Petit plongeon dans la folie^^

Avis sur Joker Anthologie

Avatar Romain Bouvet
Critique publiée par le

Depuis 1940, un criminel au costume criard et au sourire carnassier hante les rues de Gotham City, terrorisant autant les honnêtes gens que les truands, osant les braquages les plus audacieux et laissant dans son sillage une traînée de cadavres au rictus permanent. Son nom évoque l’atout maître des jeux de cartes : le Joker !
Dans cette anthologie inédite, découvrez les plus grands méfaits du Clown Prince du Crime, opposé à ses pires ennemis, les justiciers Batman et Robin. De sa première apparition sous la houlette de Bill Finger, Bob Kane et Jerry Robinson, jusqu’à l’Homme qui rit, ses origines remaniées par Ed Brubaker et Doug Mahnke, les plus grands noms du comic book vous offrent les récits les plus fous du plus célèbre des vilains.

Quand on me dit méchant dans les comics, je pense de suite au Joker. Et d’ailleurs lorsqu’on me dit méchant tout court je pense au Joker. Tant l’ennemi si particulier de Batman a su prendre autant de place que Batman lui-même dans son univers et même au-delà. Certes il n’y a pas de Joker sans Batman, mais il n’y a pas de Batman sans le Joker. Les deux sont des éléments inséparables ! La différence entre le Joker et les autres méchants ? C’est très simple, le Joker est méchant et ce, sans raison particulière ! Il en a juste l’envie ! C’est sans doute ce qui le rend aussi imprévisible et dangereux. Et Urban a décidé de rendre hommage au Clown Prince de Crime à travers dix-huit histoires sorties de son passé plus ou moins lointain, mais toujours plaisantes à lire. Dix-huit histoires nous permettant de découvrir ou redécouvrir sa folie s’abattant sur Gotham City. Et dix-huit histoires où l’on se rend compte que le Joker s’amuse à nous envoyer dans tous les sens dans la recherche sur son identité et sur la cause de sa folie.

LE grand défi de ces anthologies pour l’éditeur, ici Urban, est d’arrivé à proposer des choses intéressantes et pertinentes tout en devant se passer de tout le matériel déjà publié et qui pourrait faire doublon. Vu tout ce qui a été publié sur Batman depuis qu’Urban Comics édite DC Comics en France, le Joker a forcément déjà eut son lot, impressionnant d’apparitions. Défi remporté haut la main avec cette Joker Anthologie, qui a travers de très bonnes histoires et un contenu éditorial tellement riche en explications, qui permettent de se faire rapidement une mise en situations et dans le contexte. Un merveilleux moyen de découvrir le Joker, ou le redécouvrir, lui et sa folie.

Vu la taille du pavé, je vais me contenter de revenir sur quelques méritant le détour. Pas facile tant le sommaire de cette anthologie est de qualité.

-Batman #1 ! La première apparition du Joker, alors adepte du meurtre. Un Joker mois « amusant » que celui que nous connaissons. Cela a vieilli, c’est indéniable, mais cela reste du Bill Finger et du Bob Kane. Dès sa première histoire, déjà, on sent que le Joker n’est pas un ennemi comme les autres, avec son visage particulier et son costume haut en couleurs, diamétralement opposé au noir qui entoure Batman.
-Les Exploits Burlesques du Joker, est un bel épisode hommage à tous ces comiques silencieux qui ont su nous faire rire à travers les âges, et qui permet au Joker de s’en donner à cœur joie dans son domaine de prédilection : la farce !
-Les Cinq Vengeances du Joker, épisode sublimé par les dessins de Neal Adams (Sans doute le plus beau de cette anthologie, avec Mort de Rire, dessiné par Alan Davis) et écrit par Dennis O’Neil. Nous sommes au début des années soixante-dix, et le Joker redevient le tueur qu’il était à ses débuts.
-Rires dans la Nuit de Paul Dini et John Byrne, qui nous ramène aux bons souvenirs de la formidable série animé de Bruce Timm qui a bercé notre enfance !
-L’Homme qui Rit ! D’Ed Brubaker et Doug Mahnke. L’histoire qui justifie à elle seule l’achat de cette anthologie. Comme souvent avec Ed Brubaker, nous avons le droit à une très bonne histoire avec une narration tellement juste. Narration qui se partage entre James Gordon et Batman. Oui, l’inspiration du Batman Year One de Frank Miller n’est pas loin. Véritable bijou scénaristique, où Batman et Gordon s’interrogent sur l’évolution de leur ville, sur les causes de tout ce désordre et sur le pourquoi du Joker !

Toutes les histoires proposées sont passionnantes. Hormis Batman #23.1, histoire tirée du Villain Month et étant absolument ridicule tant par la qualité que par l’histoire que l’on nous pond sur le Joker… Limite un peu honteux à côté des autres histoires présentes.

Grâce à cette anthologie on comprend bien, que peu importent les époques et les mœurs, le Joker reste égal à lui-même un fou intelligent se satisfaisant de ce qu’il ait et n’ayant pour seules ambitions son bien être et embêter Batman. Que seraient-ils l’un sans l’autre ? Il est amusant de voir d’ailleurs certains épisodes se terminer avec Batman tenant le Joker par l’épaule, lui racontant une petite blague, ou se moquant de lui gentiment. Des images illustrant à merveille le terme de meilleurs ennemis. On arriverait presque à croire qu’ils sont amis, en même temps ils se pratiquent depuis tellement longtemps !

Bref, cette anthologie nous fait découvrir quelques uns des plus vilains tours du clown indissociable de Batman. Une anthologie où les lecteurs prendront plaisir à lire ou à relire les histoires proposées. Des histoires qui nous permettent de suivre l’évolution du Joker, une évolution au rythme de sa folie.
Comme toujours avec Urban, un travail éditorial d’exception, où nous avons le droit à un flot d’informations passionnantes.
Mais s’il n’y avait qu’une chose à retenir du Joker, c’est le plus surprenante et la plus inquiétante ! Nous ne savons rien, au final, du Joker ! Hahahahaha !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1636 fois
11 apprécient

Romain Bouvet a ajouté ce comics à 1 liste Joker Anthologie

Autres actions de Romain Bouvet Joker Anthologie