Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

Avis sur

On the Sunday of Life… par Benoit Baylé

Avatar Benoit Baylé
Critique publiée par le

Une simple galéjade. Voilà ce qu'était le projet Porcupine Tree à ses débuts. En 1987, déjà occupé avec le relatif succès de No-Man, le jeune informaticien Steven Wilson décide de créer un groupe imaginaire en association avec son ami Malcom Stocks. Adorateurs de légendes progressives telles que Pink Floyd ou Yes, ils se lancent dans l'élaboration d'un concept-groupe inspiré de leurs idoles, lui inventant un passé à la fois historique et discographique. D'après ces affabulations, Porcupine Tree serait un obscur duo de personnalités hors du commun, Sir Tarquin Underspoon et Timothy Tadpole-Jones, qui aurait participé à certains grands évènements musicaux lors de la décennie précédente, comme un concert mémorable lors d'un festival reconnu. Pour rendre sa supercherie tangible, Wilson comprend rapidement qu'il doit concevoir de vrais morceaux comme preuves à conserver dans l'esprit déjanté de l'historique du groupe nouvellement créé. Ayant déambulé dans sa jeunesse au sein du milieu néo-prog anglais, il utilise sa connaissance du domaine et ses nombreuses influences psychédéliques et psytrance pour réaliser une cassette intitulée Tarquin's Seaweed Farm. Considérant ces démos suffisament réussies pour être commercialisées, il les envoie à divers magazines spécialisés du monde underground de l'époque. Richard Allen, journaliste au magazine Encyclopedia Psychedelica, responsable du fanzine Freakbeat sur le point de créer son propre label, voit dans ces maquettes une matière nouvelle à travailler. Il propose donc au groupe (alors composé uniquement de Wilson, Stocks ayant abandonné le projet) de participer à un compilation psychédélique avec d'autres formations alternatives. Wilson profite du renouvellement financier en découlant pour produire un nouvel album, qu'il intitulera the Nostalgia Factory. Conquis, le label de Richard Allen, dès lors nommé Delerium, signe son premier artiste : le projet potache devient réalité, Porcupine Tree est désormais plus qu'une simple blague entre amis. L'album On The Sunday Of Life, compilation des deux cassettes Tarquin's Seaweed Farm et the Nostalgia Factory, sort en 1991, pressé à uniquement mille copies.

A cette époque, Porcupine Tree n'est qu'un projet solo : Wilson se voit responsable la totalité du travail de composition de la complitation. N'ayant aucune connaissance technique de la batterie, il a recours à la fameuse boîte à rythme, si employée dans les milieux new-wave des années 80. Il s'agit ici d'un des principaux défauts de ce premier effort : l'absence de batterie se fait cruellement ressentir, créant un vide ôtant toute consistance à la plupart des compositions. En pleine euphorie de création psychédélique, Wilson oublie (ou ignore) que les plus grandes réussites du genre sont redevables à d'immenses parties de batterie. Ozric Tentacles par exemple, dont il s'inspire avec évidence, possède en Marvin Pepler un excellent ambianceur, collant directement avec l'atmosphère spatiale du groupe psychédélico-progressif. La batterie fait farouchement défaut à la production de Wilson, déjà très moyenne dans son ensemble. La boîte à rythme ruine parfois des morceaux au potentiel indéniable : "Jupiter Island" et son chant habité sont immédiatement accrocheurs mais se révèlent vite exempts de tout relief marquant. L'ambiance psychédélique ne prend pas et la boîte à rythme a pour unique don de rendre le tout très amateur. L'autre défaut primordial de la compilation réside dans sa durée excessive qui, sans être rentabilisée par quelques compositions mémorables, ne permet pas son écoute d'une traite. Quelques morceaux se détachent de l'ensemble ("Footprints", "Radioactive Toy"), mais les trop nombreuses interludes instrumentales inintéressantes ne peuvent empêcher l'auditeur de tomber dans l'ennui le plus profond assez rapidement. On The Sunday Of Life est un premier essai tâtonnant et peu consistant, finalement assez mauvais. Nous retiendrons tout de même "Radioactive Toy", la nette préfiguration de ce que sera Porcupine Tree dans sa période Signify / Coma Divine.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 335 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Benoit Baylé On the Sunday of Life…