👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C'est quand même triste de sortir un album de 39 minutes au bout de seulement 5 ans de (vraie) carrière et 3 disques. Si encore les 8 petits morceaux qui composent RELAXER étaient tous bons et formaient un tout cohérent, mais c'est même pas le cas.

Commençons par le positif: le deuxième single In Cold Blood, est une tuerie, et d'autant plus appréciable qu'il est l'un des seuls morceaux véritablement rythmés du disque. On y retrouve les enchaînements couplet/refrain/break/crescendo qui avaient fait les belles heures du chef-d'oeuvre An Awesome Wave et notamment l'emblématique Breezeblocks (inévitablement évoqué par les "lalalalala").

Difficile d'en dire autant des deux autres singles: si Adeline fonctionne bien en ballade mélancolique, sorte de délicieux cocktail entre Bloodflood et Warm Foothills, le morceau d'ouverture 3WW est très décevant et carrément pénible sur certaines sonorités (notamment le grinçant "I just want to love you in my own language"). Le changement de couleur provoqué par la variation de tonalité mineur/majeur, que l'on retrouve par ailleurs vaguement sur l'insipide reprise du chef d'oeuvre House of the Rising Sun, exemple parfait du morceau qui semble construire un crescendo mais ne va nulle part, et plus franchement sur le morceau final, Pleader, bien qu'intéressant sur le papier, ne parvient pas à prendre de véritable consistance musicale pour faire vibrer l'auditeur.

L'album en tant que tel laisse une impression brumeuse, un peu floue, et même après six ou sept écoutes des morceaux comme Last Year ne laissent aucune empreinte. Où est passée l'ambitieuse polyvalence d'An Awesome Wave et This Is All Yours, qui tentait d'emmener son auditeur dans des contrées différentes à chaque piste? On repense avec émotion aux Interludes du premier opus, ou même aux deux Intros très réussies. Ici, cinq des huit pistes de la tracklist sont des chansons lentes qui, si elles parviennent parfois à saisir la poésie mélancolique entrevue dans Arrival in Nara, Interlude 3 ou encore Matilda (Adeline, peut-être le début de House of the Rising Sun), elles sont généralement plus proches d'un mélange mal dosé d'épique et de cristallin (3WW, Pleader) ou du simple morceau chiant (Last Year).

RELAXER a le format d'un album-concept mais pas le contenu, et rappelle douloureusement le ratage The King of Limbs (qui avait le mérite d'être bien plus tardif dans la carrière de Radiohead). Le quatuor de Leeds semble avoir peiné en termes d'inspiration pour boucler ce troisième disque, ce qui pourrait expliquer l'incompréhensible présence de l'attentat auditif Hit me like that Snare dans lequel Joe Newman, plus nasillard que jamais, nous informe des intentions du groupe: "Fuck you, I'll do what i wanna do". Ça a le mérite d'être clair.

Raspaillac
5
Écrit par

il y a 5 ans

8 j'aime

3 commentaires

Relaxer
Ruru
9
Relaxer

Critique de Relaxer par Ru. HRCE

Premier constat : ça faisait très longtemps que je n'avais pas eu autant envie de réécouter un album dès la fin de la dernière piste... ça ne s'est produit ni en 2016 ni en 2017 en tout cas. C'est...

Lire la critique

il y a 5 ans

10 j'aime

Relaxer
Raspaillac
5
Relaxer

Détendez-vous

C'est quand même triste de sortir un album de 39 minutes au bout de seulement 5 ans de (vraie) carrière et 3 disques. Si encore les 8 petits morceaux qui composent RELAXER étaient tous bons et...

Lire la critique

il y a 5 ans

8 j'aime

3

Relaxer
PiotrAakoun
10
Relaxer

Réactions à chaud 10

Cela faisait un petit temps que je ne m'étais pas plié à l'exercice des notes en direct, ici c'est avec Eric Pokespagne que je m'y suis attelé : 3WW Très minimaliste comme intro, beau son, j'aime...

Lire la critique

il y a 4 ans

3 j'aime

1

Bagatelles pour un massacre
Raspaillac
3

Arrêtez de le sucer

C'est pas nouveau, Céline pose problème. Pas encore remis du sublime Mort à Crédit, qui porte encore plus loin le style du "langage parlé transposé à l'écrit" du Voyage au bout de la Nuit, il fallait...

Lire la critique

il y a 4 ans

17 j'aime

1

Le Portrait de Dorian Gray
Raspaillac
4

Lost in Translation

Le problème avec Dorian Gray, qui est le même à chaque fois qu'on lit un classique non-français en français, c'est qu'il est impossible de savoir dans quelles proportions la faiblesse du style est...

Lire la critique

il y a 4 ans

14 j'aime

1

Relaxer
Raspaillac
5
Relaxer

Détendez-vous

C'est quand même triste de sortir un album de 39 minutes au bout de seulement 5 ans de (vraie) carrière et 3 disques. Si encore les 8 petits morceaux qui composent RELAXER étaient tous bons et...

Lire la critique

il y a 5 ans

8 j'aime

3