Tu ne trouves pas Rien 100 rien de Jul ? C'est normal : nous rencontrons un petit problème avec la base de données Musique. On vous tient au courant.

I can taste your fear

Avis sur Neon Bible

Avatar Lucid
Critique publiée par le

L’éternelle étape du deuxième album. Cet amoncellement de pression, de hype et de tout ce que vous voulez. C’est encore plus dangereux après un premier album époustouflant. Alors oui, dire que Neon Bible était attendu, n’est qu’un doux euphémisme : la réception de Funeral a été facilement une des plus folles des années 2000, les éloges étaient au rendez-vous pour une grande majorité du monde musicale. Qu’en est-il, donc ? Coup de vent ? Réussite haut la main ? Etendons-nous.

La première chose frappante, c’est la mise à plat de leur musique. Fini le brassage, fini les éparpillements, focus sur une idée, une ambiance. Et c’est un album plus sombre qui nous tombe sur les mains. L’optimisme n’est plus vraiment de la partie, au revoir les échappées lyriques de Chassagne, les légèretés des mélodies. On ne rigole plus vraiment. Et c’est vraiment bien. Suite à nombres d’écoutes, on arrive à rentrer dans l’intimité du groupe, dans cet univers étrangement noir. Ce changement s’effectue à travers deux, trois éléments. La multiplication d’instruments pour accentuer le drame, les cuivres viennent donner du relief aux lamentations de Butler, un orgue pour donner un peu de morbide. La solidité de la voix de ce dernier qui prend encore plus de puissance. Et la noirceur des paroles qui ne se cachent plus, donc, derrière des mignonnes petites mélodies, et prennent un ton encore plus sérieux, on y parle de dépression, de religion, de rapport avec notre société. Et de cela s’échappe une poignée de morceaux incroyables. Ocean of Noise, et sa douce montée émotionnelle, très simple, juste une petite amplification des instruments, et cette fin avec les cris de Butler… L’évident single No Cars Go, les cris en chœurs, où l’on retrouve l’esprit de Funeral (morceau qui était présent sur leur ep, ce qui explique peut-être cela). Le titre éponyme, définition parfaite de l’album, cette ambiance mesurée, noire, les murmures, la simplicité au service de la mélancolie. Et Intervention, le meilleur morceau du groupe. Je crois que c’est le plus bel orgue jamais utilisé dans l’histoire de la musique, je ne déconne pas. Et puis tout est parfait, ce xylophone, ces cuivres, cette voix, ces chœurs. Tout l’album est cristallisé en quatre minutes. Le reste est aussi très bien, rassurez-vous, mais loin est le temps de la perfection continue de Funeral.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 587 fois
20 apprécient

Lucid a ajouté cet album à 1 liste Neon Bible

Autres actions de Lucid Neon Bible