Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Le baromètre de votre plongée dans le métal

Avis sur Metallica

Avatar Planet_Smasher
Critique publiée par le

Difficile de pas faire un parallèle entre ma progression dans le doux et délicat monde du métal et cet album.
Commençons il y a dix-h... commençons il y a trop longtemps pour que je puisse le mentionner sans prendre un coup de vieux dans les gencives.
Le Planet_Smasher ado de l'époque écoute surtout du rock. Un peu énervé à la rigueur mais pas plus. Puis des amis me font découvrir cet album. Ce ne sera pas mon seul point d'entrée dans le métal, mais ça fera partie de la dizaine d'incursion que je ferais dans ce monde au cours de cette année de seconde.
Reste que le "black album", à l'époque, je l'adore. Il me parait parfait. Le son est dingue, ample, les riffs sont imparables, ça bouge bien et Nothing Else Matters devient instantanément ma chanson préférée, un souffle devant The Unforgiven.
J'essaie d'écouter d'autres albums du groupes, mais je trouve les précédents trop violents et à part quelques morceaux de ci de là, j'ai vraiment du mal. Et Load et Reload sont bien, mais quand même moins.
Mais à cette époque, navigant en surface du métal, j'adore cet album, qui est un de mes préférés, et probablement mon préféré dans le métal.

Avançons de... la moitié dirons nous. Du heavy, j'ai découvert le prog, le speed, le thrash, l'indus, etc... je commence (très) doucement à titiller les pendants plus extrêmes du genre.
J'ai eu ma période métal sympho, mais elle est passée. Je voue un culte tenace à Master of Puppets. Et au cours de mes aventures en mode aléatoire sur mon lecteur, je retombe sur Enter Sandman. Vache c'est bon quand même. Je me remet l'album, ça doit faire 2 ou 3 ans que je ne l'avais plus écouté, en même temps St Anger m'a pas mal refroidi des 4 horsemen post 1990. Rien à dire Enter Sandman dépote, Sad But True est excellente, The Unforgiven est toujours une solide power ballad, mais Nothing Else Matters me semble... moins formidable que dans mon souvenir. Le reste de l'album est sympa, et quelques morceaux recommencent à tourner dans les écouteurs de mon MP3.
A cette époque, navigant au tuba dans le métal, je trouve cet album franchement bon.

Arrivons à maintenant.
Si on garde le thème de la plongée, j'ai les bouteilles et je n'en sors qu'avec des paliers de décompression. Master of Puppets est toujours un de mes albums fétiches. Load et Reload sont de vieux souvenirs que je n'ai pas trop envie de convoquer. La dernière fois que j'ai tenté, je n'ai même pas été au bout tellement je me faisais chier. pareil S&M m'a affreusement soulé. Et le black album ? Ca fait des années que je ne l'ai plus écouté.
Plus envie.
Me refaire les 3 premiers, ça oui.
Et puis un certain service de streaming musical me renvoie au sein d'un aléatoire Enter Sandman à nouveau.
Merde elle est vraiment bien cette chanson.
Pareil, The Unforgiven repointe son nez. Sad But True aussi.
Je saute le pas et me remet l'album, tout de même un peu inquiet de ce que je vais découvrir. Après tout cet album reste encensé par beaucoup, et détesté par autant d'autres.
Et, après une écoute complète...

Ben bof quoi.

