Avis sur

La Cour des hiboux - Batman, tome 1 par Ninesisters

Avatar Ninesisters
Critique publiée par le

J'ai la bêtise de considérer que pour bien lancer une nouvelle série – ou relancer une série, dans le cas présent – il vaut mieux frapper fort, à la fois pour marquer le coup et pour donner envie aux lecteurs d'en voir plus. Si j'en parle, c'est car le premier chapitre de la fournée The New 52 de Batman, publié en France dans le périodique Batman Saga, n'incite pas spécialement à lire la suite, un phénomène d'autant plus rageant que nous sommes en présence de la tête de pont d'une flopée de nouveaux titres liés au Dark Knight. Pire, cette entame se ferme sur une révélation putassière, censée choquer le lecteur mais sans impact, et qui n'aura d'ailleurs aucun impact sur la suite du récit... Un « cliffhanger » artificiel et sans intérêt. Tout cela commence mal !

Pourtant, une fois pris dans sa globalité, cet arc de La Cour des Hiboux s'avère bien meilleure que cette piètre introduction pouvait nous le laisser croire, ce qui au passage le rend encore plus frustrant. Le scénariste fait ici le choix de ne pas céder à la facilité en reprenant un des ennemis traditionnels de notre homme chauve-souris, puisqu'il va introduire une menace inédite liée aux origines de Gotham City, une menace pesant moins sur l'identité secrète de Bruce Wayne que sur la famille Wayne dans son ensemble, et c'est en cela que La Cour des Hiboux nous révèle une véritable originalité.

Ici, Gotham City devient un personnage à part entière, et nous en apprendrons plus sur ses fondations, mais aussi sur le passé de Bruce Wayne et de son majordome Alfred Pennyworth. Les auteurs nous proposent un récit bien écrit, bien dessiné, avec un héros qui va se montrer anormalement perturbé par une affaire qui le renvoie à sa famille et même à ses propres parents.
Entendons-nous bien : Batman est un personnage sur lequel tant de grands artistes se sont penché, qui a eu droit à tant d'histoires mémorables, que La Cour des Hiboux n'apparait en comparaison que comme un arc distrayant mais mineur, loin d'être indispensable. Toutefois, il faut bien reconnaitre que si le but de DC Comics, avec The New 52, est d'attirer vers le format papier une nouvelle génération de lecteurs, alors aucun doute : ils ont trouvé la bonne recette avec La Cour des Hiboux. Un titre accessible, rythmé, parfait pour découvrir l'univers de Batman.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1259 fois
6 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Ninesisters La Cour des hiboux - Batman, tome 1