Tu ne trouves pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Tu peux écrire à feedback@senscritique.com pour signaler une fiche manquante.

King of the Throne

Avis sur Trône

Avatar Madabkr
Critique publiée par le

Chronique également dispo sur le site : www.universsale.com

Comme vous avez pu le remarquer, ces derniers temps les publicités à la télévision ont beaucoup plus de babioles à nous refourguer. On nous parle même d'un vendredi nwar. Nos rues se sont éclairées de multiples lumières, les paysages sont recouverts d'un épais manteau blanc nous forçant à nous emmitoufler sous six couches de fringues … Pas de doute : « L’hiver vient ».

Et il amène avec lui le 9ème album du nwarement célèbre : Booba. Prévu pour le 15 décembre, le rappeur de Boulogne s'est vu obligé d'avancer la date initiale de son projet : Trône, suite à une fuite à la fin novembre. Nous avons donc pu profiter dès le 1er décembre de ce que l'artiste avait à proposer, deux ans après l'excellent et inattendu « Nero Nemesis ».

Projet dans lequel il « arrête des carrières » avec les bombes : « 92.I Veyron », « Attila », « Génération Assassin » ou encore l'incroyable « 4G ». Il en profite également pour placer ses poulains et membres du 92I sur le devant de la scène à l'image de Benash sur « Validé », Gato ou Damso, qu'on ne présente plus maintenant., sur « Pinocchio » Après de nombreux clashs (JDC, Salside), les sorties des deux bonus track de l'album ; « ELEPHANT » et « DKR » au cours de l'année 2017, et même celle de sa propre marque de whisky « DUC », Booba revient nous faire du sale et impose sa place sur le Trône, comme s'il ne l'avait jamais quittée après 2 ans d'absence, de par sa présence constante sur les réseaux sociaux notamment.

Certains ont cru que B2O finirait par s'éssoufler, mais il n'en est rien.
S'il est depuis si longtemps sur le trône du game français, c'est qu'il a su à chaque fois se réinventer ou apporter quelque chose de nouveau. L'album est certes tout à fait classique sur de nombreux points ; avec de l'égotrip violent et souvent drôle, comme l'entrée en matière « Centurion », « Friday », « Drapeau Noir ».

Devenu une spécialité chez Booba on se délecte de chaque punchline, tellements visuelles, qu'on a directement l'image en tête. Il reste, cependant, innovant avec des morceaux comme « a la folie » ou « Ca va aller » sur de l'afro-trap le forcant à varier les flows et à faire parler sa technique. Toujours dans le turfu, il est conscient des tendances du rap français et s'entoure des artistes majeurs de la nouvelle génération, avec Damso sur l'intense « 113 », et Niska sur « Ca va aller ».

Booba est également classique dans ses propos avec la conscience politique et socialE que ses auditeurs lui connaissent. Bien que ce soit une qualité que ses haters n'ont jamais réussi à cerner, il a néanmoins plusieurs lyrics montrant l'observateur averti qu'il est. Le monde est nwaar et ça le DUC l'a bien compris. Il le démontre donc dans des textes où seuls les plus forts subsistent, à l'image de « Bouyon » ou en dénoncant ceux qui sont prêts à tout pour réussir dans « Magnifique ». Autant de situations qui font mentir ses détracteurs sur la qualité de sa plume.

S'il ne sera jamais un rappeur engagé, il force l'auditeur à prendre du recul et à décrypter son analyse. Au final, il y aura toujours une punchline pour rappeler que Booba peut rapper avec profondeur.

Parmis les sujets qui lui tiennent à cœur il y à biensur celui de l'Afrique dans le diamanté « DKR ». Très certainement le plus grand tube de sa carrière, ce morceau lui à ouvert les portes de la CAN l'hiver dernier et même celles de la programmation de France Inter. On connait les positions de Booba sur la condition de l'homme noir dans le monde et c'est à travers des titres comme « Trône » qu'il le demontre.

Mais ce n'est pas tout ! Dans les textes du DUC il y a du sexe, évidement. Il l'a toujours fait et cet album ne déroge pas à la règle. Toujours évoqué de manière très crue d'ailleurs ! Mais cette fois-çi Booba laisse entrevoir une pointe de lumière dans toute cette noirceur.

Il explique que s'il n'arrive pas à parler de ses relations avec les femmes autrement que par le sexe, c'est parce qu’il ne parvient pas à s’attacher. Privilégiant sa liberté à tout prix, il décrit les relations amoureuse comme un fardeau dans « Ridin » et « A la folie ».

Au bout du compte, la seule qui trouve grâce à ses yeux c'est Luna sa « Petite Fille », pour un morceau rempli de tendresse dans lequel le DUC fait place au papa, laissant parler ses sentiments et montrant même une faille sous sa carapace. Ceci dit, afin d'éviter toute méprise il balance aussi les titres comme « Nougat » et « Terrain » pour des couplets qui gifflent, histoire de rappeler à tout le monde qui est le boss.

Au niveau production, on reste sur la même lignée que les dernières propositions de B2O. Les instrus signées Dany Synthé, Heezy Lee ou encore Twinsmatic sont très épurées voire aériennes. Exceptées les chansons aux sonoritées africaines, les prods ont toujours ce côté très sombre accompagnant un opus globalement dark lui aussi. L'utilisation de l'auto-tune est bien ajustée, permettant à Booba de rester fidèle à ce qui est devenue sa marque de fabrique depuis plusieurs années maintenant. « citation sur 0,9 à insérer ».

Finalement, « Trône » est un projet tout à fait classique.
Booba fait ce qu'il aime faire ; des punchlines sombres, un égotrip tranchant et des prods soigneusement travaillées. Loin d'être une déception, cette album nous laisse tout de même un peu sur notre faim du fait qu'il s'écoute vite (aucun son ne dépasse 4min).

On espère donc, sans trop y croire, que les rumeurs sur un double album se confirment le 15 pour une bataille finale. Même si ce double album n'est qu'une rumeur, on entend aussi dire que des titres inédits seront présents sur la version physique, ce qui permettrait de donner une dimension plus rude et plus dure au CD-Trône. Cette note là n'est donc pas définitive.

En revanche, la seule question qu'on peut se poser. Restera-t-il le « King of the North » Jon Snow, venu pour reconquérir son Trône. Ou se changera-t-il en Barbe Noire, écumant les mers avec ses rat-pis jusqu'à la Bataille Finale.

Chronique également dispo sur le site : www.universsale.com (ainsi que Hamza - 1994 / Slim Lessio - Fruit de Paix/ Niska - Commando / Kekra - VREEL 3 / Vald - Agartha et bien d'autres) Retrouvez également des visus et des playlists exclusives
Rejoins l'armée sur Insta à @univers_sale et sur Facebook : @universssale
en collaboration avec @Athome

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 175 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Madabkr Trône