Tu ne trouves pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Tu peux écrire à feedback@senscritique.com pour signaler une fiche manquante.

Marshall Hitchcock, pour vous servir.

Avis sur Music to Be Murdered By

Avatar bengz
Critique publiée par le

Eminem, Marshall Mathers, Slim Shady, peu importe le nom qu'on lui donne, on l'a connu sous toutes ses formes possible. Du rappeur à la langue bien pendue, qui nous raconte son histoire tumultueuse, au rappeur qui nous fait réfléchir aux erreurs de la vie, à l'importance de rester soi-même quoi qu'il arrive, et de tout donner sans écouter l'avis des gens.

Durant plus de 25 ans de carrière, Eminem à marqué à jamais le monde du rap par son originalité et son talent que peu de semblables ont réussi à atteindre. De Infinite en '96, en passant par les 3 intouchables (SSLP, MMLP, TES) et même l'incompris Relapse qui méritera toujours une place dans ses meilleurs albums malgré tout ce que les gens peuvent lui reprocher. Une discographie pareille, beaucoup en rêve.

Mais le temps passe vite, très vite, et c'est déjà 2020 qui sonne à la porte. Deux décennies plus tard, à 47 ans, le white dude de Detroit nous fait-il toujours autant vibrer? La réponse est vite donné, bien évidemment que OUI PUTAIN. Après Revival, on sentait qu'on avait plus grand chose à espérer du bonhomme qui mettait pourtant tout le monde d'accord à l'époque. Les goûts et l'audience changaient et Marshall avait beaucoup de peine à se réinventer. Du moins jusqu'en 2018, où une petite bombe du nom de Kamikaze vient nous réveiller et foutre la panique à pas mal de rappeurs qui dormait paisiblement sur leur matelas incrusté diamant. L'album aura bien évidemment divisé et n'aura pas plu à tout le monde, mais la qualité et le flow étaient indéniablement meilleurs.

17 janvier 2020, rebelote. Après une petite destruction de carrière au passage, le Rap God nous lâche une bombe surprise avec Music To Be Murdered By inspiré de l'univers d'Alfred Hitchcock par son style mais aussi par la cover de l'album de 1958. Jusque-là tout va bien, mais est-ce que le contenu de l'album tient la route? Pour moi c'est plus que OUI!

Mais Attention, si vous êtes partis dans l'optique de retrouver l'ancien Slim Shady, vous pouvez passer votre chemin car là on retrouve Eminem 2.0, que dis-je même Eminem 3.0, car notre cher Marshall n'avait plus atteint un tel niveau depuis MMLP2 et putain ça fait plaisir de pouvoir nous proposer un projet autant solide à un tel âge quand même.

Les sujets abordés, comme la politique des armes aux USA dans Darkness accompagné d'un clip très touchant, ou encore la mort récente de son père à travers une lettre tranchante sur Leaving Heaven. Sans parler de l'incroyable In Too Deep qui ferait presque penser que Kanye y a mis sont petit grain de sel. On retrouve dans cet album des problèmes qui touchent, que ce soit public ou personnel.

La collaboration avec des artistes variés comme Young MA, Juice WRLD (paix à son âme) ou encore Don Toliver fait aussi vraiment plaisir et apporte de la fraîcheur à l'album avec les morceaux Unaccommodating ou encore No Regrets qui est pour ma part le meilleur morceau de l'album. On parlera même pas de Godzilla, une véritable renaissance du Rap God avec ce finish qui nous laisse littéralement sur le cul. Bref, tout ça pour dire qu'Eminem sait s'ouvrir aux nouveaux artistes et pas uniquement leur cracher à la gueule.

Les instru réunissent des noms absolument incroyables comme bien évidemment Dre, Luis Resto, The Alchemist, Dawaun Parker et bien plus encore pour un cocktail explosive de prod qui marche sur quasi tout les morceaux. La renaissance d'Eminem est absolument géniale et fait vraiment vibrer dans tout ces aspects.

Pour conclure, dans l'ensemble l'album reste super positif, un flow plaisant à écouter, des sujets intéressants, une production qui réinvente totalement le style d'Eminem, accompagné d'un groupe de producteurs aux petits oignons. Notre bon vieux rappeur de Detroit reste toujours sous les feux des projecteurs, et même si l'on ne verra plu jamais le Slim Shady qui nous à tous mis sur le cul au début des années 2000, j'ai pris pour ma part un plaisir fou à retrouver Eminem 20 ans plus tard avec des projets qui sont proche du renouveau total, en façonnant un nouveau rappeur qui fait toujours bon usage de sa plume à bientôt 50 ans.

Instead of us being credited for longevity and being able to keep it up for this long at this level,
We get told we'll never be what we were. Bitch, if I was as half as good as I was. I'm still twice as good as you'll ever be.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1133 fois
13 apprécient

bengz a ajouté cet album à 2 listes Music to Be Murdered By

Autres actions de bengz Music to Be Murdered By