Le Sherlock Holmes des années 1990!

Avis sur Détective Conan

Avatar Jump-man
Critique publiée par le (modifiée le )

Détective Conan suit les aventures d'un jeune lycéen qui a rajeunit de dix années après que des hommes en noir, membres d'une mystérieuse organisation, lui ont fait prendre une étrange drogue qui avait pour but de le tuer, en vain. Ainsi le manga est original dans le sens ou c'est un gosse de 7 ans qui est en charge de résoudre des affaires criminelles, ce qui offrira souvent des situations comiques, les affaires sont bien faites et font marcher nos neurones, les protagonistes sont réussis et nombreux. Les dessins sont également bons et plaisant à voir mais ne sont pas exceptionnel. Ainsi la série est un mélange de comique et de sérieux (pour les affaires). Les affaires concernant la confrontation entre Conan et les hommes en noir sont excellentes mais malheureusement trop rares.
Et c'est ici que réside le défaut de la série : elle est longue, trop longue, beaucoup trop longue, ainsi la série est actuellement au tome 83 au japon au niveau de la pré-publication et devrait finir au tome 100, la série a commencé en 1994 et devrait finir vers 2017, soit 23 ans pour une série avec un scénario banal, vous l'aurez compris l'auteur aime l'argent. De plus l'intrigue avance plus lentement qu'un escargot et il se passe quelque chose tous les deux ans histoire de calmer les lecteurs, le reste du temps il ne se passe rien ou alors quelque chose tout les dix chapitres. Ainsi bien que l'intrigue principale soit développée et qu'elle ne soit pas bancale, elle est malheureusement secondaire. Ainsi il faut surtout lire Conan pour ses enquêtes comme on regarde un Columbo, bien que l'intrigue principale ne doit pas être négligée.

De plus la qualité de la série est très bonne jusqu'à l'arc de Kir, autant pour les enquêtes que pour l'intrigue principale. Cependant certains arcs narratifs sont meilleurs que d'autre. Ainsi, je vais diviser le reste de ma critique en deux parties, la première concernera l'intrigue principale et je vais juger chaque arc de la série, la seconde partie concernera les enquêtes policières qui n'ont aucun rapport avec l'Organisation des hommes en noir et qui constituent l'un des plus grands aspects du manga.

Première partie : L'intrigue principale

Arc initial : Tome 1-24
Note :9/10

Il est très bon, l'univers se développe, les enquêtes sont de très bonne facture. Les hommes en noir font de rares apparitions et il n'y a pas vraiment de confrontation envers l'Organisation et Conan.
Tout change a partir du tome 18 avec l'arrivée d'Haibara qui change la donne, on en apprend beaucoup plus sur l'histoire et désormais les hommes en noir se feront plus présent.

Arc Vermouth : Tome 24-42
Note : 10/10

Il est tout simplement excellent, c'est le meilleur arc de la série, son introduction et sa conclusion sont tout simplement magistral. Un nouveau membre féminin de l'Organisation fait son apparition dans le tome 24, qui est excellent pour tout ce qui s'y passe et cette fois elle va traquer et espionner Conan et ses amis, vous l'aurez compris cela promet une bonne dose de suspens. De plus de nouveaux personnages font leurs apparitions, apportant leurs lots de mystères et de questions qui ne trouveront une réponse qu'à la fin de cet arc. Le tome 42 est riche en surprise, coups de théâtre, action et révélations, ainsi je considère ce tome comme le meilleur de la série. On est surpris par la manière dont Gosho Aoyama maitrise parfaitement cet arc du début à la fin en nous menant sur de fausses pistes.

Arc Kir : Tome 48-59
Note : 7/10

C'est un arc de bonne facture, très court donc les choses avancent vite, son ouverture et sa conclusion sont également excellent mais il en dessous de l'arc Vermouth. En effet les personnages introduit dans cet arc ont moins de charisme que ceux de l'arc Vermouth et leurs importance est négligeable (je pense a Eisuke notamment), cependant la qualité est toujours présente et il se conclut par une longue confrontation avec l'Organisation qui débouche sur une énorme surprise.

