Tu ne trouves pas Rien 100 rien de Jul ? C'est normal : nous rencontrons un petit problème avec la base de données Musique. On vous tient au courant.

Avis sur

Zooropa

Avatar FlyingMan
Critique publiée par le

Début 90s, U2 s'est déridé et cela a fonctionné. Achtung Baby est une masterpiece critique qui a talonné les ventes de Joshua Tree. La réussite fut totale ! La tournée qui l'accompagnait, Zoo TV, a suivit le même chemin. Explosion technologique et de clichés pour une grand messe du rock'n'roll. Le public en redemande. U2 prolonge la tournée en 1993 à l'attaque des stades européens et profite du break hivernal pour enregistrer de nouvelles chansons. Ce qui devait être qu'un EP de 4 nouveaux titres va se transformer en un tout nouvel album que personne, même pas eux, n'a vu venir !

Excité par l'année 1992 que le groupe définit encore aujourd'hui comme la plus excitante et amusante de leur carrière, boosté par la réussite, une confiance en eux totale comme ils n'ont jamais eu, U2 se lance dans une fameuse entreprise. Si Achtung Baby a été crée lentement en se cherchant, Zooropa fut crée dans une marmite d'idées folles. Les membres de U2 n'ont jamais été aussi optimiste et motivé, à tel point qu'ils finaliseront l'album dans les premières dates de la tournée de 93. Le concert à peine terminé qu'ils sautaient dans un avion, direction Dublin. A n'en plus dormir. U2 a un train de vie de rock star, la frontière entre le personnage de The Fly et Bono est de plus en plus mince. Certains se tapent groupies voire mannequins, se mettent le nez dans la poudre, où font la fête toute la nuit à ne plus savoir jouer le lendemain (souvent de la part d'un seul et même homme). Zooropa est le point de non retour d'une soirée trop arrosée. Les limites sont repoussées. Si les remix d'Achtung Baby faisaient entrer U2 enfin dans les boites de nuits, cette fois-ci ils comptent que ce soit carrément avec leurs morceaux originaux. Si Joshua Tree mettait en parallèle le bon et la mauvaise Amérique, place à l'Europe avec Zooropa. Cette Europe se gargarisant de son futur marché et monnaie unique, mais laissant une guerre sanglante se dérouler en Bosnie.

Ainsi le rock se mélange à la dance, posée dessus, les paroles d'un Bono plus cynique que jamais. Le titre éponyme en ouverture est le Where The Streets Have No Name des 90s. L'introduction est ici électronique et les plus grands slogans publicitaires sont balancés à la tronche: Vorsprung durch technik , Eat To Get Slimmer,... Titre gigantesque, leur meilleur titre d'ouverture !
U2 joue la carte de l'audace que ce soit ce Numb métallique et criard avec un Edge rappant et un Bono en diva, ou encore ce Lemon, qui même si un peu trop long, représente le mieux l'aventure Zooropa ! U2 ne s'est jamais autant fait plaisir et ca s'entend !

Les irlandais restent forcément plus classique musicalement lorsqu'on aborde les titres plus tristes. Que ce soit Stay, chute d'Achtung Baby, prévu à la base pour le grand Sinatra, ou sur The First Time. Leurs paroles n'en restent pas moins des bijoux d'écritures.

Tout n'est pas rose cependant, on regrette le bon mais pas renversant Babyface, morceau presque pop, et surtout Some Days Are Better Than Others, seul morceau que je zappe, et ce, depuis l'album The Unforgettable Fire ! Dirty Day également n'est pas terminé dû à l'urgence de l'enregistrement, et ce à grand regret vu la version bien plus aboutie en concert qui la faisait directement concurrencer sans rougir, avec le grand Bullet The Blue Sky ! Rien que ca !

Introduit sur fond de l'hymne favoris de Lenine, Daddy's Gonna Paid For Your Crashed Car est un véritable espace de jeu pour Bono qui se transforme en un alter-ego décadent, MacPhisto. L'album se termine sur The Wanderer où Bono se paie le luxe d'inviter rien de moins que Johnny Cash sur un instrumental électronique. Peut-on faire plus déluré? Une juxtaposition improbable mais qui fonctionne à merveille. L'album n'aurait pu mieux se conclure. Une alarme résonne, comme si on sortait d'un rêve merveilleux...

Zooropa est leur album le plus expérimental. Bien plus que le précédent et le suivant. Il gagnera d'ailleurs le Grammy de l'année dans la catégorie meilleur album alternatif ! Ca veut tout dire ! Il n'est pas parfait, l'urgence n'a pas toujours du bon, mais j'aime les choses osées, subtiles, improvisées... Pas de tubes et alors? U2 a essayé avec Zooropa de pousser le bouchon encore plus loin. Et même s'ils ont perdu quelques fans aux passages, U2 a prouvé leur capacité à se réinventer, se mettre en danger et à créer en un temps record ! A l'âge du Christ, U2 fait de Zooropa le petit frère d'Achtung Baby, concluant cette période des débuts 90, comme étant leur résurrection. Une période de renaissance, de réincarnation, de réinvention... Bref, la plus grande, la plus excitante et la plus passionnante de leur carrière !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1042 fois
9 apprécient

FlyingMan a ajouté cet album à 2 listes Zooropa

Autres actions de FlyingMan Zooropa