Fête foraine psychédélique.

Avis sur Oracular Spectacular

Avatar Hypérion
Critique publiée par le

Un immense gargouillis à l'écho démultiplié ouvre l'album suivi d'un arpège de guitare... "Oracular Spectacular" s'ouvre sur son titre phare "Time to pretend" et annonce la couleur pour tout ce qui va suivre : du rock mélodique avec des voix haut perchées chantant en harmonies, des sons électroniques bidouillés, des tempos généralement plutôt lents, plaisants, reposants et entrainants à la fois.

MGMT séduit rapidement les foules avec cet opus pourtant plutôt calibré pour une production indépendante. Ayant découvert MGMT via leur EP "Time to Pretend" en 2005 (qui incluait notamment les titres "Time to Pretend" et "Kids"), quelle ne fut ma surprise de les voir exploser sur le devant de la scène deux ans plus tard ! Grosse machinerie marketing, couvertures magazines, boucles radio, conventions UMP et autres joyeusetés, MGMT est partout.

Rapidement cependant l'ensemble m'agace. Le buzz les transforme en chantres d'une bonne humeur musicale fluorescente... A croire que personne n'écoute les paroles. Car si MGMT distille des mélodies joyeuses quoique toujours teintées de mélancolie et des chants entrainants (qui, je ne sais pas pourquoi me rappellent les Beach boys) , les paroles restent le plus souvent pessimistes et désabusées, à l'image d'une génération qui ne croit plus au système en place mais qui joue le jeu sans chercher à créer une alternative, préférant profiter de l'instant présent en refusant de songer au futur.

Après tout, "Time to pretend" s'ouvre deux couplets pour le moins aigres :

I'm feeling rough, I'm feeling raw, I'm in the prime of my life.
Let's make some music, make some money, find some models for wives.
I'll move to Paris, shoot some heroin, and fuck with the stars.
You man the island and the cocaine and the elegant cars.

This is our decision, to live fast and die young.
We've got the vision, now let's have some fun.
Yeah, it's overwhelming, but what else can we do.
Get jobs in offices, and wake up for the morning commute.

"Kids" n'est guère plus joyeux :

You were a child
Crawling on your knees toward him
Making momma so proud
But your voice is too loud
We like to watch you laughing
Picking insects off of plants
No time to think of consequences

Quant à "Handshake" :

I was a loner
I was just waiting by myself
When you, warped temptress
Rose to bring me happiness and wealth
Black tears, black smile, black credit cards and shoes
You can call all the people you want
But it's you who's being used

Bon, je ne vais toutes les faire, mais c'est à croire que le propos était trop évident pour être perçu. MGMT chante une génération matérialiste qui regrette des racines qu'elle n'a jamais eu, des rêves morts nés, des joies désabusées, des chemins de vie tracés qu'on regrette d'emprunter...

Rien de bien joyeux dans tout cela.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 727 fois
32 apprécient · 1 n'apprécie pas

Hypérion a ajouté cet album à 1 liste Oracular Spectacular

Autres actions de Hypérion Oracular Spectacular