👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La Justice League tente d’arrêter l’Enchantress, qui a visiblement pété une pile et a matérialisé plusieurs June Moon sur une voie rapide… June Moon, c’est normalement l’hôte de l’entité Enchantress. Leur séparation est quelque peu douloureuse, surtout pour les June Moon légèrement « zombifiées » qui se baladent et se font percuter par des voitures. La Justice League est tenue en echec, et il en revient à Zatanna (la magicienne au bagou et au physique désarmant) et Madame Xanadu (qui a des visions apocalyptiques plein la tête) de contrer cette menace. Elles vont devoir s’allier avec d’autres héros aux pouvoirs mystiques. A commencer par Rac Shade (qui a une veste colorée très spéciale…), Deadman (un fantôme… plutot logique comme nom) et John Constantine (qui n’a pas spécialement envie de se coltiner ce petit monde).

Un principe plutôt cool que cette Justice League Dark portée sur le mysticisme et la magie. Enfin, on dit Justice League, mais elle n’en porte pas officiellement le nom. Pour ce premier tome, on peut sentir que le démarrage est difficile, aussi difficile sans doute que de réunir des caractères de personnages à tendance légèrement solitaire (Constantine et Deadman en tête) dans une équipe de personnes sensées fonctionner de concert. On trime un peu avec eux en quelques sortes. Les caractérisations sont très bonnes, on retrouve quelques relations qu’on croyait perdues après le relaunch, ainsi Zatanna et Constantine ont toujours un passé commun (qui date de l’univers Vertigo, dans la série Hellblazer qui vient de se terminer après 300 numéros…), Deadman est toujours en compagnie de Dove (depuis Brightest Day…) mais plus pour longtemps (voir, ou ne surtout pas voir, le bousin Hawk & Dove), Xanadu connaît tout le monde on sait pas trop comment… Bref. Même si tout est nouveau, on a l’impression d’évoluer en terrain connu et on savoure.

A noter cependant que l’apparition de la Justice League (la vraie) dans le première partie est vraiment éphémère et passe vite à la trappe. Sans doute pour attirer le chaland ! On se demande d’ailleurs pourquoi leur « abandon » n’a pas été évoqué. Ils disparaissent, point. Alors qu’ils ne sont pas franchement d’accord pour laisser la main (enfin, surtout Batman). Dommage. Pas que ça compte que la Justice League intervienne, en fait je m’en fiche. Mais j’aurais voulu qu’ils concluent ça proprement.

Mais ce n’est que du détail. Au delà de ça, l’histoire est bien ficelée. Elle tourne surtout autour de « comment va-t-on percer l’esprit de l’Enchanteresse démente ? » et finalement ça suffit. Avec cependant l’intervention de June Moon (la vraie) qui a aussi son rôle à jouer dans cette histoire.

C’est fun, les personnages sont très sympas et on en redemande. Ça demanderait juste un peu de cadrage de temps en temps. Y’a souvent beaucoup de personnages et de situations à suivre, on peut vite se perdre, mais on a connu bien pire aussi, alors on relativise et on se force un peu. A noter surtout l’intrigue autour de Rac Shade (sans doute le personnage le moins réussi) qui est assez étrange à suivre et à comprendre, même si dans l’idée il subit le même sort que les autres : il doit affronter ses peurs.

Niveau dessin, c’est plutôt constant et même très joli je dirais (surtout les visages, y’a rien à redire là dessus). Mikel Janin a un style certes classique mais super propre. Son encrage est de plus, parfait. Cette magie ambiante, ces personnages aux traits marqués, cette nouvelle Zatanna (dont finalement j’apprécie assez le design), ce Constantine posé et fumeur… tout ces petits éléments arrivent à donner une identité à la série. Pas si « dark » qu’on pourrait le croire pour l’instant, mais qui promet de belles heures de magie, le tout dans un ton assez intimiste, ce qui est très peu utilisé dans le reste de la production mainstream, plutôt bourrine et m’as-tu-vu. Surtout pour une équipe super-héroique ! Autre avantage qui se ressent, l’équipe créative est constante tout au long du tome, c’est assez rare pour être signalé !

Pour conclure, un bon départ. Je pourrais dire que ça aurait pu être mieux, mais ce serait bouder mon plaisir. Même si la suite (reprise par Jeff Lemire au scénario) s’annonce terriblement jouissive, c’est tout de même un bon moyen de se lancer dans la magie (au sens propre) de l’univers DC. Alors n’hésitez pas trop longtemps ! De plus, Urban publiera bientôt le titre dans DC Saga, nous ne savons pas à partir de quel numéro, mais nous verrons bien…
Freytaw
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Comics, l'intégrale des New 52 en TPB et Chonologie DC - Post-Flashpoint

il y a 9 ans

11 j'aime

2 commentaires

In the Dark - Justice League Dark, tome 1
Pierri
8

(Not) alone in the dark

La "Justice League Dark" est un de mes coups de coeur de la série des NEW 52. Ici les héros sont tous assez déjantés: un fantôme pervers, un mage plein de vices, un vampire doté d'une âme, une...

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

In the Dark - Justice League Dark, tome 1
ifhan
8

Dark Was The Night

Après un épisode d'introduction un peu brouillon, Peter Milligan parvient rapidement à trouver le ton juste pour chacun de ses personnages (mentions spéciales à Deadman, Zatanna et Constantine) et à...

Lire la critique

il y a 8 ans

1 j'aime

In the Dark - Justice League Dark, tome 1
Siestacorta
8

Critique de In the Dark - Justice League Dark, tome 1 par Siestacorta

C'est plus orienté magie que vraiment "daaaaaark".... Pour ceux qui aiment John Constantine, vous trouverez peut-être qu'il perd du caractère. L'intérêt est plutôt, je crois, de voir une partie...

Lire la critique

il y a 9 ans

La Chasse - Animal Man, tome 1
Freytaw
10

Juste parfaitement horrifique !

Pour moi, comme pour beaucoup apparemment, cette série est mon coup de coeur du relaunch DC. On y découvre un personnage complexe, Buddy Baker, pour qui la vie de super-héros et la vie de famille...

Lire la critique

il y a 10 ans

18 j'aime

10

La Cour des hiboux - Batman, tome 1
Freytaw
8

On aurait du y penser plus tôt...

Le lien entre la chauve-souris et le hibou n'avait jamais été aussi bien exploité qu'ici ! Snyder explore ici le côté prédateur du hibou pour le retranscrire dans un (ou plusieurs) nouveau(x)...

Lire la critique

il y a 10 ans

18 j'aime

Élégie pour une ombre - Batwoman, tome 0
Freytaw
9

Une chauve-souris rouge sang

On pourrait facilement se dire que cette mode de vouloir féminiser les héros est parfois proprement ridicule. Surtout qu'on a déjà une Batgirl... Et pourtant... Ça serait une erreur grossière que de...

Lire la critique

il y a 11 ans

18 j'aime

6