Avis sur

À Couteaux tirés - Scalped, tome 9

Avatar aaapoumbapoum
Critique publiée par le

J’ai bien essayé de le faire durer celui-là, sachant que le tome 10, à sortir en février, serait le dernier de ce magnifique feuilleton. Aussi je me suis souvent arrêté, à la fin de chaque chapitre, je prenais le journal, j’allais jouer aux petites voitures, mais rien à faire, j’ai fini par le terminer. Excellent, sauf un chapitre assez inutile en début de recueil, correspondant au n°50 des fascicules originaux. Quand ils arrivent au 50e numéro, les étatsuniens se sentent obligés de fêter ça, alors ils invitent tout un tas d’artistes extérieurs à venir célébrer leur durabilité. Si la première partie de cet épisode 50, avec ses détails parfaitement horrifiques sur la technique du scalpage est très bien, si le choix d’Igor Kordey comme partenaire est assez naturel, les pleines pages signées par d’autres artistes (dont Jordi Bernet et Steve Dillon) sont assez inutiles. Mais cessons de pleurnicher pour quelques planches : eussions nous attendu un long mois comme les lecteurs initiaux pour avoir la suite, que la grogne eût été justifiée, mais nous avons eu bien des pages pour être, non pas satisfaits, mais transportés avec bonheur et angoisse. Un tome extrêment dense en rebondissements et action. Trahisons, revirements, surprises… Le rythme s’accélère dans la réserve Lakota de Prairie Rose (!) et cette magistrale série approche de sa conclusion, qu’on présume noire tant tout ce qui nous a été donné de traverser était loin du Village dans les nuages. À mon avis cette série est ce que les États-Unis ont produit de mieux, avec Locke & Key, depuis une décennie.

Vlad Bapoum

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 145 fois
1 apprécie

Autres actions de aaapoumbapoum À Couteaux tirés - Scalped, tome 9