a également et surtout permis d'envisager autre chose, alors que mes références, surtout progueuses, commençaient à tourner en rond.

Avec le recul, et avec une plus large connaissance du genre, la claque ne s'est pas dissipée pour autant. Je dirais même qu'elle s'est intensifiée au cours de mes découvertes. Pourtant, je suis devenu plus objectif sur l'album. Je peux, par exemple, lui faire quelques (rares) reproches, comme la façon dont certaines pistes ne contiennent pas réellement de fin, de vraie conclusion. Mais ces reproches sont en réalité très formels et donc superficiels. Concentrons-nous plutôt sur ce qui fait que je considère cet album comme un chef d'oeuvre absolu du post-rock et de la musique en général.

Le son

C'est ce qui, dès la première écoute, différencie GY!BE des autres groupes de post-rock. Le son est à la fois naturel, sauvage, brut, mais totalement propre, et chaque couche musicale est proprement distincte des autres, mettant en relief l'incroyable travail de composition et d'orchestration. Trop souvent, chez d'autres groupes, je trouvais le son trop produit (Hymn to the Immortal Wind de Mono en est un bon exemple) ou au contraire trop brouillon dans sa volonté de paraître naturel. Ici, le dosage est parfait. Cela me permet d'enchaîner sur un second point.

Le rôle des instruments

Des instruments, il y en a. Trompettes, violons, batterie, guitares... Et c'est là que (ré)écouter LYSFLATH est un véritable plaisir. Aucun n'est réellement mis en avant. La musique fonctionne par strates, j'en veux pour preuve cet incroyable crescendo introductif de Storm et qui procède par entrées successives. Avec le travail sur le son que j'ai mentionné, chaque écoute permet de nouvelles découvertes et une meilleure compréhension de l'oeuvre. Si j'ai mentionné ma passivité lors de ma découverte de cet album, il est aujourd’hui celui face auquel je suis le plus attentif.

Le format

Un double album, quatre compositions d'une vingtaine de minutes chacune, et aucun (je dis bien aucun) temps faible. Si mes préférences vont à Storm et Sleep, Static (et son centre totalement fou) et Antennas to Heaven (et son riff qui constitue peut-être mon passage préféré de l'album) arrive juste après, et chacune des pistes fait partie très facilement de ma liste de musiques préférées. En vinyle, on a donc une face pour un titre, ce qui permet d'écouter l'album dans le sens que l'on désire. Cependant, je préfère le passer dans l'ordre. En effet, l'ordre compte beaucoup pour l'ambiance générale et l'évolution des émotions qu'on ressent en écoutant l'album.

L'ambiance

L'album est relativement sombre, voire parfois désespéré. Mais il n'est certainement pas nihiliste. La composante politique de la formation (souvent décrite comme étant majoritairement anarchiste) joue beaucoup, et LYSFLATH est parsemé d'espoir. Pour chaque passage d'une violence pessimiste (l'explosion centrale de Static), un extrait plus lumineux est présent (le second crescendo libérateur de Sleep, ou la luminosité d'Antennas to Heaven). Là où trop d'albums post-rock se contentent d'installer une ambiance à deux doigts de la déprime, cette oeuvre joue avec brio avec plusieurs émotions, toutes fortes et qui se répondent au fur et à mesure qu'elle se joue.

Je pense que c'est surtout ce troisième point qui me fait placer cet album si haut. L'émotion a toujours été au cœur du post-rock, et Lift Your Skinny Fists Like Antennas to Heaven est, pour l'instant, l'album que j'ai écouté qui la manie le mieux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 220 fois
1 apprécie

Baptiste Demairé a ajouté cet album à 3 listes Lift Your Skinny Fists Like Antennas to Heaven!

  • Sondage Albums
    Cover Les meilleurs albums post-rock

    Les meilleurs albums post-rock

    Avec : Lift Your Skinny Fists Like Antennas to Heaven!, Born Into Trouble as the Sparks Fly Upward, F# A# ∞, Those Who Tell the Truth Shall Die, Those Who Tell the Truth Shall Live Forever,

  • Albums
    Pochette Wish You Were Here

    Top 10 Albums

    Mes cent albums préférés, de manière purement subjective. Du prog, du post-rock, du jazz, et un peu d'autres choses. Des albums...

  • Albums
    Pochette Wish You Were Here

    Ma collection de vinyles

    Avec : Wish You Were Here, The Dark Side of the Moon, The Wall, Meddle,

Autres actions de Baptiste Demairé Lift Your Skinny Fists Like Antennas to Heaven!