Couverture Hard Boiled

Critiques de Hard Boiled

Comics de et

  • 1
  • 2

Total Recall

Nixon est un collecteur d'impôts un peu particulier. Il est du genre à taquiner facilement la gâchette si l'on fuit un contrôle. Preuve en est, lors d'un bel après-midi pollué, il se retrouve à canarder le conducteur d'une voiture folle tout en lui rappelant qu'il n'a pas payé ses impôts. Le carnage qu'il provoque en plein centre d'une mégapole surpeuplée finit par alerter les dirigeants de... Lire l'avis à propos de Hard Boiled

8 3
Avatar Buddy_Noone
8
Buddy_Noone ·

Surenchère visuelle virtuose pour SF rétro : chef d'oeuvre du genre

Geof Darrow : un des rares artistes à avoir eu l’estime de Moebius. Prix Will Eisner 1993 pour HardBoiled (équivalent des oscar de la BD) pour sa première parution aux US. Geof Darrow est le type d’artistes qui est d’avantage apprécié par ses pairs (Manola, Simonson, Miller) que par le public, à l’image d’un Frank Zappa en musique par exemple. Déjà, voilà quelques faits qui classeront « sans... Lire la critique de Hard Boiled

3
Avatar nimajneb75
9
nimajneb75 ·

Critique de Hard Boiled par _ni_

De frank Miller, mais surtout de Goef Darrow, L'un des dessinateur américain le plus barge avec un univers bien punk. Rien que pour la précision des détails qui fourmillent dans chaque centimètre carré de ses planches, ça vaut le coup d'œil, Darrow est un moine copiste de la dentelle qui traine dans les égouts recouvert de mégots écrasés. Ceux qui aiment "où est Charlie" aimeront cette version... Lire l'avis à propos de Hard Boiled

3
Avatar _ni_
8
_ni_ ·

Délire !

Un délire mutuel entre Frank Miller et Geoff Darrow : D'un cotés un Miller qui s'éclate à faire péter tout ce qu'il aime (Des putes et des robots) et de l'autre un Geoff Darrow qui s'éclate à sur-détailler des splash-pages blindés de gens à poils, de bouts de moteur et de briques qui volent de partout ! Une BD délirante, tout simplement, qui se lis vite et sans prise de tête. Lire l'avis à propos de Hard Boiled

3
Avatar Lordinator
7
Lordinator ·

Miller en mode Philip K. Dick

Avec Darrow, le travail de Miller se limite à la portion congrue, tant on a l'impression qu'il laisse au graphiste le soin d'orienter l'album à sa manière ; ainsi, de nombreuses planches sont « muettes », et on a droit à plusieurs cases en pleine page. Le récit s'en ressent fortement : bourré d'ellipses, il subit des accélérations dérangeantes et n'est pas forcément très aisé à lire. Cela dit,... Lire la critique de Hard Boiled

2 5
Avatar Vance
6
Vance ·

Les Androïdes rêvent-ils d'ultra-violence ?

CHRONIQUE DU PREMIER TOME : Je vais être très honnête : je n'aime pas du tout le style graphique de Geof Darrow. Son sens du détail – qui donne l'impression assez claire de confiner à la schizophrénie, ou quelque chose de cet acabit – me semble hors de propos dans le registre du comics, et même de la BD en général. Si je n'ai rien contre les artistes qui détaillent leur... Lire la critique de Hard Boiled

4 15
Avatar LeDinoBleu
5
LeDinoBleu ·

Ah, le Miller que j'aime détester ...

Hard-Boiled, que l'on pourrait traduire par « dur à cuire » est un court comics des années 1990 – voir fruit des années 80, vu que publié en 1990 pile. Cet ouvrage est scénarisé par Franck Miller, aussi auteur de The Dark knight returns, Sin City, 300 ou encore Batman Année Un ; on y retrouve donc beaucoup de thèmes chers à l'auteur, pour le meilleur et pour le pire... Lire la critique de Hard Boiled

2 1
Avatar Sn_Parod
4
Sn_Parod ·

Il ne manque pas un seul détail dans cette histoire très noire.

Un laborantin avec blouse blanche et un pull marqué d'un gros code barre court dans des couloirs métalliques : il doit absolument avertir monsieur Willeford que l'unité quatre dépasse la mesure. La scène passe à un homme en pardessus acculé contre un mur en train d'apostropher son assaillant. La double page suivante décrit un carnage sans nom dans lequel le chaos et les détails se disputent... Lire la critique de Hard Boiled

Avatar Presence
10
Presence ·

Critique de Hard Boiled par trevorReznik

On lisant Hard Boiled, on retrouve à peu près toutes les thématiques chères à Miller : on est dans un futur proche gangréné par la consommation, l'ultra-violence et le sexe. Mais bon, il a déjà développé tout ça de manière plus intéressante (ne serait-ce que sur les scénarios des Robocop), car ça n'est pas la peine de chercher une histoire ici, il n'y en a aucune. Et du coup, on enchaine les... Lire l'avis à propos de Hard Boiled

Avatar trevorReznik
4
trevorReznik ·

Critique de Hard Boiled par GarrigouFrdric

Réédition chez Delcourt, avec un an de retard. Alors bon, côté scénar, faut pas s'attendre à grand chose. ça tient sur un ticket de métro. par contre, visuellement, c'est un pur délire ultra violent et ultra détaillé. Chaque planches fourmillent de détails, et ça se lâche, avec beaucoup de pleines pages. j'ai bien aimé la petite référence à la série Martha Washington, surtout quand on sait que... Lire l'avis à propos de Hard Boiled

Avatar GarrigouFrdric
8
GarrigouFrdric ·
  • 1
  • 2