Pochette Shikantaza

Critiques de Shikantaza

Album de (2017)

Un savant coktail rap, électro, musique du monde!

L'album débute par de drôles d'incantations qui, petit à petit, dévoilent l'univers ultra sophistiqué du groupe français formé en 2004. Shikantaza, premier titre éponyme, invite à voyager, les sonorités parcourent le monde, de l'électro locale aux chants et tambours d'Asie. Rythmé et percutant, c'est une réussite. On enchaîne avec Liar, un retour aux sources.... Lire l'avis à propos de Shikantaza

7
Avatar mentalo11
7
mentalo11 ·

Sympathique mais sans surprise

Les premières notes du premier titre annoncent la couleur : ça va être un album de Chinese Man, avec leur son immédiatement reconnaissable. D'un côté c'est cool, le groupe a su se forger une identité propre, rien qu'à eux et ça le place sans équivoque loin au dessus des dizaines de groupes interchangeables dont la soupe inonde depuis tant d'années nos oreilles. D'un autre côté, cette première... Lire la critique de Shikantaza

1
Avatar silveda
6
silveda ·

Critique de Shikantaza par habibaelb

Un très bel album ! Surprenant par moment, bourré de curiosités et puis beaucoup de leurs recettes précédentes : du depstep, du grime, des samples incroyables et des voix. La cohérence n'est pas toujours de mise avec un enchaînement de certains morceaux assez détonnant.. Mais je chipote. Ce que je reproche aux autres : le bruit, les superpositions de sonorités, la fusion des genres..... Lire l'avis à propos de Shikantaza

Avatar habibaelb
7
habibaelb ·

Fidélité contre vents et marées

Encore un album tout à fait satisfaisant du groupe, qu'on prend plaisir à écouter et aussi à regarder car les artworks sont, à nouveau, captivants, créatifs, colorés et pleins de références. Cependant, une chose pourrait jouer en la défaveur des Chinois de Paris, comme le titre l'indique : trop de fidélité. En effet, le Chinois fait ce que le Chinois sait faire, il le fait bien, mais pour... Lire la critique de Shikantaza

Avatar MrKan
7
MrKan ·

Critique de Shikantaza par Victor Blutch

A la croisée du ragga ("Blah !"), de la musique orientaliste planante ou du meilleur du rock progressif ("Golden Age"), samplant Jodorowsky et "Cela s'appelle l'aurore" de Bunuel, Chinese Man assoit son album parmi les meilleurs de 2017 ! Lire l'avis à propos de Shikantaza

Avatar Victor Blutch
7
Victor Blutch ·