Avis sur

20th Century Boys par Rohagus

Avatar Rohagus
Critique publiée par le

J'ai étalé la lecture de cette série sur plusieurs années, étant tout d'abord assez accroché par les 6 premiers tomes, puis réconforté par les 5 suivants, mais ayant vu mon intérêt s'écrouler avec la lecture des 11 derniers tomes.

Il faut avouer que l'histoire est originale. Il y a un peu du "Ça" de Stephen King au départ avec ces réminiscences de souvenirs de cette bande de jeunes amis qui mènent à comprendre ce qu'il se passe au temps "présent". Puis il y a aussi un peu d'autres films "d'horreur" avec ces membres de sectes complètement lavés du cerveau et qui peu à peu prennent toutes les rênes du pouvoir.
Les personnages sont sympas et relativement attachants. Et oui, au long de la lecture, on se demande souvent "mais qui est Ami ?", est-ce lui, ou plutôt lui, ou alors lui, car l'auteur nous fait croire sans arrêt que c'est l'un des membres de l'entourage du héros avant de réfuter ces hypothèses.
La touche de SF et de fantastique rend encore plus accrocheuse l'intrigue et ses multiples mystères. Quoiqu'elle soit au début doucement distillée, je trouve ceci dit qu'elle perd en impact quand elle devient plus concrète au moment où l'auteur surprend le lecteur par un bond de 15 ans dans le futur puis de 3 ans encore amenant la fin du récit dans un décor de 2018 post-apocalyptique.

Bref, on n'arrête pas de se poser des questions dans cette BD. C'est le but de l'auteur : amener le lecteur à vouloir lire la suite avec avidité pour en découvrir encore un peu plus et essayer de comprendre... Et c'est ça qui fait la force de cette série et qui a accroché beaucoup de lecteurs. D'autant que l'auteur ne s'impose pas de limite et bouleverse souvent la donne même si certains rebondissements paraissent un peu téléphonés.

Malheureusement, à la longue, j'ai décroché. L'accumulation de personnages, de sous-intrigues, de sous-mystères, de flash-back a commencé à se faire lourde une fois passée la moitié de la série. L'auteur en a fait trop et semble surtout avoir cherché à noyer le poisson. Si tout finit par tenir plus ou moins la route, il apparait que beaucoup d'éléments sont franchement dispensables et allourdissent inutilement la complexité de l'intrigue. Certains d'entre eux sont en outre cousus de fil blanc et trop faciles comme ce qui entoure Kenji sur la fin de la série.
Bref, à partir du tome 14 à peu près, j'ai commencé à être un peu déçu de ma lecture, puis à m'en distancier franchement aux alentours du tome 18. Et c'est sur les tomes 21 et 22 que s'est faite encore plus ressentir le sentiment d'accumulation qui m'avait agacé au préalable quand l'auteur recolle dans un empilage hétéroclite un peu de tout ce qu'il avait mis en scène au préalable en prévision de la grande scène finale... grande scène finale qui ne viendra pas pour cette série !
Car quelle drôle d'idée d'avoir soudainement coupé la série avant la fin et renvoyé celle-ci dans un dyptique nommé différemment, 21st Century Boys. Idée marketing douteuse ? C'est un choix peu convaincant en tout cas.

En élaguant franchement son intrigue et en n'en gardant que l'essentiel, Naoki Urasawa aurait pu produire un chef-d'oeuvre avec ce scénario original et sa manière d'entretenir et d'accentuer le mystère. Hélas, il a allourdi cette oeuvre par une surabondance de sous-intrigues et de faux mystères associés à quelques facilités scénaristiques qui ont réduit le bel intérêt que j'avais au départ pour cette série.
Elle vaut malgré tout la lecture par la présence de nombreuses idées excellentes et de passages assez forts.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 372 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Rohagus 20th Century Boys