Arc Bourbon : Tome 60-85
Note générale : 5/10 (a partir du tome 75, sinon c'est 6/10 entre le tome 60 -72)

Alors je considère cet arc comme le moins bon de la série, il est inégal au niveau de l'intrigue principale, cependant les enquetes qui ne concerne pas les hommes en noir sont tout aussi excellentes. De nouveaux mystères se posent, un nouveau membre de l'Organisation fait son apparition mais on ne sait pas qui il est. Et l'auteur mène bien cet arc jusqu'au tome 67, en effet entre le tome 67 et 73 il n'y a pas une seule affaire concernant les hommes en noir. Cependant il se passe quelque chose de très important dans le tome 71, qui est le meilleur de la série avec le tome 42, la qualité des enquêtes est toujours présente ce qui prouve le talent de Gosho Ayoma à maintenir le niveau de sa série vers le haut.
Et c'est vers le tome 73 que tout divague pour moi, un nouveau personnage - non prévu par Gosho Ayoma, c'est une demande de l'éditeur - fait son apparition, il s'agit de Masumi Sera, et elle séme la pagaille dans cet arc. En effet bien que l'intrigue autour de ce personnage soit bonne, cela élargit considérablement la durée de cet arc, ainsi on est au tome 83 et l'arc Bourbon n'est toujours pas fini. De plus Bourbon fait son apparition dans la série comme un cheveu qui tombe dans la soupe (seulement 4 tomes avant qu'on sache qui il est!), on ne le voit pas trop agir et on se demande quel est son utilité si ce n'est faire durer encore plus la série. Je trouve cela dommage, on dirait que l'arrivée de Sera correspond a un pavé jeté dans la mare. La semi-conclusion de l'intrigue de Bourbon se trouve dans le tome 78, et le moins que je puisse dire c'est que cette confrontation est plutôt décevante, la tension monte, on a hâte d'attendre la fin mais justement celle-ci est une solution de facilité indigne de la série. De toute les confrontations avec l'Organisation, celle-ci est la moins bonne, et le pire c'est qu'il a fallu 25 tomes pour que cet arc finisse en queue de poisson sans AUCUNE ÉVOLUTION pour l'intrigue.

EDIT : Il vient de finir et c'est vraiment du foutage de gueule, la série n'a plus aucun intéret.

Arc Rum : Tome 85 - (tome 195?)

Un nouveau méchant apparait, qui serait le bras droit du boss de l'organisation. Bref vous l'aurez compris, on en aura jusqu'en 2025 avant qu'on apprend qu'il y a un autre bras droit encore plus proche du Boss.

La qualité des enquêtes est bonne même si je constate une baisse de niveau vers le tome 82, en même temps après 82 tomes il fallait bien que la qualité diminue. Je peux dire que la série s'essouffle, l'auteur semble avoir utilisé tous les ressorts scénaristiques possibles. De plus Aoyama complexifie inutilement l'intrigue de cet arc au lieu de se concentrer sur Bourbon, il se concentre sur la famille de Shuichi Akai, allez chercher l'erreur... Bref la série ne sert qu'a assurer les ventes du magazine dans lequel il parait et l'auteur semble en avoir marre.

Seconde partie : Les enquêtes

Ce qui fait le charme de Détective Conan, c'est bien entendu les enquêtes policières qui vont bien remuer nos méninges. Ces affaires constituent le principal intérêt du manga, elles sont pour la plupart de très bonne facture et complexe pour le lecteur, la preuve je n'ai réussi qu'une fois à savoir avant Conan qui était le coupable (sur les 250 affaires que comptent le manga jusqu'à présent!). Elles sont faciles à suivre mais l'auteur rend l'exécution du meurtre par le coupable compliquée, et j'adore cela, ces affaires sont toutes communes dans la forme - non dans le fond - sauf en ce qui concerne les confrontations avec les hommes en noirs, ainsi je distingue trois points caractéristiques de ces affaires:

1. Le meurtre

Conan décide de prendre l'air avec Ran et Kogoro ou ses amis qui forment les Détectives Boys, cela est un signe qu'un meurtre aura forcément lieu partout où Conan va (d'ailleurs l'auteur fera de nombreuses blagues dessus). Nos protagonistes passent du bon temps et rencontrent dans le lieu où ils se rendent des personnes inconnues ou des connaissances, qui vont parfois se servir d'eux pour construire un alibi (triste monde...), ayant eu la gentilesse ou le machiavelisme de les inviter pour une soirée dans un chalet/karaoké/autre.

