Écouter
Pochette Return to the 36 Chambers: The Dirty Version

Return to the 36 Chambers: The Dirty Version

(1995)
12345678910
Quand ?
7.8
  1. 2
  2. 4
  3. 1
  4. 7
  5. 11
  6. 51
  7. 190
  8. 331
  9. 171
  10. 50
  • 818
  • 71
  • 174
  • 3

Liste de morceauxReturn to the 36 Chambers: The Dirty Version

1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:47)
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(2:50)
3.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:32)
4.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:35)
5.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:14)
6.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:03)
7.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(3:00)
8.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:41)
1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(2:29)
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:23)
Critiques : avis d'internautes (7)
Return to the 36 Chambers: The Dirty Version
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Une oeuvre d'art unique, fulgurante et brutale

Sans faire injure aux autres talentueux membres du Wu-Tang, ODB fut probablement le seul vrai artiste de la bande. Son premier album solo est à l'image de l'enfant terrible du rap : incontrôlable et complètement déjanté, limite inquiétant pour la santé mentale de l'artiste. Visiblement enregistré d'une traite entre deux prises de crack/colle/coke/alcool/meth (rayez la mention inutile), avec ses...

26 3
Avatar krawal
10
·
Brooklyn Asylum

A la sortie d'Enter the Wu-Tang (36 Chambers), le monde du rap n'était sûrement pas prêt pour ce qu'il allait entendre. Sortis du quartier crasseux de Staten Island les neuf shaolins rappeurs tout droit sortis des films de kung fu des '70s ont sorti micros et katanas pour montrer qu'ils n'étaient pas là pour faire de la figuration. Le public rap n'avait sans doute jamais entendu production aussi... Lire l'avis à propos de Return to the 36 Chambers: The Dirty Version

18 10
Avatar Stijl
9
Stijl ·
Russel Jones is going to the zoo.

Un album solo du membre le plus "original" (pour ne pas dire pervers et malsain) du wu-tang, il y avait de quoi penser que la formule ne tiendrait pas la longueur d'un album, d'autant que celui-ci est très long (66 minutes). Si vous n'avez pas aimé Enter The 36 Chambers, ou que vous n'aimez pas le rap et/ou les ambiances glauques, passez votre chemin cette album ne va pas vous... Lire l'avis à propos de Return to the 36 Chambers: The Dirty Version

10 3
Avatar chacha '
10
chacha ' ·
Dirty Wu-tang

De tous les membres des wu-tang présent dans le monument du rap Enter the wu-tang : 36 chambers un se démarque tout particulièrement par son flow plus chanté que rappé et sa personalitée déjantée : Ol' dirty bastard (odb pour les intimes) véritable âme des wu-tang qui sort ici, en 1995 son premier album solo. Et cet album est totalement à l'image de son créateur : génialement déjanté. ODB... Lire l'avis à propos de Return to the 36 Chambers: The Dirty Version

Avatar mc_guts
8
mc_guts ·
Toutes les critiques de l'album Return to the 36 Chambers: The Dirty Version (7)
Vous pourriez également aimer...