À qui rira le dernier

Avis sur Akira

Avatar Japonirisme
Critique publiée par le

Manga paru dans le Young Magazine (Ghost in the shell, Chobits, xxxHolic, Initial D, ...) de 1982 à 1990, Akira est un manga Seinen de Katsuhiro Otomo. 14 tomes sont sortis en volumes reliés, et 6 lors des éditions noir et blanc/prestige. Étant considéré comme LE manga Seinen ultra connu de référence (avec top 1 dans le classement Seinen, top 1 dans le classement bd SF et j'en passe), il fallait bien que je le lise un jour ou l'autre.

C'est après la troisième guerre mondiale, après que les pays se soient reconstruits et après que la paix règne de nouveau dans le monde que commence Akira. L'histoire prend place dans le futur (bon je crois il est indiqué au début l'année 2020), dans la ville de Neo-Tokyo, ville flamboyant neuve, dans laquelle on va poursuivre les aventures d'un groupe de délinquants qui se voient embarquer du jour au lendemain dans des événements les dépassant.

Je ne vais pas passer par quatre chemins, le début est excellent. Le monde post-apocalyptique proposé nous place directement dans un futur sombre et violent, au beau milieu des banlieues. C'est Neo-Tokyo. Ou plutôt, ce sont les jeunes de Neo-Tokyo, ces délinquants, qui ne pensent qu'à enfreindre la loi et se faire poursuivre par la police, mais qui en même temps veulent profiter un max de leur jeunesse. Faire des courses de motos dans des endroits interdits, dormir en cours, se foutre du professeur ou encore se droguer à fond et mettre enceinte quelqu'un sans même s'en soucier, ces jeunes ne manquent pas de courage, et sont toujours à la recherche de plus d'adrénaline et d'action.
Il est sympa, ce début. Du moins nostalgique. Le futur se veut crédible, on nous présente un mythe (3ème guerre mondiale) et on construit son univers autour. Les pays renaissent de leurs cendres, les villes se rebattisent, l'ordre commence à se rétablir, mais la loi ne règne pas partout, sans pour autant que cela vire à l'anarchie.

Arrive l'élément déclencheur, où lors d'un malheureux accident de motos, Tetsuo est envoyé à l'hôpital. S'engendre une série d'événements aussi improbables qu'imprévisibles ; quelle est la cause de l'accident ? Qui sont ces vieux enfants ? Quels sont ces pouvoirs qu'ils possèdent ? Qu'est-ce qu'Akira ? De nombreux mystères se rassemblent autour d'un groupe de délinquants qui se voient contre leur gré pris dans des situations les dépassant totalement. Les affaires d'état viennent se mêler, l'armée intervient et s'agite pour des raisons inconnues, et le pays se voit mouvementé en l'espace de quelques jours.

On y met du rythme. Et pas qu'un peu. L'histoire commence à peine que les situations compliquées s'enchaînent sans même que nous ayons le temps de souffler. Aucun moment de répit, aucune pause, on est toujours pris dans le cour de l'action, à suivre la folle aventure des personnages, à essayer de découvrir ce qui se trame. On fait la connaissance de nouvelles personnes, on s'allie momentanément au cœur de rafales de mitraillettes, on trompe et on espionne, on détruit surtout beaucoup de maisons, mais on se soutient pour arriver à ses fins. Les énigmes présentent se résolvent petit à petit, d'autres interviennent, et lorsqu'on finit par arracher un morceau de vérité, on se rend compte qu'on est encore loin de tout savoir.

Oui, il est très sympa ce début. On est rapidement pris de court par le rythme, l'ambiance, les mystères et l'univers, les personnages... ça se lit tout seul.

Arrive l'ellipse. Un trou de quelques années dans l'histoire. En vrai ça commence bien, on change encore de société, on nous présente de nouveaux décors, mais... il y a quelque chose qui ne va pas. Et petit à petit, on se rend compte qu'il y a une différence avec le début. Tout à coup, c'est moins bien. On ralentit de plus en plus, on brise le rythme du début, et on en vient à se demander pourquoi un personnage agit de cette façon, ou quand est-ce que quelque chose va se passer. C'est plus la même chose, le manga devient beaucoup plus lourd, plus lent, plus pesant. Il n'y a plus la même pression, la même hype de lire la suite ; on commence à s'ennuyer.
En plus, les rapports entre personnages et contexte est plutôt mauvais, on veut essayer de continuer l'histoire avec les mêmes personnages que le début mais... ça ne passe pas. Le rapport de force est totalement ignoré, les personnages devraient être incapables de faire quoi que ce soit, ou même d'avoir une quelconque influence dans l'histoire. Comment battre Tetsuo ? L'idée n'est même pas envisageable. Donc au final on a l'impression que la moitié des événements n'a aucune importance, puisqu'on se dit que c'est inutile comme tout ce que vont entreprendre les personnages va forcément rater. On commence un peu à divaguer, il n'y a pas d'objectif précis, les personnages n'essayent ni d'évoluer ni de se développer.

Sinon, c'est aussi globalement après l'ellipse que les énigmes sont enfin résolues. Je regrette juste qu'elles soient trop "spirituelles" et pas correctement définies, sans réelle réponse, ce qui rend l'univers et ce qui le construit un peu vague. L'auteur aurait pu mettre des manipulations temporelles comme des Kamehameha à la DBZ qui détruisent des planètes que le lecteur n'aurait pas bronché. Plus d'explications - ou des explications plus scientifiques - n'aurait pas été de refus, même si je sais que ça peut vite devenir lourd lorsque les dialogues virent au scientifique.

Cela ne veut pas dire que la suite est mauvaise, non, la qualité a juste baissé. On retrouve dans la deuxième partie du manga plusieurs choses intéressantes, comme une nouvelle société, plus anarchique cette fois-ci.

La nouvelle destruction de Tokyo force les gens à tout re reconstruire, mais pas tous acceptent et des camps commencent à se former. Le manga prend une forme alors plus politique ; on nous présente une société sans gouvernement, dirigée par deux grands partis : les adeptes de Mme Miyako, et ceux qui croient au nouveau "Dieu", Akira. Les conflits entre les deux se développent de manière intéressante, et on voit petit à petit les situations dégénérer et échapper à tout contrôle.

Bon, voilà, Akira, c'est bien, c'est prenant, le début en tout cas, il y a plein de bonnes choses, mais... le manga me paraît bien surnoté. Je m'attendais à mieux de la part d'un 8.6 sur SC, disons que j'ai été un peu déçu. Ce fut tout de même une bonne lecture, à lire à l'occasion. Plus qu'à regarder le film maintenant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 88 fois
3 apprécient

Japonirisme a ajouté ce manga à 1 liste Akira

Autres actions de Japonirisme Akira