La victime décide d'aller quelque part et ne revient plus, quand nos protagonistes se demandent où elle est passée, ils partent a sa recherche quand tout à coup retentit un cri («kkkkkkkyyyyyyyyyyyaaaaaaaaaaaaa!!!!!"): une personne - souvent Ran et Sonoko ou les Détectives Boys encore au CP - découvre le corps inerte de la pauvre victime morte assassinée. Les instants précédents le meurtre sont ceux que je préfère car c'est dans cette partie que j'observe les comportements des personnes présentes sur les lieux pour y déceler une attitude douteuse et ainsi découvrir le coupable et l'astuce utilisée pour le meurtre. Conan lance une phrase énigmatique à la fin pour donner encore plus au lecteur de connaitre la suite (se pourrait-il que.... serait-ce.... je vois... je sais qui est le coupable!), oui même les pensées de Conan sont censurés au lecteur pour laisser place à la réflexion du lecteur.

2. L'enquête

Après le meurtre arrive la police, elle mène souvent le lecteur sur de fausses pistes, Conan mène l'enquête et trouve de nombreux indices, voir très peu d'indices, qui paraissent pour la plupart insignifiant. Pourtant ils se révèleront d'une importance cruciale pour trouver le coupable et résoudre l'enquête. L'enquête se déroule comme l'élaboration d'un puzzle, on découvre au fur et a mesure des indices qui nous mènera vers la vérité jusqu'a qu'il manque la dernière pièce du puzzle qui mènera Conan sur le chemin de la vérité. Il s'agira pour la plupart du temps de trois suspect, ainsi le lecteur sera tiraillé sur l'identité du coupable (celui-là parait suspect...trop suspect pour que ce soit vrai! Non celle-là est trop gentille pour qu'elle soit la coupable, mais si c'était de la comédie?) et il faut vraiment s'attarder sur les détails pour avoir une idée fiable du meurtrier, un vrai régal. De plus certaines affaires présentent des cas illogiques comme un moine pendu à une poutre a 20 mètres du sol, ce qui donne encore plus envie au lecteur de résoudre l'affaire.

Si l'affaire fait plus de 3 chapitres, d'autres meurtres s'ajouteront sur la liste des méfaits du meurtrier (surtout si Heiji est présent il y aura une double affaire), ce qui rajoute une ambiance digne des polars, surtout quand nos héros sont coincés dans un chalet/bateau/avion/autre. Certaines affaires sont dignes d'une affaire de Sherlock Holmes ou d'Hercule Poirot, l'ambiance peut être semblable a un thriller ou la peur est présente, ce qui participe a la qualité de l'enquête, le paranormal peut faire son apparition pour le plus grand plaisir du lecteur qui sait qu'il n'y a qu'une seule vérité comme dirait Shinichi et que Conan prouvera qu'il n'y a rien de surnaturel dans certains aspect de l'affaire.

Certains protagonistes comme Ran, Sonoko ou Heiji peuvent etre en danger ce qui donne une allure anxieuse a l'enquête même si l'on sait qu'ils s'en sortiront, heureusement d'ailleurs. A la fin de la phase d'investigation, notre détective favori a découvert la vérité et la police se trompe et va inculper une personne innocent, ou alors le suspect s'apprête à détruire les preuves et partir, Conan doit donc se dépêcher avant qu'il ne soit trop tard. Cela ajoute une bonne dose de suspens qui nous donne de découvrir absolument de découvrir la suite, surtout si il s'agit d'une prise d'otage avec bombe a la clé. Mais l'humour est tout de même présent dans ces affaires, surtout avec Kogoro Mouri, pour notre plus grand plaisir et c'est ce qui fait tout le charme de la série.

Les confrontations avec l'Organisation se déroulent parfois en parallèle d'une enquête de ce genre ou sans, elles sont en tout cas véritablement dignes de grands polars et films d'actions. Elles sont excellentes, stressante et dynamique, surtout quand Conan doit empêcher l’Organisation, tout en restant caché, d'effectuer un meurtre.

