Bonne nouvelle ! La réparation de la base de données est en très bonne voie. On vous explique tout sur notre blog.
Pochette Norman Fucking Rockwell!

Norman Fucking Rockwell!

(2019)
12345678910
Quand ?
7.6
  1. 1
  2. 0
  3. 3
  4. 6
  5. 24
  6. 68
  7. 188
  8. 245
  9. 100
  10. 61
  • 696
  • 142
  • 182
  • 28

Liste de morceauxNorman Fucking Rockwell!

1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:08)
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:07)
3.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(9:37)
4.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:38)
5.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:22)
6.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:49)
7.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(5:00)
8.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:48)
9.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(5:05)
10.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(5:49)
Match des critiques
les meilleurs avis
Norman Fucking Rockwell!
VS
Avatar Fêtons_le_cinéma
10
"Le bonheur est un papillon"

Une chose fascine chez Lana Del Rey : sa propension à paraître à chaque fois plus proche, plus accessible pour, en réalité, se donner comme image, comme icône. Elle est tout entière égale à ce papillon qui thématise la piste 13. La voir, tel un géant sorti de King Kong, parcourir une ville sans détruire son architecture traduit à la fois la puissance de la poésie, donc des mots, et l’artificialité de la gloire qu’ils confèrent à leur poétesse dont le gigantisme n’a, finalement, aucun impact...

11 2
Ok j'admets tout !

je sais, je suis super sévère avec cet album, je l'admets volontiers; Déjà sur born to die j'avais écrit cela avec une note plutôt pas mal born to die Ok j'admets elle a une belle voix, pas de soucis, j'admets aussi que les mélodies sont belles, que la musique est jolie et que la production est bonne, j'admets tout ce que vous voulez, j'admets également que les chansons prisent une par une, c'est sympa pourquoi... Lire la critique de Norman Fucking Rockwell!

8 8

PostsNorman Fucking Rockwell!

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur cet album ?

Critiques : avis d'internautes (12)

Norman Fucking Rockwell!
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Lana del Fucking Rey !

« Goddamn, man-child / You fucked me so good that I almost said "I love you" /… / Your poetry's bad and you blame the news… » ("Norman Fucking Rockwell") On peut le dire comme ça : les albums de Lana del Rey sont souvent assez ennuyeux. Trop longs. Dépourvus de mélodies vraiment accrocheuses, capables de retenir notre attention très longtemps. Leur... Lire la critique de Norman Fucking Rockwell!

13
Avatar Eric Pokespagne
8
Eric Pokespagne ·
Tendre prière à la pop culture

Il ne serait pas peu dire que j’attendais cet album de pied ferme. La douce Lana nous a fait patienter pendant presque un an entre la publication du premier single (« Mariners Apartment Complex » en septembre 2018) et la sortie, plusieurs fois repoussée, de « Norman Fucking Rockwell » (NFR). Inspiré par le célèbre peintre américain, connu pour ses... Lire la critique de Norman Fucking Rockwell!

36 6
Avatar Raton
8
Raton ·
La magie Lana del Rey

A une époque où les passages radio sont réglementés à environ 3´, Lana del Rey continue à proposer des formats qui relèvent du court métrage. Son dernier Opus est un petit bijou de poésie, avec des textes forts, des mélodies sublimes dont elle a le secret et une voix qui a gagné en maturité, débarrassée de certains de ses gimmicks vocaux qui ont aussi fait son charme. J’ai écouté cet... Lire la critique de Norman Fucking Rockwell!

4
Avatar FrederiqueFoschiani
10
FrederiqueFoschiani ·
Ce rêve américain déchiqueté

Tout comme l'illustrateur Norman Rockwell, Lana Del Rey continue de sublimer avec nostalgie le rêve américain à travers ce somptueux sixième album. Un rêve aujourd'hui déchu par un monde devenu inquiétant qu'elle explique au travers de ce « fucking » au milieu du titre de l'album. « You don't ever have to be stronger than you really are. When you're lying in my arms and honey » dans... Lire l'avis à propos de Norman Fucking Rockwell!

1
Avatar magicwhip
9
magicwhip ·
Découverte
Une Merveille Sombre et Mélo

Lana Del Rey signe ici son album le plus sombre de sa carrière. Après un excellent "Lust For Life" très pop, elle revient dans ses démons avec Norman Fu**ing Rockwell, un album incroyablement mixte, mélangeant le Rock et le Folk, elle surpasse ses anciennes productions et nous livre ici un Los Angeles des 80's sale et caniculaire. Une Merveille et l'un des albums les plus forts de sa carrière.... Lire la critique de Norman Fucking Rockwell!

6
Avatar WiizShraderDelRey
9
WiizShraderDelRey ·
Toutes les critiques de l'album Norman Fucking Rockwell! (12)