Ah au moins le son est bon.
Pas si ouf que ça quand on compare même à des choses plus anciennes (sérieux, 7th Son of a 7th Son de Maiden a tellement plus de classe dans sa prod), mais pour début 90's c'est du bon.
Et certains morceaux envoient toujours autant.
Mais qu'est ce que c'est policé. Toute aspérité est rabotée pour obtenir un son pas trop méchant. C'est du heavy metal presque produit comme de la pop.
Même la power ballad The Unforgiven est trop "propre". De la part d'un groupe qui a fait Fade to Black, Welcome Home et One ça pique. Et où sont les paroles acides, acerbes et souvent malines des précédents ?
Et pourquoi Of Wolf And Men semble ne jamais vouloir exploser ? On n'est pas encore dans Loudness War des années 2000, mais on en dirait déjà une victime collatérale ! Il n'y a aucune dynamique !
Sérieusement comparez Of Wolf And Men et, au hasard, Battery, ou The Thing That Should Not Be, ou One.
Et enfin qu'est ce que c'est que cette soupe sur Nothing Else Matters ?
On est presque sur du Coldplay (en mieux quand même, je fais de l'hyperbole) là.
Vache je....
je n'arrive plus à l'écouter.
Elle m'énerve.
J'ai adoré cette chanson et là, je ne la supporte juste plus... qu'est il arrivé ?
Oh c'est facile : elle pue le mièvre. Du début à la fin. Et pas le mièvre mignon du groupe qui a envie d'exprimer quelque chose de positif et qui s'en fout d'en faire trop. Non, plutôt le mièvre sirupeux de mauvaise comédie romantique. Quand à la fin il pleut et que le héros est tout triste mais va tout faire pour reconquérir la fille.
Même les morceaux qui voudraient être "énervés", genre Holier Than Thou ou Struggle Within sont rendus accessibles au point de...
non ça va être méchant....
inutilement méchant...
ouais mais c'est le sentiment.
Putain ils sonnent beauf à crever.
C'est pas du Johnny Hallyday non plus (faut pas déconner), mais c'est bas du front. Ce sont des morceaux de petit roquet qui se prend pour un pitbull. Mais merde, Metallica c'était eux qui bouffaient les pitbull la décennie d'avant ! Il y a un vrai cynisme quelque part à produire quelque chose de si aseptisé quand on vient de là d'où ils viennent. Ce n'est pas une révolution, c'est presque un renoncement. Une acceptation froide et cynique qu'on fera plus d'argent comme cela et que l'argent c'est quand même trop bien, surtout quand on en a plein. Et quand ce cynisme finit par s'entendre dans les morceaux, ça gâche durablement l'écoute.

Il reste de bons morceaux quand même là dessus, et globalement le disque est tout sauf mauvais.
Clairement il est largement au dessus de Load, Reload et de cette horreur absolue de St Anger. Meilleur que Death Magnetic aussi.
Mais largement au dessous de tout ce que le groupe avait fait jusque là.

Ca reste une bonne porte d'entrée dans le métal. Après tout pour sortir de la pop, est-ce un mal de commencer par du métal produit "comme de la pop" (guillemets de rigueur) ? Ca laisse dans une sorte de zone de confort. On ne va pas tout exploser en un coup.
Et j'ai trop de souvenirs associés à cet album pour pouvoir le détester.
De toute façon il ne le mérite pas vraiment, pas en tant qu'objet musical. (en tant que précurseur à la chute totale du groupe par la suite jusqu'à la convalescence inespérée de Hardwired...To Self Destruct, là par contre je peux comprendre certains rageux).

Mais à le réécouter maintenant, c'est juste correct.
Décevant pour du Métallica, mais correct en soi-même. Il y a quelques bons morceaux qui lui donnent du corps au moins (Enter Sandman, Sad But True, The unforgiven, Of Wolf And Men, My Friend of Misery).
Alors on va lui mettre une note correcte.
Mais pas terrible non plus, à cause de ce cynisme ambiant (ils auraient sampler les bruits de caisse enregistreuse de Money au début de Nothing Else Matters que ça aurait été un manifeste d'honnêteté).
Au final, j'ai peut êter tout simplement plongé trop loin dans le métal pour respecter cet album qui plastronne être Jacques Mayol dans la pataugeoire d'une piscine municipale.

Je vais donc de ce pas me remettre d'autres albums de heavy que j'ai aussi ressorti à l'occasion et qui eux ont plus pris de la patine que de l'âge (Heaven And Hell, Paranoid, 7th Son of a 7th Son,...), et probablement ne plus écouter ce "Black Album" pendant une nouvelle décennie au moins, à l'exception des quelques morceaux qui m'ont encore accroché l'oreille, de temps en temps.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 138 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Planet_Smasher Metallica