👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'ai du mal à comprendre l'engouement pour cet album qui est tout de même dans le top 50 de l'année 2018 selon les membres de SensCritique. Certes, il n'y entre que de justesse (il était autour de la place 45), mais tout de même : pourquoi ? Et surtout, pourquoi ces notes entre 8 et 8.5 pour les morceaux ?!

S'il fallait résumer cet album en une formule, je dirais qu'il s'agit finalement d'une transposition de la structure linéaire et répétitive de la techno sur de la musique metal (oui, je n'ai pas une haute opinion de la techno). Autrement dit, au lieu de passer les mêmes samples de techno en boucle sur une console électronique, on joue des samples de metal en boucle sur une formation orchestrale classique (guitare électrique, batterie, avec ajouts de voix par moments). On a le droit à un rythme lent, avec peu de variations, quelques solos pour sauver le tout bien que relativement insipides dans le contexte, et peu de parties chantées alors qu'elles avaient le potentiel de dynamiser le tout malgré une technique vocale pas très poussée. Le résultat à l'image de sa structure de la musique, linéaire et répétitive, donc ennuyeuse. Et ce ne sont pas les sonorités, toujours identiques, qui vont améliorer la situation. Sonorités de la guitare électrique qui empêchent d'ailleurs d'utiliser ce morceau comme musique d'ambiance, sauf peut-être pour les fans de bruits saturés. Je ne vois vraiment pas dans quel contexte cet album a un intérêt. Si l'idée était d'endormir l'auditeur, comme pourrait le suggérer le nom du groupe, il doit y avoir des mélodies et des sons plus adaptés.

J'ai quand même écouté jusqu'à la fin, pour voir s'il y avait du changement, mais à part quelques parties moins répétitives que la moyenne de l'album, je n'ai pas une grand-chose à me mettre sous la dent. Difficile même de faire la différence entre les différents morceaux, tellement ils se ressemblent tous.

Bref, ce qui est sûr, c'est que ce style de metal n'est pas fait pour moi. Pour conclure sur une note positive et philosophique, la meilleure partie de l'album, c'est peut-être encore sa pochette noire et blanche au thème spatial évoquant les effrayants espaces infinis chers à Pascal.

ChevalierPetaud
4
Écrit par

il y a 3 ans

1 j'aime

The Sciences
Raton
7
The Sciences

Écran de poudre et fumée aux yeux

Sleep n’a pas sorti un album original depuis 19 ans (Dopesmoker, sorti en 2003, étant une réinterprétation de Jerusalem, paru en 1999) et on apprend la veille de sa publication, la sortie de « The...

Lire la critique

il y a 4 ans

4 j'aime

4

The Sciences
bloodyhenry
7
The Sciences

Critique de The Sciences par bloodyhenry

Du Sleep, et pas du plus inspiré. Petite déception, mais c'était tellement inattendu qu'on fera pas la fine bouche !

Lire la critique

il y a 4 ans

1 j'aime

The Sciences
ChevalierPetaud
4
The Sciences

La science de la répétition

J'ai du mal à comprendre l'engouement pour cet album qui est tout de même dans le top 50 de l'année 2018 selon les membres de SensCritique. Certes, il n'y entre que de justesse (il était autour de la...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

Breaking Bad
ChevalierPetaud
8
Breaking Bad

CaSSe VILaIN

AVERTISSEMENT : Pour ceux qui n'ont pas compris, ce n'est pas mon clavier qui a un problème, c'est juste que j'ai écrit cette critique avec seulement les intitulés des éléments dans le tableau...

Lire la critique

il y a 6 ans

10 j'aime

3

T'as vu
ChevalierPetaud
7
T'as vu

pk tan de n

Je comprends que Fatal Bazooka n'ait pas une image très positive : matraquage à la radio, (trop grand) succès auprès des jeunes (prenant généralement le sens des paroles au pied de la lettre),...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

4