Attention chef d'oeuvre

Avis sur Gunnm

Avatar Le Gourmatron
Critique publiée par le

Daisuke Ido, docteur cybernéticien, découvre un jour les restes d'un cyborg féminin dont il reconstruit le corps et qu'il appelle Gally.
Ido vit à Kuzutetsu, la Décharge, où sont rejetés tous les déchets de Zalem, ville flottante au dessus de Kuzutetsu.
Zalem domine, Zalem impose sa loi, pour Zalem les habitants de la Décharge ne sont que des esclaves, seulement utiles pour approvisionner les usines qui alimentent Zalem en matière première via les cables qui les relient à elle.
Dans la décharge c'est la loi du plus fort. Rare sont les humains entièrement fait de chair. La plupart des corps sont cybernétisés, pour le travail, le combat ou le plaisir (de préférence celui que l'on peut négocier à bon prix).
Dans la décharge tous les traffics sont présents, organes, pièces détachés, êtres humains, tout se vend, tout se vole. La seule justice est apporté par des chasseurs de prime, les Hunter-warrior, mercenaires à la solde des usines quand ils ne traffiquent pas pour leur compte.
C'est dans ce paysage bipolaire que Gally va découvrir qu'elle est une combattante et que c'est par la voie du guerrier qu'elle pourra se remémorer son passé, sa personnalité, ses rêves.
Mais au final à quoi rêve une arme ?

La dystopie :
Un des personnage central du manga est Zalem. Cité des dieux, imprenables, inviolables qui préside à la destiné de ceux d'en bas. Miroir inversé de la décharge et plus généralement de notre planète, ravagé par les caprices de la nature ou la folie des hommes. Tous l'ont oublié. Sorte de croisement entre Mad Max et Judge Dredd .
Mais quel est le secret de Zalem ? Et si à Zalem comme à Kuzutetsu, l'humanité avait quasiment disparu, qu'elle serait alors l'humanité à re-définir ?

Le karma et la voie du budoka :
Ce qui est frappant dans ce manga, c'est l'incapacité des gens à évoluer, à changer de voie. Les personnages qui croiseront la route de Gally ne peuvent abandonner leurs actes ou leurs rêves même si cela doit les détruire ou détruire le monde autour d'eux.
L'un préfèrerait être clochard à Zalem que roi de la Décharge. L'autre ne peut vivre que dans la violence, le massacre et la terreur qu'il inspire aux autres sinon il n'est plus rien, il n'existe plus. C'est ce qui le défini, c'est son karma.
Seul deux personnages tentent de faire évoluer leur Karma. Le professeur Desty Nova sorte de Némésis de Gally, savant dément et sans morale, qui justement s'interroge sur la valeur du Karma. Et Gally qui à travers la voie du guerrier cherche sans cesse à infléchir sa course, telle une balle qui voudrait changer de cible.
Mais à quoi peut bien réver une arme ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 58 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Le Gourmatron Gunnm