👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Faire un résumé de Jojo’s Bizarre Adventure (JBA) n’est pas chose aisée, en effet dans ce Shônen plus qu’atypique, l’histoire est découpée en saisons/parties et suis les pérégrinations de la famille Joestar sur plusieurs générations.

Même si les différentes parties qui composent JBA sont très indépendantes entre elles et peuvent se lire indépendamment les unes des autres puisqu’elles introduisent à chaque fois une époque et un protagoniste différent, il est toujours mieux de commencer par le commencement pour saisir toutes les subtilités de ce monument du Shônen injustement boudé chez nous….
Cette saga est comme je l’ai dit, composée de différentes parties avec différents héros. Dans chacune, le héros se retrouve surnommé JoJo car c'est la succession de 2 syllabes dans son nom et son prénom.

Monument du Shônen créer en 1987, toujours en cours de publications actuellement (avec plus de 100 volumes parus) et ayant fêté ses 25 ans d’existence en 2012.
Jojo Bizarre Adventure (JBA pour les intimes) est une œuvre atypique, novatrice et unique à mettre dans les mains de tous les amateurs de Shônen et de manga en général même si avec son graphisme original et atypique, il rebute le lecteur habitué aux Shônen "classique" qui passe ainsi (et a tort) son chemin…

Même si les 2 premières saisons souffre d’un graphisme assez spécial (Lourd, sombre, tordu, peu facile d'accès, et fouillé voire trop), qui est loin d’être apprécié par tous et demande un certain temps avant d'être décodé et apprécié :

Musculature plus qu’impressionnante pour les personnages (surtout dans les premières parties très inspiré graphiquement de Hokuto No Ken)
Le découpage des planches est aussi loin des classique du genre ; Découpage en diagonale, perspectives insolites, planches chargée, grands dialogues, voire monologue…
Niveau personnages on retrouve des accoutrements extravagants avec de nombreux bijoux et accessoires, les persos portent de nombreux symboles originaux et prennent régulièrement des poses atypiques, impossible anatomiquement parlant avec un coté très « Gay-Friendly » qui risque d’en rebuter plus d’un !

Araki ayant une formation de styliste à la base, ceci explique certains points du graphisme notamment les fameuses poses.
JBA est une œuvre extravagante, servie par un graphisme et des personnages originaux et par une violence crue et exacerbée , accentuant ainsi le côté original et atypique de la saga.
Le dessin de Araki est unique et assez éloigné des productions Japonaises surtout de type Shônen.

Araki, avec des éléments déroutants, comme une violence exacerbée ( le sang est omniprésent ) et une tendance à l'exotisme (peu de partie se passe au Japon), n'oublie pas de faire de nombreuses références à la culture pop occidentale et surtout musicale, en effet quasiment tous les Stands possèdent ou un nom de groupe de musique ou un titre de chanson (Grateful Dead, Another bite the dust, Red Hot Chili Peppers, Notorious BIG …)

Les combats dans JBA sont d’ailleurs plus proches de la résolution d'une énigme que d'un simple combat, car en effet les protagonistes, ne doivent pas seulement être fort mais plutôt rusé et intelligents, car une bonne connaissance de son pouvoir doublé d’une analyse efficace du pouvoir adverse s’avèrent bien plus utile et plus efficace que la force brute !

Araki grâce à son ingéniosité scénaristique arrive à retourner des situations que l’on donnait pour « jouer d’avance » et de fait nous tient en haleine de chapitres en chapitres, d’autant que la résolution d’un problème ou d’un combat est en général +- plausible et cohérente et pas « cappilo-tracté » comme dans certains Shônen que je ne nommerais pas…

Ici pas question d'avoir recours au cliché habituel du Héros, qui se relève à bout de forces et va puiser dans ses ultimes ressources pour vaincre…
Pas non plus de combat qui s’étalent en longueur sur 3-4 volumes et qui de fait finissent par en devenir indigeste !
Certes, l’univers est cru et violent voire très violent mais pourtant le tout est moins glauque ou dérangeant que certains Shônen classique que j'ai pu lire.

Dans JBA , contrairement à beaucoup de Shônen les héros ne sont d’ailleurs pas à l'abri de la mort définitive, en effet chaque partie voit son lot de personnages principaux et/ou charismatique mourir et ce définitivement ! (Kishimoto prend en de la graine^^)

Le suspense, est donc omniprésent, et ponctue ainsi chaque combat, vu que les héros , même principaux et/ou charismatique peuvent mourir (et meurent) à tout moment, ce qui renforce encore l’originalité et l’attrait pour la série.

De ce fait nombre d’affrontement sont devenus des légendes voire des références du Shônen et du manga en général…
Les héros s'en sortent avec leurs intelligence et leurs pouvoirs uniquement : Pas d’aide providentielle, d’amis surgissant de nulle part ou de coup de chance extraordinaire…
La victoire n'est jamais acquise et souvent le prix à payer pour obtenir ladite victoire est lourd voire amer…

Peu ou quasi pas de combat loyaux dans JBA, en effet les protagonistes n'hésitent jamais à s'y mettre à plusieurs contre un, toutes les tricheries et tous les coups bas sont autorisés, alors qu'ils sont régulièrement absents des shōnen classiques ou on se retrouve généralement face à des combat +- réglo.

