Dog Day Afternoon

Avis sur Burn Out

Avatar Quentin-S
Critique publiée par le

Ethan Karoshi est un policier tranquille, droit dans ses bottes et marié à Julie, la fille de son boss de shérif et accessoirement sœur de ses collègues et amis, avec qui il a enfanté un ado amorphe ! À peine quadra, bien que grisonnant, Ethan ne s’écarte du droit chemin que pour commettre l’adultère avec Debra, sa maîtresse régulière, et correspondre ainsi au cliché du flic de fiction âpre qu’il affectionne tant.
Mais du jour au lendemain, son petit monde va s’effondrer sous ses pieds, embarqué malgré lui dans un engrenage dont il ne ressortira pas indemne. On assiste impassible à la chute libre de notre “héros”, qu’on nous avait rendu sympathique en quelques pages seulement. Ses coups de sang, de plus en plus intenses, ne le rendant que plus humain à nos yeux. Les clopes s’enchaînent à mesure qu’il pète les plombs et on transpire avec le personnage tant la chaleur semble littéralement suinter des planches.

Cette intrigue très noire, que je fais très attention de ne pas spoiler, est rondement menée par Ozanam qui maîtrise parfaitement son format one-shot. Il faut dire que le bonhomme a déjà fait ses classes chez KSTR, la collection pour laquelle était initialement prévu Burn Out (KSTR ayant désormais disparu, on en conserve néanmois le format). La narration et le découpage de celle-ci en chapitres rythme vraiment l’action et le suspense. J'ai vraiment vibré en lisant certaines pages… Ça m’a fait penser encore plus que jamais à du cinéma dessiné (ce qui est un très bon point pour moi) voir même peut-être encore plus à une très bonne série, justement à cause de ce séquençage !
Et bien sûr je n’ai pas encore parler du réalisateur de ce métrage sur papier, j’ai nommé Mikkel Sommer ! Le dessinateur danois est la véritable révélation de cet album. Certes, il ne s’agit pas de son premier essai dans la bande-dessinée mais c’est bien la première qui paraît dans nos contrées ! Son trait, tout en subtilité, est d’une rare force d’expression, avec en plus un véritable sens du cadrage ! Le tout est sublimé par une colorisation très douce qui donne une ambiance imparable à l’ouvrage. J’ai plutôt l’habitude de m’attacher à des traits plus nerveux mais là je ne peux que rendre les armes et m’enamourer du dessin de cet auteur tant les qualités qu’il dévoile au fil des pages sont nombreuses… Et dire que ce projet devait au départ être illustré par Connor Willumsen (recruté par DC peu après qu’il ai commencé), je pense qu’on a vraiment gagné au change !

Un gros coup de cœur donc que ce Burn Out, que je vous recommande très chaudement. Il va falloir s’accrocher pour que je trouve mieux en 2014.

Mention spéciale à l’édition, dont certaines pages sont comme cramées par une flamme, je me suis vraiment fait avoir ! Et big up à Ozanam, le seul scénariste qui te fait un dessin lorsqu’il dédicace !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 278 fois
3 apprécient

Quentin-S a ajouté cette BD à 1 liste Burn Out

  • Sondage Bd
    Cover Les meilleures BD de 2014

    Les meilleures BD de 2014

    Avec : Lastman, tome 6, Burn Out, La Tyrannie - Max Winson, tome 1, Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) – L’Arabe du futur, tome 1,

Autres actions de Quentin-S Burn Out