I was hearing something else

Avis sur Marquee Moon

Avatar Lucid
Critique publiée par le

En 1977, l'East Village à New York rayonne d'énergie, les punks font la fête aux CBGB', c'est le beau temps des Ramones, Johny Thunders, Patti Smith & cie. Au milieu de tout ça, Televesion est un groupe qui a déjà fait son nom dans cette mouvance survoltée. Pourtant à la sortie de leur album, il passe pratiquement inaperçu dans l'horizon américain, alors que de l'autre côté de l'Atlantique, il fait son petit effet. Depuis, l'album est rentré dans le panthéon des disques mythiques (mais si les multiples classements de Rolling Stones, NME et tout le tintamarre), mais il faut revenir à l'époque pour comprendre toute l'influence de l'album.

Car, vous le savez surement, mais les groupes de punks (Ramones en tête) n'étaient pas connus pour leurs compositions recherchées ou leurs jeux incroyables mais plutôt pour leurs énergies dévastatrices. Et c'est là que Tom Verlaine et leurs copains débarquent. Ils inaugurent avec fougue le large mouvement du post-punk, alors que le punk rock rayonne que depuis quelque temps. Le but principal n'est plus de déferler une vague de trois accords saccadés mais de se pencher vers une musique plus élaborée.
Mais ne vous inquiétez pas, Television reste en partie dans cette optique, mais se démarque principalement sur deux points. La démarcation poussée de la basse. Rarement des lignes de basses n'ont été aussi prenantes, elle rythme le tout avec un entrain sans pareil, une joie sans limite.
Mais surtout, l'utilisation magique des deux guitares. Un tel jeu fait pâlir n'importe quel groupe d'indie des années 2000, qui paraissent bien pauvres à la sortie de l'écoute de cet album. C'est bien la première fois qu'un groupe de punk profite autant de toutes les possibilités de l'instrument. Et les deux guitares se répondent sans cesse, s'éloignent pour mieux revenir, les solos sont divins, à la limite de l'atmosphérique (qui n'a pas vibrer sur la longue ballade solitaire de Marquee Moon ?). Le tout enjolivé par la voix cassée de Tom Verlaine et des jolis chœurs qui donnent un charme sans nom à l'ensemble.
Et tout ça donne huit morceaux parfaits, qui s'enchaînent à la perfection, tous aussi bons les uns que les autres, surprenants, et on finit avec un sourire béat sur la longue descente de Torn Curtain. Tellement heureux qu'on relance le disque.

Mais voilà Television sera frappé par la malédiction du premier album : leur deuxième album est un échec critique et commercial. Verlaine ne continuera pas l'aventure et claque la porte. C'est bien dommage, car avec tant de perfections, le groupe aurait pu faire encore maintes merveilles.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1728 fois
61 apprécient

Lucid a ajouté cet album à 5 listes Marquee Moon

Autres actions de Lucid Marquee Moon