Dark Columbo.

Avis sur Inspecteur Kurokôchi

Avatar Cosmoclems
Critique publiée par le

Au delà de l'image d'Epinal d'un pays de respect, de droiture et d'honneur, le Japon est gangréné par ses scandales administratifs, financiers et bancaires, et la collusion récurrente entre politiciens et yakuza, cette mafia qui souvent a pignon sur rue.
Ce manga se donne comme sujet l’exploration de ce milieu, au travers de deux policiers. Shingo Seike, un jeune administrateur de la l’Agence Nationale, droit et intègre muté dans la deuxième brigade d’investigation, et Keita Kurokôchi un flic corrompu, un vieux de la vieille, adeptes des pots de vin, et détenteurs de secrets compromettants sur la sphère politique et administrative de sa ville.
Assez vite pourtant le jeune policier à la vision naïve du monde, va comprendre que Kurokôchi a des intentions plus lointaines et nobles que les apparences ne le font penser, et que pour combattre un mal il faut parfois utiliser des méthodes…peu conventionnelles.
Thriller oscillant entre sérieux et humour, ce premier tome d’une série en cours de huit volumes (déjà adapté en série live, drama), et un très agréables moment de lecture. Le duo opposant droiture et décadence, candeur et roublardise, fonctionne à merveille. Si la série se veux réaliste, l’exagération volontaire des émotions, comportements, et situations offre paradoxalement son lot d’éclats de rire, tout en abaissant la tension de situations parfois assez glauques.

Avec ce premier volume accrocheur, le scénariste Takashi Nagasaki (connu pour son travail avec Urasawa sur des séries comme Billy Bat et Monsters) et le dessinateur (au trait élégant entre réalisme et exagération) proposent un travail plaisant, et une lecture détente prenante façon thriller sur la plage, ce premier volume donne vraiment envie de continuer l’aventure.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 303 fois
1 apprécie

Autres actions de Cosmoclems Inspecteur Kurokôchi