L’édition ultime d’un manga ultime.

Avis sur Akira (Édition originale noir et blanc), tome 1

Avatar 5DCManga
Critique publiée par le

Quand on parle du manga Akira, 2019 est une année particulière à plus d’un titre. Il s’agit tout d’abord, les plus perspicaces d’entre vous l’auront remarqué, du moment auquel démarre l’intrigue de la célèbre série de Katsuhiro Otomo. Mais 2019 fête également les 30 ans de son apparition en France, en même temps que ceux de son éditeur Glénat Manga. Enfin, et c’est ce qui va nous intéresser plus particulièrement ici, c’est en 2019 qu’est paru le dernier tome de son édition ultime !

Chronologie d’un chef-d’œuvre.

Apparue dans les pages du Young Magazine en 1982 au Japon, il faudra attendre 1989 pour que l’éditeur Jacques Glénat, de retour d’un voyage d’affaires au Japon, rapporte cette œuvre dans ces valises. D’abord vendu en fascicule en kiosque, le manga (qui ne porte pas encore officiellement ce nom) de Kastuhiro Otomo connaît alors un succès, sinon d’estime, tout relatif auprès du public. Mais c’est finalement avec l’édition couleur cartonnée de 1992, puis omnibus noir et blanc de 1999 que l’œuvre atteint définitivement le cœur du lectorat français – ouvrant la voie dans le même temps à la déferlante manga.

L’édition ultime d’un manga ultime.

Aujourd’hui, tout le monde est d’accord pour dire qu’Akira est un manga culte. Un chef-d’œuvre de la bande dessinée qui méritait un écrin digne de ce nom. Et c’est à l’occasion de la nomination de Katsuhiro Otomo au titre de Grand Prix d’Angoulême en 2015 que Glénat Manga s’est dit que les étoiles étaient enfin alignées. Sens de lecture japonais, jaquettes avec cinquième couleur, gardes couleurs, onomatopées originelles, nouvelle traduction… rien n’a été laissé au hasard pour offrir au peuple français les 2 200 planches d’Akira dans une toute nouvelle édition, la plus respectueuse des intentions de l’auteur.

Éditer Akira : un parcours de combattant.

Mais à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Et l’accompagnement éditorial de cette édition d’exception ne se sera pas fait sans difficultés. L’équipe de Glénat Manga s’est même souvent arrachée les cheveux pour respecter à la lettre les nombreux (mais ô combien nécessaires) processus de validation auprès de leurs partenaires nippons. Différences dans les normes d’impression, encres spécifiques, re-travail colossal sur des fichiers datant de plus de trente ans… les défis furent de taille et ont malheureusement eu un impact sur un calendrier de parution rapidement devenu chaotique. Reste que si certains ont pu s’agacer de ces retards successifs sur les réseaux sociaux, tous sont aujourd’hui d’accord pour admettre que le jeu en valait la chandelle : Akira a enfin droit a son édition ultime.

Pour écouter notre podcast sur le sujet : bit.ly/5DCnumero28

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 51 fois
1 apprécie

Autres actions de 5DCManga Akira (Édition originale noir et blanc), tome 1