L'avis de 666Raziel sur la série (période Morrison : 3 tomes)

Avis sur Genèse - Superman, tome 1

Avatar 666Raziel
Critique publiée par le (modifiée le )

Aux débuts du reboot New 52 (DC Renaissance chez nous), l'univers Superman a été considéré comme le mauvais élève. Tandis que Snyder et Capullo cartonnaient avec Batman, que certains personnages de "seconds plans" étaient encensés par la critique (Aquaman, Animal Man, Swamp Thing et Wonder Woman), l'élève kryptonien peinait à rencontrer son public.
Deux raisons à cela : beaucoup des séries du Sup'-univers se sont avérées globalement très médiocres et concernant Action Comics (le titre qui nous intéresse aujourd'hui), l'intrigue était juste illisible en périodique.

En effet, s'il y a bien une chose que je dois vous conseiller en avant-propos de cette saga, c'est qu'elle est à lire d'une traite.
Si vous ne connaissez pas Grant Morrison, sachez qu'il est réputé pour cela : des histoires de super-héros bourrées de références dans lesquelles le scénario est d'une richesse abyssale. A titre personnel, même après 3 lectures je ne suis pas sur d'en avoir fait le tour.

Au delà de cette complexité générale, chaque tome garde un ton propre tout en conservant la même ligne directrice.

Le premier volume s'intéresse essentiellement aux premiers pas du héros. Reboot oblige, il a été à la fois modernisé et rapproché de ses débuts dans les années 1940. Ses pouvoirs sont donc inférieurs à ceux que l'ont a pu lui connaître. Mais comme l'explique justement l'auteur, le fait de voir le personnage principal en effort renforce la dimension "action" du titre. Côté comportemental, exit le Superman demi dieu ou son pendant bouseux de campagne. Clark Kent ressemble davantage à un Harry Potter un peu fouineur et son alter-ego se fait surtout le protecteur des justices sociales.
En un sens, ce nouveau Superman est, de prime abord, beaucoup plus accessible pour les nouveaux lecteurs. Les scénarios sont courts (même si une 2e lecture vous révélera quelques surprises) mais servent à construire le mythe et son univers avec l'acquisition du costume et les apparitions d'alliés et ennemis célèbres. Néanmoins sachez que même pour un lecteur aguerri du genre, la quantité d'information à assimiler reste conséquente.

Le deuxième opus reste dans la même veine que le premier, mais on sent que l'auteur cherche à monter d'un cran dans ses ambitions.
Le meta-plot (comme on dit dans le jargon) commence à prendre forme. En outre, l'auteur ne se contente plus de jongler avec le temps mais joue également avec les univers parallèles. Bien que l'ensemble se complexifie, chaque chapitre sait présenter des événements qui mettent l'homme d'acier en valeur de façon claire et simple.
Dans un registre similaire, Morrison continue de jouer avec cet univers qui repars à 0 en introduisant des éléments classique tout en chamboulant quelque peu le statu-quo. Il aura, à ce titre, une excellente idée concernant l'identité de Clark Kent ; même si (je suppose) la pression éditoriale le forcera à faire machine arrière.

Le dernier tome est celui du paroxysme. Concrètement, ça part dans tous les sens ! L'histoire sur déroule simultanément sur plusieurs chronologies, univers et dimensions différentes. Après, il ne faut pas confondre brouillon et profusion. De la première page à la dernière de son run, l'auteur sait parfaitement où il va. Ce que j'aime bien chez Morrison (en plus du fait qu'il a remis Krypto sur le devant de la scène de façon sérieuse) c'est qu'il n'hésite pas à garnir son récit de quelques explications scientifiques pour lui donner un côté plus vraisemblable. Globalement, les grandes lignes du scénario sont facilement intelligibles mais plusieurs examens approfondis ne seront pas de trop si vous voulez percer tous ses mystères.
Autre élément qui marque l’apogée de l'intrigue : la consécration de l'héroïsme de Superman. Du jeune héros rebelle qu'il était dans le tome 1, Superman finit par accéder au rang de super-héros soutenu par l'ensemble de Metropolis.

En un sens, Grant Morrison a rempli son contrat. Avec son run il a recréé et relancé comme il se devait, le plus grand des personnages du catalogue DC.
Maintenant, il faut comprendre également à qui s'adresse le récit. Dans l'univers post reboot, Superman a eu droit à de multiples récits sur ses origines et ses débuts ; chacun cherchant à moderniser le précédant tout en s'adaptant au public de l'époque. Dans Action Comics New 52, c'est au lecteur de s'adapter à l'intrigue.
Cette intrigue a été faite pour les fans, pour ceux qui veulent lire une aventure de l'homme d'acier avec un scénario qui est à la hauteur de son personnage.

Ce n'est donc pas le point d'entrée idéale si vous voulez découvrir cet univers. Mais si vous recherchez une bonne série sur ce thème qui soit à la fois ambitieuse et innovante, ces 3 volumes constituent un choix que vous ne regretterez pas.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 391 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de 666Raziel Genèse - Superman, tome 1