👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Reality

2003

693

82

38

6.5
EricDebarnot

Eric BBYoda

+1, car plus j'écoute ce disque, plus je l'aime... Il monte dans mon palmarès des grands albums de Bowie ! Quelle surprise !

il y a 6 ans

4 j'aime

EricDebarnot
7
Eric BBYoda

Critique positive la plus appréciée

La dure réalité...

La dure réalité, c'est que "Reality" est le SEUL album de David Bowie que je n'ai pas acheté, ni même écouté lors de sa sortie. En 2003, rien de tout ça ne me semblait pertinent : à l'époque...

Lire la critique

il y a 6 ans

Muffinman
3
Muffinman

Critique négative la plus appréciée

Médiocre

Ça commence très bien par "New Killer Star" (du pur Bowie). Ça se poursuit par une très bonne réinterprétation de "Pablo Picasso". Et là on y croit. On se dit "C'est reparti pour un tour". Après...

Lire la critique

il y a 7 ans

GuillaumeL666
8
Guillaume L.

Retour à la réalité

Avec Reality, David Bowie revient en arrière et ça fait du bien. Ce n'est vraiment pas péjoratif lorsque je parle de revenir en arrière, c'est juste qu'il délaisse un peu l'aspect expérimental des...

Lire la critique

il y a plus d’un an

dagrey
4
dagrey

Bring me the head of the disco king

Après un "Heathen" pas mal, David Bowie signe un nouvel album qui m'avait personnellement déçu: "Reality", album de musique "mainstream" destiné à un parterre de fans généralistes (j'étais à Bercy...

Lire la critique

il y a 7 ans

MathieuCan
4
MathieuCan

pas bien

Je pensais pas que cela pourrait arriver, et pourtant, voici le pire album que j'ai entendu de DB, pire que 'Hours !, c'est peu dire. Je me suis ennuyé du début à la fin, aucune chanson ne ressort de...

Lire la critique

il y a 8 ans

MacNiaque
4
MacNiaque

Critique de par MacNiaque

Il faut plus que 2 bons titres rock (New killer star et Never get old), un titre très Beatlien mais un peu long (Try some, buy some) et une sympathique balade (Days) pour sauver un album manquant...

Lire la critique

il y a 10 ans