Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.

There was no preconception of what to do

Avis sur Random Access Memories

Avatar Tavrox
Critique publiée par le

La musique est l'art qui rassemble les foules. Dans un même endroit, un même moment, des gens d'horizons bien différents viennent danser ou être joyeux, pour ça, pour rien, dans des boîtes de nuit, des appartements, des maisons, des rues.

Le partage est bel et bien présent dans cet album, de nombreux musiciens de renom ont collaboré sur celui-ci. Mais ce ne sont pas des simples collaborateurs, qui sont venus jouer un morceau de guitare puis basta. Non, dans chaque morceau avec des featuring, on retrouve une touche différente, comme si Daft Punk s'était laissé influencé, avait donné sa maîtrise de l’électronique pour créer une piste extraordinaire.

Daft Punk a toujours rassemblé beaucoup de monde autour de ses créations, notamment par une recherche perfectionniste de la rythmique. L'éléctro met sur un piédestal ces ondes sonores cadencées selon des goûts, des intuitions. Ils remettent au jour cette recherche du rythme, eux qui m'avaient impressionné avec Da Funk, émoustillé avec Something About Us, fait pleuré avec Veridis Quo.

Lorsque Get Lucky est paru, les critiques se sont soulevées par ci par là et je n'étais pas non plus fan. Je pouvais tout de même reconnaître le perfectionnisme, l'agencement méthodique, la précision divine dans le morceau. Aimer la voix, les samples choisis, c'est une chose. Apprécier la créativité à l'oeuvre, c'en est une autre.

Daft Punk c'est pour moi l'histoire de deux personnes discrètes, qui n'ont suivi personne et ont toujours fait ce qu'ils voulaient. Une journaliste les a récemment critiqué sur leur "Machine marketing", eux les robots qui n'ont jamais montré leur gueules à la télévision, pas fait que des bons albums, été là où on ne les attendait pas. C'est là qu'il faut différencier le marketing qui sert à vendre de la merde des bons artistes qui vont, naturellement, émerger dans la création musicale.

L'album n'est pas entièrement bon, mais certaines musiques font partie pour moi de la panacée de l'éléctronique : Touch, Giorgio by Moroder et Instant Crush. Avec Touch, les Daft reproduisent Bohemian Rhapsody en éléctro, avec Giorgio by Moroder, ils inventent l'interview-music, et avec Instant Crush, ils montrent l'alchimie parfaite de trois artistes, venus de genre différents, pour créer une piste intemporelle.

Once you free your mind about a concept of harmony and music being correct, you can do whatever you want. So nobody told me what to do, and there was no preconception of what to do.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 278 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Tavrox Random Access Memories