Avis sur

Hallorave - Le Roi des mouches, tome 1 par Sejy

Avatar Sejy
Critique publiée par le

Je flotte, ahuri. Prisonnier de la bulle nihiliste et lumineuse que Mezzo et Pirus ont créée pour moi. Je vagabonde entre les états d'âme. Béat, repus du plaisir, que dis-je, de la jouissance qu'offre cet exutoire par procuration, ce révélateur de mon immoralité bien trop dissimulée. Je suis troublé qu'elle me soit si froidement dévoilée. Un peu nauséeux aussi, dérangé quand l'obscénité me montre ce que je ne veux pas voir et qu'elle piétine les frontières de mes convenances. Mais je me reprends, et soudain embrasé, je ne veux plus que crier, éructer à la face du monde toute la fascination que m'inspire cette œuvre baroque. Ce grand-huit psychique m'effraie et me secoue parfois jusqu'à l'écoeurement, pourtant je n'ai qu'une envie : recommencer.

Goûter encore et encore cette fresque intimiste, acide et désenchantée. Retrouver mes nouveaux amis, ces antihéros du mal-être, et tel un voyeur insatiable, épier leurs existences tellement pitoyables qu'elles en deviendraient touchantes. Je me glisse insidieusement dans ces quotidiens qui se croisent et s'entrechoquent, car je crois que j'aime ces gens qui s'exposent au travers de leurs dérives. Leurs parties de jambes en l'air dissolues, fornications si mécaniques qu'elles en trivialisent l'acte sexuel. Leurs fantasmes alcoolisés, leurs défonces répétitives et toutes ces visions morbides, autant d'échappatoires et d'aveux de faiblesse. J'aime leur impudeur physique et psychologique et cette férocité crue, presque sensuelle. Coincés dans leurs corps et dans leurs têtes, rongés par la banalité, la médiocrité et l'ennui, ils ne font que hurler leur désir de vivre.

Ces humains existent. Il ne peut en être autrement. D'ailleurs, ils me parlent. À leur tour, chacun dans un chapitre, dans une tranche de vie, ils se racontent, m'expliquent ce qu'ils font et à quoi ils pensent. Sans émotion. La plume acerbe et le pinceau précis ne sont que des témoins froids et distants de leurs dérapages. Aucune apologie, aucun parti pris, aucune complaisance. La narration, envoutante, se veut volontairement statique. Les cadrages, hors du commun, sont impersonnels. La ligne sombre, très "pop-art", et ses couleurs sourdes affichent une beauté détachée, glacée. Tout concourt à la désincarnation, à renvoyer l'image de misérables insectes qui s'agitent dans une confusion frénétique et malsaine et s'échinent à fuir ce bocal sordide.

La haine, la dépravation, l'hypocrisie, le fatalisme, la lâcheté, la violence, la perversité, le cynisme, l'indigence, etc.... L'exhalaison de toute cette merde morale est devenue mon oxygène, ces excréments de l'âme, je m'en nourris, je m'en délecte comme d'un nectar. Je suis le nouveau Grégor et enfin je me métamorphose, maintenant je fais partie du peuple des mouches.

Vous avez aimé Les lois de l'attraction de B.Ellis et le Short cuts de R.Altman ? Le style de Charles Burns vous plait ? Daniel Clowes est, selon vous, le plus grand des sociologues ? Alors lisez Le roi des mouches !
Un électrochoc ! Un chef-d'œuvre !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 797 fois
11 apprécient

Sejy a ajouté cette bd à 1 liste Hallorave - Le Roi des mouches, tome 1

  • Bd
    Illustration Top 10 BD

    Top 10 BD

    10 ? Impossible. Inimaginable. Alors j'érafle le postulat, et plutôt que classer, quantifier, j'imagine les oeuvres que...

Autres actions de Sejy Hallorave - Le Roi des mouches, tome 1