3. La résolution

La police ou Kogoro se trompent et annoncent avoir découvert le coupable, Conan endort Kogoro pour prendre sa voix et rétablir la vérité et désigner le vrai coupable. Celui-ci explique la préparation et déroulement du meurtre et l'on comprend enfin le rôle des indices laissés par inadvertance par le coupable, et notre petit détective désigne le meurtrier en le désignant magistralement du doigt (avec la main de Kogoro bien entendu). Et là, coup de théâtre (enfin pas tout le temps), le meurtrier est une personne que personne ne soupçonnait ou qui ne semble pas avoir eu la possibilité de commettre le meurtre.

L'explication du déroulement du meurtre est facile a comprendre, ce qui est le principal attrait de la série, mais cela n'empêche pas l'enquête de nous remuer les méninges et d'être complexe. Une fois démasqué, le meurtrier avoue son méfait mais il peut se suicider au grand regret de Conan ou tenter de s'enfuir en menaçant nos héros. Le mobile des meurtres n'est pas souvent très recherché, cela peut aller de la simple bousculade (je l'ai tué car il m'a bousculé sans dire pardon, je blague) a la vengeance (je l'ai tué car il a brisé la vie de ma mère). Et même quand le meurtrier cite ses raisons, il peut y avoir un coup de théâtre, il est déjà arrivé qu'une victime se fasse tuer pour un malentendu (parfois linguistique, la langue japonaise est complexe) ce qui a pour effet de rajouter une tension dramatique a l'affaire.

Mention spéciale aux affaires sans meurtres, avec vol par exemple, qui concernent souvent Kid l'insaisissable, elles sont tout simplement excellentes et montrent que le talent de l'auteur ne se cantonnent pas aux affaires avec meurtres. Cela permet une confrontation avec deux génies: le génie des enquêtes et le génie du vol digne d'un roman d'Arsène Lupin.

En conclusion :

C'est une excellente série avec certains tomes parfait et que je vous conseille vivement, l'intrigue principale est très réussie et consistante et elle contient une montagne de mystères dont j'ai hâte qu'ils soient résolus (comme l'identité du fameux Boss de l'Organisation). Mais il ne faut pas oublier que l'intrigue principale n'est pas tout, il faut aussi se concentrer sur les excellentes enquêtes qui ne concerne pas l'Organisation et qui font tout l’intérêt du manga autant pour leurs qualités que pour leurs ambiances qui confèrent a la série un excellent univers évoquant la littérature policière japonaise et occidentale.

Votre culture générale, notamment sur le Japon et la littérature policière s'enrichira. Les personnages principaux sont charismatiques et réussis, cependant ils sont stéréotypés n'évoluent malheureusement pas au fil de la série, ce qui au vu de sa longueur est un défaut, Gosho Aoyama rajoute une pléthore de personnage à chaque arc mais ne prend pas la peine de développer les anciens. De plus la longueur de la série, et le fait qu'elle ne soit toujours pas finie, pourra en rebuter plus un qui se lasseront rapidement, une certaine répétitivité s'installant surtout a cause des meurtres qui finissent par se ressembler (enfin chapeau bas a l'auteur pour avoir fait plus de 250 affaires). Personnellement je ne me lasse toujours pas après 83 tomes. Bref une excellente série si vous la lisez à petite dose si vous souhaitez avoir l'ensemble de la série, sinon vous pouvez la lire sans modération mais vous vous lasserez rapidement.

EDIT : La note vient de passer de 8 a 6 a cause de la conclusion de l'arc bourbon qui est un énorme foutage de gueule

(on apprend aprés 300 chapitres que Bourbon n'est pas un membre de l'organisation mais un espion)

La série n'a aucun intéret, c'est ridicule elle est sous perfusion et ne finira jamais, comme les simpsons (ou one piece). On devrait la noté par arc (ce que j'ait fait plus haut).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 819 fois
9 apprécient · 2 n'apprécient pas

Jump-man a ajouté ce manga à 1 liste Détective Conan

  • Bd
    Illustration Top 10 BD

    Top 10 BD

    Avec : Les Aventures de Tintin, Détective Conan, Death Note, City Hunter,

Autres actions de Jump-man Détective Conan