👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après avoir allègrement pompé Diabologum (et plus précisément Michel Cloup),sur leur EP et leur 1er "album" les faussaires Fauve remettent le couvert, et assènent à nouveau leur vision parisiano-parisienne de la musique "indépendante", se posant une nouvelle fois en rédempteur de la scène rock (sic).
On reste donc dans une manoeuvre - un poil trop évidente - de se poser en chantre de l'indépendance rock française, en se dissimulant derrière une vraie entreprise à faire des sous sur le dos d'un auditoire n'ayant pas les références pour constater le plagiat pur et simple sur la plupart des pistes, et le manque d'inspiration flagrante sur le reste.

Fauve ne change donc pas la formule, ne prend aucun risque, n'assume toujours pas le vide qui remplit leurs compos, et nous infligent à nouveau du sous-Diabologum musical pour la forme, et des textes pauvres et risibles sur le fond. C'est bien gentil de se poser en défenseur du mal-être juvénile, de crier sa détresse dérisoire lorsqu'on porte pour six briques de fringue sur soi, encore faudrait-il avoir un discours à la hauteur. Ce qui n'est pas le cas. Fauve ne parle pour personne d'autre que leur propre nombril bien trop propre, et ne représente rien, si ce n'est une entreprise bien huilée pour piquer le fric de fans qui n'ont jamais connu la "vraie" scène indé française des années 90/2000.

Et pendant ce temps, Jérôme Suzat, Michel Cloup, et les autres vrais vieux de la vieille continuent à pondre des albums sincères et profonds qui se vident les tripes sur chaque piste, dans l'indifférence générale des cretineux sapés en Kooples qui viennent soulager leurs mouilleries desespérées sur ces nappes insipides et ces paroles abyssales de connerie.

Chancres plutôt que chantre, Fauve est une pustule sur la tronche du paysage rock français, et leur ablation devient une urgence évidente.

Je leur souhaite un joli accident de camion tout prochainement : juste retour de karma pour tout le mal qu'ils font.


REMEMBER Nicolas Julliard, lâchement assassiné par pur mercantilisme de ces petits branleurs.
eukaryot
2
Écrit par

il y a 7 ans

2 j'aime

Vieux frères, partie 2
King-Jo
8

Mieux faire ?

Désabusée, la masse des "intellectuels" d'Internet, justiciers du bon goût, clame au scandale devant une nouveauté qui leur échappe. Etre cynique, moralement supérieur à la foule, forcément ce n'est...

Lire la critique

il y a 7 ans

25 j'aime

10

Vieux frères, partie 2
Amomo
2

Quand le lard rencontre la radio...

Considérer Fauve comme une prise de risque artistique est une erreur, tenant plus d'une sombre blague que d'une tentative de justifier la banalité de leur production. Ainsi se retrouve-t-on avec la...

Lire la critique

il y a 7 ans

18 j'aime

3

Vieux frères, partie 2
Guillaume_Genestar
10

Fauve est passé pro

Fauve, c'était ce collectif de gens un peu paumés, qui se sont mis à faire de la musique pour balancer tout ce qu'ils avaient sur le cœur, pour aller mieux ; Une catharsis. Aucune stratégie, Fauve...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

7

’Allelujah! Don’t Bend! Ascend!
eukaryot
9

retour en grande pompe (dans ta gueule.)

Ils sont revenus, quasi sur la pointe des pieds, avec un album qui pourtant n'a rien de discret. Si l'on retrouve immédiatement les sonorités Godspeediennes qui ont re-défini le postrock pendant une...

Lire la critique

il y a 9 ans

41 j'aime

1

Red
eukaryot
10
Red

Critique de Red par eukaryot

Groupe phare du mouvement progressif, né du cerveau un poil boursouflé mais néanmoins torturé du sieur Gilles Fripp, (je vous invite à d'ailleurs écouter The Cheerful Insanity of Giles, Giles and...

Lire la critique

il y a 10 ans

36 j'aime

8

Souls at Zero
eukaryot
9

Critique de Souls at Zero par eukaryot

Des fois, c'est pas facile d'être chroniqueur. Sisi. Ce n'est pas toujours une question d'écouter de la musique qui tue tout en s'enfilant de la coke et des putes russes mineures et lascives. Des...

Lire la critique

il y a 10 ans

17 j'aime

2