Et si Harley Quinn avait été un homme

Avis sur Joker: Killer Smile

Avatar Phyyrus
Critique publiée par le

Avec une couverture et un style visuel chatoyant sur le grand génie diabolique qu'est le Joker, je me suis évidemment jeté sur cette BD les yeux fermés… avec regret.

Le Joker est dépeint ici avec une manière de s'exprimer qui lui va assez peu. Mais outre ce personnage nous avons notre protagoniste : un psychiatre qui veut tenter de "guérir" le fameux Joker, tout comme nous le rappelle le récit d'un certain doc Quinzel…

Subtilité n'est pas un mot qui s'associe avec cette BD.

À partir d'ici, des SPOILS

Doté d'un twist facile du genre "En fait c'est moi le fou depuis le début !", qui en plus n'était justifié par aucun élément ou ni même mis en indice. De plus le personnage ne tue pas sa famille comme prévu grâce au sophistiqué pouvoir de l'amour. Bah oui, c'est quand même le héros de l'histoire après tout…

Le découpage est vraiment moyen la plupart du temps, il ne raconte pas grand chose. De la grammaire basique je dirais, qui conviendrait d'ailleurs mieux à un téléfilm. Cela rend les dialogues très inintéressant à regarder, autant juste les lire.

Le visuel du Joker est très très pauvre, il ne subsiste de lui qu'une parodie. Ce n'est plus qu'un homme pale avec des expressions d'un jeune ados devant une caméra avec un filtre.
Ici pas de contour noir aux yeux. Les cheveux sont courts et verts très foncés, ils en deviennent finalement noirs. Le moins de couleurs vives possibles, donc le contour rouge de son peu fréquent sourire (ici oui) ressemble à de la confiture sèche que l'on pourrait confondre avec une grosse croute.

Généralement, les planches se veulent réalistes, comme le récit. Mais chaque personnage ressemble finalement à un pauvre gars perdu qui exagère autant qu'il le peut. Batman est sûrement le plus ridicule, le joker le plus moche, et notre protagoniste le plus ridicule, surtout quand il s'énerve d'une case à l'autre parce que le Joker sait une chose sur lui ou sa famille.
Le tout est trop brusque, il ne prend pas son temps, il n'instaure pas d'ambiance particulière que celle du dégout, mais par rapport à ce qu'est la BD, et non l'histoire.
Elle se veut dramatique et viscérale, mais je n'ai pas eu de surprise ou d'étincelante nouveauté.

Pour faire simple, autant dire que la psychologie n'est à aucun moment crédible. Notre idiot principal se met facilement dans tous ses éclats. Il lui faudrait un psy.
Comme si ma déconcertassions ne suffisait pas, l'intrigue est accompagnée d'une petite histoire qui trouve plus tard une place pitoyablement évidente dans l'histoire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 116 fois
2 apprécient

Autres actions de Phyyrus Joker: Killer Smile