👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Avant toute chose, je tiens à préciser que la note donnée à cet album est une note purement fictive. Il m'est impossible de lui donner une note reflétant précisément mon ressenti. La note de 5 me permet d'indiquer que je suis très partagé pour les raisons qui vont suivre.

Les échos l’avaient prédit, cet album sera l’album du changement et de la surprise, et c’est plutôt réussi. Tout comme Get Lucky, la grande majorité des pistes empruntent de légères sonorités électroniques accompagnées d’une grosse dose de funk, chose assez inhabituelle pour moi qui ne connait pas du tout le genre. Contrairement à la quasi-totalité des gens qui se sont rués sur les leaks comme des charognards, j’ai commandé la version Studio Master de l’album histoire de maximiser les chances d’apprécier l’oeuvre, puis j’ai attendu religieusement la sortie.

La première écoute m’a mis plutôt mal à l’aise, un malaise produit par la surprise d’entendre quelque chose de vraiment inattendu. Un morceau passe, puis un second, un homme parle de sa vie, un homme que je ne connais pas, très étrange. Un autre morceau passe puis arrive Instant Crush, qui porte bien son, coup de coeur instantané. Je continue, puis arrive Get Lucky, qui me rassure, que me permet de me rattraper à quelque chose que je connais déjà et de me sortir de toute cette confusion. Je continue toujours et puis ça s’arrête, l’album est terminé, et je suis paumé.

Les grands fans me diront que les Daft Punk ont toujours aimé la funk et c’est vrai. Il suffit de se remettre les premiers albums et d’écouter attentivement. Human After All avait pourtant laissé supposer que ce penchant pour la funk était révolu, mais non, et là ils frappent vraiment très fort. À l’heure actuelle, je me demande s’il existe un autre groupe ou chanteur ayant les couilles de modifier profondément leurs habitudes comme l’a fait Daft Punk récemment. Pour cette immense audace, je dis « chapeau l’artiste ».

Mais revenons à nos moutons. Je pense que cet album c’est l’album qu’ils rêvaient de faire depuis toujours et qualitativement parlant c’est vraiment du bon travail. C’est le genre de surprise qui donne vraiment envie de s’intéresser au genre d’un peu plus près. J’ai écouté cet album en boucle pendant des jours après la sortie officielle, mais je n’ai jamais réussi à savoir pourquoi je continuais encore et encore. Est-ce que je me le passais en boucle parce que je l’aimais, ou est-ce que j’essayais juste de m’en persuader ? Je me disais « C’est Daft Punk, on peut leur faire confiance, quoiqu’ils fassent ce sera bien fait, il faut juste un peu de temps pour apprécier leur travail ». J’avais tort.

Aujourd’hui je n’ai toujours pas trouvé de réponse à ma question, car quelque chose me gêne. Un groupe ayant posé ses bases et habitué son public à un style peut-il tout changer comme ça parce qu’il le souhaite ? Oui, c’est son oeuvre, il fait ce qu’il veut, mais malheureusement cette fois ce sera sans moi. J’ai beau y mettre toute ma bonne volonté, ma bonne foi, je n’y arrive pas. D’un côté j’aime beaucoup ce que j’entends, c’est frais et bienvenu, mais de l’autre je déteste l’idée de savoir que cet album est le nouveau Daft Punk. C’est une question purement psychologique, car si le duo avait créé un side-project ce serait passé tout seul j’imagine… Je dois être un de ces consommateurs exigeants qui veulent imposer les choses telles qu’ils le désirent, allez savoir.

J’ai réellement ressenti cet album comme une rupture de confiance que j’avais envers le groupe, une énorme frustration, pourtant la BO de Tron m’avait largement rassuré quant au futur du groupe, mais aujourd’hui je ne peux plus en dire autant.
Kazaam
5
Écrit par

il y a 9 ans

38 j'aime

7 commentaires

Random Access Memories
Poirette
9

There is something out there

Le voilà, enfin, après 8 ans d’attente, quelques mois d’appréhension, de doutes et d’espoirs. Le nouvel album de Daft Punk débarque sur terre après une campagne de comm’ éprouvante mais maitrisée...

Lire la critique

il y a 9 ans

69 j'aime

3

Random Access Memories
moumoute
3

Salut, c'est Giorgio Moroder.

Les Daft Punk, j'les aime bien au fond. Avec Discovery, ils ont rendu hommage à mon From Here To Eternity, presque 25 ans après. C'était en 1977, avec Donna Summer, j'avais créé l'érotisme du futur,...

Lire la critique

il y a 9 ans

59 j'aime

9

Random Access Memories
julienetienvre
5

Critique de Random Access Memories par Julien Etvr

Daft punk est né avec de la musique House, a grandi avec la techno et l'électro rock, avant de mourir sur scène avec de la funk. Les scènes s’enchaînent lentement et sans le rythme frénétique et...

Lire la critique

il y a 9 ans

48 j'aime

12

Fantastic Mr. Fox
Kazaam
8

Un film d'animation au poil !

Wes Anderson nous offre ici un film d'animation en stop motion assez frais et plutôt attachant tant dans son esthétique que dans son histoire. Accompagné d'une bande originale assez séduisante, le...

Lire la critique

il y a 12 ans

70 j'aime

5

Random Access Memories
Kazaam
5

L'impasse

Avant toute chose, je tiens à préciser que la note donnée à cet album est une note purement fictive. Il m'est impossible de lui donner une note reflétant précisément mon ressenti. La note de 5 me...

Lire la critique

il y a 9 ans

38 j'aime

7

Eden Lake
Kazaam
8
Eden Lake

Bonne baignade

Le couple le plus heureux de la terre décide de partir camper à la belle étoile dans un endroit magnifique que seul le mari connait, une sorte de surprise car ce dernier prévoit de demander sa belle...

Lire la critique

il y a 12 ans

35 j'aime

5