Psyché et misogynie

Avis sur Batman R.I.P. - Grant Morrison présente Batman,...

Avatar Weliany
Critique publiée par le

Ce qui n'était pas très clair ou évident durant le premier tome, s'explique et se justifie dans BATMAN R.I.P
L'Héritage Maudit devait avant chaque chapitre éclairer le chemin du lecteur tellement le scénario était brouillon et chaotique. Le second tome n'a pas besoin d'interlude éditoriaux étant plus facile à suivre. À moins qu'on ne se soit habitué au style cafouillis génial de Morrison.

L'auteur décide de justifier toute la période what the fuck qu'à connu Batman (mini Batman, Zur-En-Arrh etc) en explorant la psyché détruite du sombre héros. Dans sa quête de raison et de justice, Batman se voit affronter les pires ennemies jamais affrontés.

Il y a une montée en puissance de la part de Gant Noir et à mesure que l'affrontement approche on en vient à se demander comment il va s'en sortir, et surtout s'il va s'en sortir.

Si le dessin est dynamique avec des plans de toute beauté j'ai cependant une question : pourquoi Dick, Tim, Damian et Bruce ont tous la même gueule ? Pour Damien et Bruce OK ça fait sens mais parfois quand le contexte manquait il y a eu des cases où je me suis dit "mais c'est lequel là ?" Ils étaient obligés de faire des simili-Bruce pour tous les membres de la famille Batman ? Déjà que leur personnalité est bâclée !

Autre point quelque peu négatif : les dialogues. Si Morrison s'attaque à la folie ça ne l'excuse pas de nous abreuver de dialogues clichés, usés jusqu'à la virgule et parfois incompréhensibles. Sur la fin de BATMAN R.I.P ça devient de plus en plus brouillon, d'autant que les ellipses sont assez mal gérées et surtout, surtout est-ce que quelqu'un peut dire à Talia de se trouver une personnalité ?
"Je suis la fille du plus grand criminel que la terre ait jamais connu !"
"Je suis la mère de l'enfant génétiquement parfait !"
et tout son délire selon lequel elle doit être la seule femme dans la vie de Bruce/Batman because papa l'a décidé ainsi. Cette femme - dans le traitement Morrison en tout cas - se défini toujours en fonction d'un homme (son père, son bien-aimé, son fils). Elle est cruelle, froide, calculatrice et mortelle mais Talia n'a aucune personnalité propre. Elle ne prend aucune décision personnelle, ne fait que suivre le rêve de son père, se réfère toujours à lui. Elle envoie son fils reconquérir l'homme qu'elle (aime?) vise à avoir à ses côtés pour diriger le monde (encore une fois parce que papa lui a dit que ça fonctionnait comme ça.) Meuf ! Laisse donc un peu les mecs de côté et va conquérir le monde par toi-même ! T'es une grande fille, t'as des yeux de biches et des jambes qui peuvent tuer tout ce qui bouge alors fonce !

Morrison a traitement de la femme plus que misogyne et une approche du Chevalier Noir que j'ai trouvé égocentrique, à la limite de la pleurnicherie pour au final nous sortir une solution du chapeau manichéen et c'est là ... qu'on touche le fond.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 612 fois
2 apprécient

Weliany a ajouté ce comics à 2 listes Batman R.I.P. - Grant Morrison présente Batman, tome 2

  • Bd
    Cover Bibliothèque Comics

    Bibliothèque Comics

    Des petits comics qui n'ont de cesse de pulluler dans ma bibliothèque.

  • Bd
    Illustration Batverse forever

    Batverse forever

    J'en ai lu plus que je n'en possède mais comme on dit "petit à petit l'oiseau fait son nid" et le mien sera chauve-souris !!!

Autres actions de Weliany Batman R.I.P. - Grant Morrison présente Batman, tome 2