👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Le Cycle d'Aldebaran raconte l'histoire d'une colonie humaine installée sur la planète Aldebaran et qui a perdu tout contact avec la terre depuis un siècle. Des évènements étranges et catastrophiques vont pousser les différents protagonistes de l'histoire à tenter de percer le secret de cette planète. Non sans être contrecarrés dans leurs projets par un gouvernement désireux de contrôler la population.

Aldebaran c'est d'abord un monde. La planète est à la fois fort proche et fort différente de la nôtre. Ce qui la distingue c'est surtout la proportion terre/mer (91% d'océans sur Aldebaran, contre 70% sur la Terre) et la faune, en particulier la faune marine, beaucoup plus diversifiée sur la colonie.

Aldebaran c'est aussi une intrigue. Dans cet univers riche et très construit, l'histoire est vraiment prenante et surprenante. Le scénario tient remarquablement la route, les surprises et le suspens ne nous sont pas ménagés, le tout est cohérent (pour la grande étrangeté de ce monde, bien sûr). L'intrigue tourne principalement autour du mystère de la "Mantrisse", que nos héros voudraient résoudre mais ce n'est pas au goût d'un gouvernement un poil totalitaire qui n'hésite pas à utiliser des techniques dignes de Big Brother pour mettre des bâtons dans les roues aux opposants.

Aldebaran c'est encore des personnages. De prime abord, les personnages sont basiques, un peu plats et un poil horripilants (je pense à Kim ici). Ils évolueront vers plus de complexité et de profondeur au fil de l'histoire et se montrent au final très attachants (même le fourbe Pad ! ).

Aldebaran c'est, pour terminer, un style graphique très particulier. Et qui pourra ne pas plaire à tout le monde. Au-delà du manque d'attrait du graphisme des personnages, on se rend compte que le coup de crayon de Leo est doué d'une imagination débordante. Les créatures et les "effets spéciaux" de la Mantrisse sont admirables et méritent amplement que l'on passe au-dessus du reste.

TiggerLilly
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste

il y a 7 ans

2 j'aime

Aldébaran, intégrale
G_Savoureux
7

Critique de Aldébaran, intégrale par G_Savoureux

L'histoire commence fort. Pourtant, le graphisme n'est pas très dynamique, et les personnages sont un peu trop figés. Pourtant, le côté fugitif peut paraitre vu et revu. Pourtant, on n'en peut plus...

Lire la critique

il y a 11 ans

6 j'aime

Aldébaran, intégrale
Crocodile
7

Critique de Aldébaran, intégrale par Crocodile

Aldébaran est assurément une bonne série, qui a (en plus) le bon goût de ne pas jouer les prolongations inutilement. Le principal intérêt est la description d'un écosystème cohérent, tant du point...

Lire la critique

il y a 11 ans

5 j'aime

Aldébaran, intégrale
papi_zomblard
7

Critique de Aldébaran, intégrale par papi_zomblard

L'auteur nous peint la planète Aldebaran de manière totalement crédible: son écosystème, son bestiaire tout à fait original, son régime totalitaire où, entre autre, la musique est...

Lire la critique

il y a 11 ans

5 j'aime

Sacrée croissance
TiggerLilly
10

Penser la postcroissance

Ce documentaire explique clairement des choses que je pense depuis de longues années et que j'avais toujours du mal à exprimer clairement et sans braquer les gens lors de discussions. Le système...

Lire la critique

il y a 7 ans

8 j'aime

Atlantis
TiggerLilly
3
Atlantis

Critique de Atlantis par TiggerLilly

L'auteur connait sans nul doute son sujet. Professeur à l'Université de Cambridge, sommité dans le monde de l'archéologie, il nous propose là un ouvrage riche en explications archéologiques,...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime

1

Des fleurs pour Algernon
TiggerLilly
10

Le labyrinthe de Charlie

Des fleurs pour Algernon est une oeuvre originale, poussée dans ses derniers retranchements par son auteur, récompensée par deux grands prix de la SF et défiant le passage du temps. Une oeuvre qui...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime