👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La qualité première d’un Album d’Astérix, c’est qu’on a l’impression de vivre une grande aventure. Le bouclier Arverne, le tour de Gaulle, le Domaine des Dieux…, après une brève mise en place les événements s’enchaînent, l’histoire est riche, les situations variées et cela se terminent invariablement par un banquet au clair de lune.

Ici, pas grand-chose. En spoilant un peu, on peut résumer l’histoire en trois phrases :

Adrénaline arrive au village
Adrénaline fugue et monte sur un bateau
Astérix et Obélix la ramène au village


En guise d’aventure, on a droit à une petite escapade qui suffirait à peine si c’était un prologue. Est-ce parce que les cases sont plus grandes et moins nombreuses que dans le passé ? Ou parce qu’il y a moins de texte ? En tout cas, malgré le talent graphique de Didier Conrad qui livre un travail impeccable, je suis resté carrément sur ma faim.

L’héroïne de cette histoire, Adrénaline, n’a pas une personnalité particulièrement développée, ni séduisante. On sait qu’elle aime prendre des poses héroïques et autoritaires, comme sur la couverture, et qu’elle rejette l’héritage guerrier de son père sauf quand on lui résiste, auquel cas ça ne la dérange plus de clamer bien fort le nom de Vercingétorix. Elle n’en fait qu’à sa tête, donne des ordres à tout le monde, se plaint quand on la protège, se plaint quand on ne la protège pas.
Bref, elle fait chier.

De leur côté, Astérix et Obélix traversent l’histoire en touristes, non sans se faire occasionnellement traiter de ploucs par les adolescents du village.

Relégués avec les figurants, les irréductibles tentent vainement de tromper leur ennui en frappant quelques romains. Insuffisant pour redonner le sourire à Obélix, ouvertement nostalgique de ses glorieuses missions à l’étranger.
Comme nous tous, mon vieil Obélix. Comme nous tous…

Tanaziof
4
Écrit par

il y a 2 ans

14 j'aime

La Fille de Vercingétorix - Astérix, tome 38
EricDebarnot
4

Corbillard, adolescence et obésité.

On ne doit pas tirer sur une ambulance, et encore moins sur un corbillard. Il y a longtemps qu'Astérix est mort, avec Goscinny bien sûr (... il ne se portait plus très bien d'ailleurs même avant !),...

Lire la critique

il y a 2 ans

32 j'aime

La Fille de Vercingétorix - Astérix, tome 38
Lordlyonor
8

L'adolescence est le seul temps où l'on ait appris quelque chose.

Citation de ce bon vieux Marcel Proust Critique un peu plus courte que d'habitude parce qu'entres celles faites cette semaine et celle qui attend demain j'avais besoin de me reposer devant une bonne...

Lire la critique

il y a 2 ans

15 j'aime

7

La Fille de Vercingétorix - Astérix, tome 38
Frenhofer
7

TheVoiceKix

Il aura inquiété, angoissé, énervé, fait polémiquer, cet album d'Astérix ! Et pour cause ! Rien qu'au titre, il suintait cet esprit MeToo qui gangrène les fictions actuelles tout autant sinon plus...

Lire la critique

il y a 2 ans

15 j'aime

19

The Legend of Zelda: Twilight Princess
Tanaziof
10

L'incompris

Link est un bouseux, un vrai de vrai, il vit dans un village avec d'autres bouseux et range des chèvres à la fraiche pour se marrer. Il n'y a pas de prophétie et il n'y a pas de fée, il y a juste...

Lire la critique

il y a 11 ans

111 j'aime

12

The End of Evangelion
Tanaziof
9

Plan de complémentarité de l'otaku

Ce qu'il y a de formidable avec Evangelion c'est que le plus retors des pièges à otakus s'est transformé en une machine "d'otakusation" massive, source éternelle de fan-service et remplisseur notoire...

Lire la critique

il y a 11 ans

41 j'aime

7

Les Furtifs
Tanaziof
4
Les Furtifs

Je suis mi-homme, mi-chien. Je suis mon meilleur ami

Attendu de pied ferme, le nouveau Damasio, et c’est rien de le dire. Après une Horde virtuose, haletante, marquante à tous points de vue, comment ne pas piétiner d’impatience ? Le livre est...

Lire la critique

il y a 3 ans

30 j'aime

11