Les Stands sont la révolution et la marque de fabrique de JBA, Stands qui représentent le psyché de la personne, son esprit combatif et bien évidemment en fonction de la personne, le pouvoir et l'apparence du stand changera.
Araki est parti du principe que l'on ne savait jamais vraiment comment fonctionnait les pouvoirs d'un héros. Avec les Stands, il contourne ce problème, vu qu'Araki prend toujours soin d’expliquer clairement le fonctionnement et les pouvoirs d’un stand (Force, portée, pouvoir, potentiel...
JBA est une série qui a su se renouveler (grâce notamment au principe des saisons) tout en gardant les ingrédients qui on fait son succès ; originalité, inventivité, rebondissement et surtout le coté sans concession et sans compromis d’Araki envers ses Héros…

Devenu aujourd’hui une référence ayant inspiré nombre d’auteurs de Shônen (mais pas seulement) JBA est à lire ne fut-ce que pour toute les innovations apporté par celui-ci !

Quelques allusions/références à JBA dans d’autres manga ;

Pour moi l'inspiration de JBA dans Hunter X Hunter, est la plus frappante; Le principe du Nen est clairement similaire aux Stand, l'apparence d'Hisoka est inspirée de Dio Brando, en plus, ils ont tous deux une marque en forme d'étoile (sur le visage pour Hisoka, sur la nuque pour Dio) en plus d’être le méchant emblématique de « leur » manga. D'autre personnage de HXH (en plus d'Hisoka) font clairement référence a des personnage de JBA (Pamu est étonnamment ressemblante a Yukako Yamagishi de la partie 4 et pas que physiquement d'ailleurs )

Dans Yu-Gi-OH!, aussi ou le look du héros est clairement inspiré de celui de Jôtarô. De plus, le système de combat des Kâ rappelle immanquablement les Stands de JBA.

Nobuhiro Watsuki (Kenshin le Vagabond), reprend les poses étranges de JBA dans Busô Renkin, le héros est par ailleurs un grand fan du dessinateur de manga Rohan Kishibe (personnage de la 4eme partie qui aura d’ailleurs sa propre histoire ; Rohan au Louvre).

Et je ne compte plus les clins d'œil aux cris de guerre de Jotaro , Dio etc (Ora Ora Ora, Muda Muda Muda…) ou les « clins d’œil à JBA dans d’autres séries.

Mais pourtant tout n'est pas rose pour JBA, en plus d'un graphisme déroutant , les scènes d'action sont parfois un peu "fouillis" et donc parfois assez dur a décrypter (même si Araki prend quasiment toujours le soin de tout expliquer) ,mais le principal problème reste quand même les éditions des volumes papier ;

D’abord édité par la défunte branche manga des éditions J’ai Lu, ces 4 premières parties (46 tomes) sont aujourd’hui quasiment introuvable ou alors à prix d’or.
Tonkam s’est chargé de reprendre le flambeau avec la publication des parties 5, 6 et 7 (en cours) et après avoir d'abord réédité la partie 3 (vu que c’est celle qui a rencontré le plus de succès mais surtout qui a véritablement et durablement installé la saga) réédite actuellement les parties 1-2 & 4 !

JoJo's Bizarre Adventure
Zushi
10

L'histoire sans fin

Jojo's Bizarre Adventure est une série fleuve et culte débutée en 1987 et qui est toujours en cours de publication au Japon. La série fait actuellement 97 volumes, le tout constitué de 7 parties...

Lire la critique

il y a 11 ans

21 j'aime

5

JoJo's Bizarre Adventure
elgooki
9

Le cerveau est un gros muscle.

Hormis ma note de fanboy (et je l' assume parfaitement); Jojo est un ovni dans l' univers du shonen. Un des plus atypiques autant dans son fond que dans sa forme. Ce qui lui donne du caractère; chose...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime

JoJo's Bizarre Adventure
JérémyRossier
9

Critique Mangas/Comics #22 : Jojo's Bizarre Adventure

Nani ? Une critique de jojo qui pop comme ça ? Ba oui mon coco / ma cocotte . Voici donc mon avis sur ce fabuleux manga qu'est Jojo's Bizarre Adventure , qu'on raccourcira juste en jojo :p . Sorti en...

Lire la critique

il y a 3 ans

8 j'aime

13

Le Château de Cagliostro
Lupin_the_third
5

Le hold-up de Miyazaki

Premier film de Hayao Miyazaki, Le Château de Cagliostro est un film d’animation ultra connu. Si c’est un bon film en soi, quand on connais l’Univers de Lupin The Third c’est pourtant un très mauvais...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

2

The Promised Neverland, tome 1
Lupin_the_third
6

Surcoté !

« Original, imprévisible, un twist de dingue », voilà quelques-uns des superlatifs que j’ai pu lire sur ce titre…Et bien je l’ai lu et je suis pas aussi enthousiaste que ça. Critique sans spoil...

Lire la critique

il y a 4 ans

9 j'aime

7

Bakuon Retto
Lupin_the_third
9
Bakuon Retto

Un furyô manga autobiographique

Vous avez aimé GTO et/ou Young GTO, Racailles Blues & consorts et en particulier les "racailles" qui en peuplent les pages ? Les loubards décolorés et leurs imposante motos ont toujours exercés...

Lire la critique

il y a 6 ans

9 j'aime

7