Ouvrez les bières et prévenez les voisins, il risque d'y avoir (un petit peu) de bruit...

Avis sur The Blackening

Avatar Art-Breaker
Critique publiée par le

Pondre 4 chansons de plus de 8 minutes sur un album de trash-métal, il fallait oser. Et Machine Head s'en sort haut la main et avec les honneurs.
Y'a pas à tortiller 3 plombes du postérieur: le quatuor nous offre avec "The Blackening" un concentré de ce qu'ils savent faire de mieux. Entre les riffs accrocheurs du binôme Flynn/Demmel, des blasts de l'ami McClain, la basse sans concession de Duce et les hurlements d'un Robb Flynn déchaîné, M.H. envoie du lourd.
Sur les déjà cultes "Halo" et "A farewell to arms", la facilité déconcertante que ces quatre lascars ont de mêler parties instrumentales et voix presque veloutée à riffs percutants à grands renforts de double-pédale et de hurlements de Flynn fait passer d'un état de calme presque paisible à bête déchainée en quelques secondes.
Et que dire de la battle de guitares pour un solo de toute beauté sur "Aesthetics of hate", chanson-réponse à l'article d'un journaliste - dont l'Histoire ne retiendra même pas le nom et dont la bienséance me fera taire celui-ci - reléguant le légendaire leader de Pantera Dimebag Darrell comme un "ignorant, barbare et possesseur d'une guitare sans talent"? Un régal auditif. Accompagnés de McClain et Duce qui exécutent un pas-de-2 batterie/basse magistral, les deux guitaristes forcenés vont faire exploser le nombre de réservations chez l'oto-rhino du coin.
"Beautiful Mourning", "Now I lay thee down" et "Slanderous" perpétuent un savoir-faire de chez Machine Head qui tient à en mettre plein les tympans, sans temps morts, la voix de l'ami Robb collant à des textes morcelés avec toujours autant de peps et de rage que ça en deviendrait presque la mise en pratique sur du permanent "hurlement primal" du troyen Bigard qui fait tant de bien.
Deux reprises clôturent cet album dans sa version la plus répandue, "Hallowed be thy Name" d'Iron Maiden et "Battery" de Metallica, deux références du groupe (excusez du peu). Les afficionados de ces deux groupes mythiques vont peut-être restés sur leurs faims, mais on peut quand même accordé à Machine Head d'en donner leur interprétation et pas un simple copier-coller des compos de leurs ainés, et ça, ça fait toute la différence avec un simple hommage.
Bref, à écouter sans modération et à faire découvrir à ceux qui baignent dans l'univers métal, c'est le genre d'album qui se consomment sans modération autour d'une bonne réserve de bières entre potes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 489 fois
4 apprécient · 2 n'apprécient pas

Art-Breaker a ajouté cet album à 1 liste The Blackening

  • Albums
    Illustration Top 10 Albums

    Top 10 Albums

    Avec : Toxicity, Metallica, L'Absolutely meilleur of Renaud, The Blackening,

Autres actions de Art-Breaker The Blackening