Real-Life Superheroes

Avis sur Wish You Were Here

Avatar McWooze
Critique publiée par le

Pink Floyd… Qu’est-ce Pink Floyd ?
Un simple groupe des années 70 ?
Quelques tarés qui fumaient un peu trop ?
« Oh je connais ! C’est la chanson, euh… où t’as les enfants qui chantent, et ça parle de mur ! T’as vu j’écoute de la bonne musique ! »

Pink Floyd, ce n’est pas un groupe, déjà. C’est cinq personnages légendaires, qui ont décidé de se joindre pour former la ligue des justiciers (1965 - +∞)
Cette ligue est formée des superhéros suivants :

-Nick Mason, reconnu pour ses capacités surhumaines de batteur,

-Syd Barrett, a malheureusement été exclu de la ligue, après usage de substances illicites,

-Richard Wright, super-claviériste légendaire de légende, connu pour ses légendaires capacités au … clavier !

-L’irremplaçable Roger Waters, bassiste de qualité légendaire, qualifié de Dieu par toutes les personnes ayant un soupçon de sens sur cette planète

-David Gilmour, the last but not the least, chanteur-guitariste de légende, connu pour ses légendaires capacités de compositeurs, et ses solos légendaires ! (14e meilleur guitariste de tous les temps, selon le Rolling Stone)

Donc, 5 légendes décident de former les Pink Floyd.
Leurs premières missions, constituées par, entre autre, The Piper At The Gates Of Dawn, ou Ummagumma, sont de type Expérimentation psychédélique. Et ils excellent dans ce genre.

Mais ce n’est pas assez.

En 1973, une de leurs plus grandes missions, The Dark Side Of The Moon. Succés total, victoire complète des Pink Floyd (actuellement réduits à 4 membres), terrassant tous leurs ennemis (3éme mission la plus vendue au monde).

Mais ce n’est pas assez.

C’est en 1975 que les Pink Floyd réussirent LA mission, après 8 victoires imposantes.
LA mission, c’est Wish You Were Here.

Cette quête se déroule en 5 parties, que je vais décrire avec précision.

La première étant Shine On You Crazy Diamond
La mission commence doucement… et s’accentue en difficulté au fil du temps. Son but est de donner à toute personne une confiance en soi, car tout le monde est Crazy Diamond.
Malheureusement, le hashtag n’était pas assez reconnu pour que le #JeSuisCrazyDiamond soit diffusé…. Malheureusement, cette mission étant trop longue, ils décident de la terminer plus tard.

La deuxième partie se nomme Welcome To The Machine…. Dont l’ambiance est plus sombre, plus chaotique.
Les Pink Floyd ont décidé d’investir dans des armes de pointes, pour cette quête contre l’industrialisation de la musique, dont un synthétiseur de grande qualité, afin de placer quelques figures de styles musicales.

Ensuite, il était temps de faire une pause-cigare, assez courte, mais non moins épatante.
En effet, pendant que les Pink Floyd étaient en train de Have A Cigar avec leurs instruments, c’est Roy Harper, fameux super-héros qui a collaboré avec la ligue Led Zeppelin, qui prend les commandes et décide de chanter.

L’avant dernière partie de leur mission se nomme Wish You Were Here, qui a donné son nom à la quête principale. C’est l’instant nostalgique de la mission. Syd Barrett, ancien justicier de la ligue, malheureusement exclu, manque aux Pink Floyd. Ils montrent leurs regrets avec ce bijou rempli d’émotions, et de paroles profondément recherchées.

Et enfin, pour clôturer leur mission, ils décident de continuer, et de finir, la première partie de celle-ci.
C’est en finissant cette mission qu’ils réalisent leur plus long et ambitieux titre… la quête du Crazy Diamond étant terminée, les Pink Floyd ont le droit à un repos, bien mérité.

Cet album est, selon moi, le summum de la perfection, le bijou à 12 millions de carats, possédé par le Rock. C’est 45 minutes où nos cinq sens batifolent, et où notre cœur atteint l’apogée des sentiments humains. L’album le plus abouti d’un des plus grands groupes de tous les temps, le reflet d’un travail et d’une imagination sans pareille.

Technique ? Oui, mais pas que. La technique ici n’est pas qu’au sein de leurs morceaux. Elle est dans le crâne de chaque membre, qui ont contribué, non pas à la création du Rock Progressif (cet honneur revient à King Crimson), mais a la création du Rock Progressif, version Pink Floyd, ajoutant une atmosphère unique à chacun de leurs albums.

Donc Zaz, Maître Gims ou autre connerie humaine du XIXéme siècle, remontez vos pantalons, prenez l’argent de tous les pigeons qui vous suivent, achetez du Pink Floyd. Lorsque vous arriverez à ce point de virtuosité, vous pourrez être enfin considérés comme des musiciens. Bonne chance.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1069 fois
38 apprécient · 3 n'apprécient pas

McWooze a ajouté cet album à 8 listes Wish You Were Here

Autres actions de McWooze Wish You Were Here