Culte !

Avis sur Daredevil par Frank Miller, tome 1

Avatar Romain Bouvet
Critique publiée par le

Voilà un run qui m’a toujours fait de l’œil, mais trouver l’omnibus lui correspondant était de l’ordre de l’exploit. Cette envie a donc été mise de côté. Mais sans s’estomper pour autant, surtout en lisant la formidable série de Mark Waid et Chris Samnee, qui m’a véritablement fait plonger dans l’univers de Daredevil. L’arrivée de cette nouvelle collection et avoir, enfin la possibilité de découvrir le run de Miller sur l’Homme sans Peur fut donc une magnifique opportunité.

Daredevil vit l’un des épisodes les plus poignants de son existence lorsque son premier amour, Elektra, réapparaît dans sa vie sous les traits d’une mercenaire ninja. C’est le début d’une série de coups de théâtre et d’affrontements impliquant les deux anciens amants, le roi de la pègre surnommé le Caïd et l’implacable tueur Bullseye. Des récits inoubliables signés Frank Miller et Klaus Janson, tous parus dans les années 80.
(Contient les épisodes de Daredevil #168 à 181, Marvel Team-Up Annual #4 et What if ?#28)

Ce run de Miller, acclamé par les fans et les adorateurs du personnage, n’est absolument pas l’origin story du personnage, mais un arc majeur, culte et immanquable du Daredevil. En arrivant sur le titre, le jeune Frank Miller apporte un vent de fraîcheur, de nouveauté et de maturité avec lui.

Et les nouveautés démarrent dès le premier chapitre avec l’une des plus belles créations de Miller : Elektra Natchios. Le scénariste oppose Daredevil à une ninja de la Main, une tueuse implacable, tuant aussi simplement que j’enfile mes chaussettes. Quelle ne sera pas la surprise pour notre héros en découvrant que la tueuse n’est autre que son grand amour du temps de ses études d’avocat !
Si les sentiments sont encore là, cachés quelque part au fond du cœur, Daredevil a décidé de mettre la tueuse derrière les barreaux pour ses crimes, tandis que cette dernière veut le tuer. Enfin c’est ce qu’ils disent tous les deux, sans doute pour ne pas admettre l’existence de ces sentiments enfouis.

Et ces retrouvailles douloureuses, aussi bien physiquement que moralement, vont être le point de départ d’une suite d’événements tragiques qui vont marquer à jamais le justicier d’Hell’s Kitchen ! En premier lieu l’opposition entre Daredevil et son ennemi de toujours Bullseye, qui va devenir encore plus violente et sombre sous les crayons de Frank Miller. Surtout lorsque ce dernier fait revenir le Caïd à New York pour retrouver sa femme, puis pour la venger et reprendre la main sur toute la pègre de la côte est des Etats-Unis.

Mais Elektra va venir mettre son grain de sel dans ce duo qui va se transformer en trio lorsqu’elle va prendre la place de Bullseye comme assassin pour le Caïd ! Et le combat, tragique, entre les deux assassins va aboutir à un dénouement inattendu et qui provoquera la perte, de différentes façons, des deux tueurs. Et cela va surtout encore un peu plus assombrir le cœur de Matt Murdock et le radicaliser quelque peu. On se retrouve alors avec un justicier, déjà passablement violent, qui n’hésite pas à prendre certaines décisions radicales justement (son accord avec le Caïd, son dernier combat avec Bullseye…)

En moins de quinze numéros, Frank Miller pose son empreinte et sa patte sur le titre. Il nous offre un travail sur les personnages absolument magistral. Le duo Elektra/Daredevil qui montre à quel point la frontière entre l’amour et la haine est minuscule, l’égo et la folie de Bullseye, le charisme du Caïd. Des scènes de combats mémorables et marquantes. Et des événements importants dans la vie du héros, comme la perte de son radar et découvrir que tous ces proches mènent la même quête que lui : retrouver Stick ! Ou encore quand Bullseye découvre la double identité du héros !

Frank Miller signe le scénario mais aussi les dessins. Et force est de constater que la qualité est la même. Daredevil est juste parfait physiquement et charismatiquement. Elektra est froide tout en étant diaboliquement sensuelle. L’action donne vie aux dessins, les mouvements donnent une impression de vitesse. Les cases sont parfois un peu vides mais cela ne dérange en rien.

Bref, j’attendais avec impatience de lire ce run, et avec ce premier tome je ne suis absolument pas déçu, c’est une petite pépite à lire. Il faut absolument avoir ces épisodes de Daredevil par Frank Miller dans votre bibliothèque. C’est bon, c’est beau, et c’est culte !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 574 fois
2 apprécient

Autres actions de Romain Bouvet Daredevil par Frank Miller, tome 1