Avis sur

Clumsy par Eterney

Avatar Eterney
Critique publiée par le

Je posterai la même critique pour Clumsy et pour Unlikely du même auteur, puisque ce sont deux ouvrages liés, que je les ai lus en même temps, et qui ne comportent selon moi quasiment aucune différence et/ou évolution.

Ces comics m'ont perturbé.
Comment peut-on faire le choix, en tant qu'adulte responsable, de donner publiquement une image aussi dérangeante et lamentable de son être ? Je veux dire, non, dans le cas de certains auteurs désirant montrer au monde leurs défauts et leurs angoisses personnelles dans un style un peu sombre, dans l'optique d'une réflexion, pourquoi pas, cela peut même s'avérer souvent intéressant.

Sauf qu'ici on sent bien que l'auteur est naïvement en accord avec lui-même, que ce sont les autres qui sont méchants, et qu'il aspire moins à dévoiler cyniquement ses défauts qu'a inspirer chez le lecteur un sentiment de compassion pure, je dirais même d'attendrissement.

Personnellement, j'ai trouvé le personnage de l'auteur particulièrement imbuvable. Une sorte de loque, crisant pour un oui ou pour un non, ayant des tendances dépressives mais n'envisageant absolument pas de les combattre, étouffant avec ses compagnes, voire même plutôt imbu de lui-même ; on le voit en effet affirmer tout à fait naturellement "je suis intelligent", ou estimant ses dessins comme un putain de truc de ouf qui fait de lui un artiste incompris.
Ceux du livre sont vraiment très simples, voire enfantins, imparfaits, et pas genre simple comme Trondheim, non là ça n'apporte rien et c'est juste laid.

Peut être que le fossé culturel est trop grand entre moi et l'amérique, peut être que je connais pas assez le contexte, d'ailleurs on croit halluciner quand on voit un personnage féminin qui, du haut de ses 24 ans, refuse de passer la nuit chez l'auteur car je cite "je ne veux pas que mes parents savent que je m'envoie en l'air, tu comprends". Oui, on dirait que tous les personnages sont plus ou moins attardés sur le plan de l'indépendance, dans ce bouquin. Woot.

Le cheval de bataille de l'auteur et de ses fans est, je crois, l'authenticité de ce récit.
On ne peut la lui enlever, tout le comic respire le vécu, cependant au vu du manque d'intérêt ou de spectaculaire total des petites saynètes qui le composent et de la souffrance que la plupart ont engendré chez l'auteur, on se demande comment il a pu choisir de se souvenir précisément de ces deux relations passées, de faire le choix de les dessiner et de les publier en tant que sorte de grosse plainte nostalgique, au lieu de passer simplement à autre chose et d'aller vers l'avant. Effrayant.

Je crois que le plus choquant est vers la fin d'un des comics, lorsque qu'après le récit de la rupture il choisit de dessiner, en dernier strip, une discussion entre lui et l'ex en question, ou elle disait qu'elle allait l'épouser qu'elle l'aimerait pour toujours et qu'ils seraient heureux.
Rarement vu une démarche aussi gerbante dans le principe.

Bref, un petit concentré d'égocentrisme plaintif.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 337 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Eterney a ajouté ce comics à 1 liste Clumsy

  • Bd
    Illustration Bibliothèque de BONDY

    Bibliothèque de BONDY

    Les BD que j'ai découvert grâce à la bibliothèque de ma ville. Ou comment se faire un peu de culture, lire plein de choses, sans...

Autres actions de Eterney Clumsy