La Platitude avant la tempête !

Avis sur Le Bâton de Plutarque - Blake et Mortimer, tome 23

Avatar Plume231
Critique publiée par le

Vous vous souvenez de l'intensité et de l'énergie qui règnent du début jusqu'à la fin dans Le Secret de l'Espadon ? C'est incroyable. C'est vraiment un album d'une puissance qui vous laisse coi. Et les fulgurances visuelles de ouf. Jacobs était vraiment un géant.

Bon... oh put..., cela va être dur de redescendre et de condescendre à parler du Bâton de Plutarque après cela.

Bref, juste après L'Onde Septimus, qui est une suite inutile et ratée de La Marque jaune, Le Bâton de Plutarque, qui est un préquel inutile et raté du Secret de L'Espadon.

C'est incroyablement mou. J'ai bien compris qu'en plaçant le truc à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Sente voulait faire un peu "calme avant la tempête" avant un conflit pire encore, mais quand même... Là, malgré le fait que le Seconde Guerre mondiale ne soit pas la toile de fond la plus reposante qui soit, il n'y a même pas une petite brise.

L'espionnage remplace totalement l'action du premier album de Jacobs, OK, pas de problème. La Seconde Guerre mondiale se prête très bien aussi à l'intensité du suspense. Ouais, mais avec un camp soi-disant ultra-secret et ultra-protégé qui est une véritable passoire, où on peut voler sans problème des documents importants, où tout le monde connaît inutilement tous les agissements de tous leurs collègues, car rien ne leur est caché (au lieu de je ne sais pas, juste savoir le minimum pour pouvoir accomplir son travail et éviter ainsi de balancer des informations trop compromettantes en cas de capture par l'ennemi ou si la personne travaille pour ce dernier !), avec un traître qu'il n'est pas difficile d'identifier dès sa première apparition (d'ailleurs, s'il a un contact avec un agent ennemi, c'est crédible que ce dernier aille le prendre en voiture juste devant le domicile d'un ponte des services secrets et pas, je ne sais pas, quelques rues plus loin, dans un coin plus discret, à l'abri des regards ? c'est crédible aussi que surpris à espionner par un gardien du lieu soi-disant ultra-secret, aucun signalement ne soit fait de ce comportement suspect ou même qu'il soit immédiatement arrêté ?), oui, bon, avec tout ça, je ne peux rien prendre au sérieux, désolé.

Et, conséquence, en partie à cause de toutes ces conneries, je n'ai jamais ressenti la moindre sensation de danger pour le duo (alors que dans Le Secret de l'Espadon, elle était omniprésente... non, j'arrête la comparaison, ça fait trop mal !). Ah si, Mortimer est attaqué par des singes... ouah, c'est terrifiant... oh la la la la... (au même moment, il faut signaler que les ennemis envoient des messages secrets avec des lumières visibles à des kilomètres ! Euh, secrets ?)

Et le dessin, ben, comme c'est de plus en plus une habitude avec Juillard, il est bâclé.

Non, je n'ai même pas envie de m’appesantir plus longuement sur cette merde. Un conseil, lisez ou relisez plutôt Le Secret de l'Espadon pour savoir ce qu'est un Blake et Mortimer qui déchire grave. Autrement, ce serait peut-être bien de faire du neuf avec du neuf, non ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 215 fois
14 apprécient · 2 n'apprécient pas

Plume231 a ajouté cette bd à 1 liste Le Bâton de Plutarque - Blake et Mortimer, tome 23

  • Sondage Bd
    Cover Les meilleurs albums de Blake et Mortimer

    Les meilleurs albums de Blake et Mortimer

    Avec : Le Piège diabolique - Blake et Mortimer, tome 9, La Marque jaune - Blake et Mortimer, tome 6, Le Secret de l'Espadon (1/3) - Blake et Mortimer, tome 1, S.O.S. météores - Blake et Mortimer, tome 8,

Autres actions de Plume231 Le Bâton de Plutarque - Blake et Mortimer, tome 23