Des nappes de brumes à couper au couteau. Des rues désertes, un matin d’hiver. Et pourtant une chaleur familière enrobe ces plages ambient, réhaussées de superbes mélodies, où synthétiseurs archaïques croisent violoncelle, contrebasse, cuivres et piano. Le voyage de Nothing is still a quelque chose de post apocalyptique. Mais ce serait alors une fin du monde cotonneuse, où douceur et espoir d’une vie meilleure seraient de mise : car l’affection que porte Leon Vynehall à tous ses sons est celle d’une mère caressante et bienveillante.

Créée

le 13 sept. 2018

Modifiée

le 12 juin 2024

Critique lue 198 fois

3 j'aime

François Corda

Écrit par

Critique lue 198 fois

3

Du même critique

Civil War
Francois-Corda
5

Critique de Civil War par François Corda

En interview dans le numéro d’avril de Mad Movies, Alex Garland se réclame d’un cinéma adulte qui ne donnerait pas toutes les clés de compréhension aux spectateurs, à l’instar du récent Anatomie...

le 21 avr. 2024

5 j'aime

Les Chambres rouges
Francois-Corda
4

Les siestes blanches

La salle de procès qui introduit Les Chambres rouges est d'un blanc immaculé et incarne aussi bien l'inoffensivité de son propos que le vide existentiel qui traverse son héroïne Kelly-Anne. On ne...

le 24 janv. 2024

4 j'aime

1

The Telemarketers
Francois-Corda
8

My name is Patrick J. Pespas

Les frères Safdie, producteurs de The Telemarketers, ont trouvé dans Patrick J. Pespas l'alter ego parfait de leurs personnages aussi décalés qu'attachants créés dans leurs longs métrages de fiction...

le 3 nov. 2023

4 j'aime