Dossier Noir!!

Avis sur Le Dossier noir - Grant Morrison présente...

Avatar Romain Bouvet
Critique publiée par le

Et bien voilà, ça y est. Nous arrivons à la moitié de cette série. A la moitié de Grant Morrison présente Batman. Après un tome trois absolument génial au niveau scénaristique, que nous réserve ce quatrième opus ?
Qu’est-il arrivé à Bruce Wayne ? Quel sort lui ont réservé les troupes de Darkseid lors de la « Crise Finale » ? Qui a tué le docteur Carter Nichols, spécialiste du voyage dans le temps ? Quelles sont les vraies origines du Dr Hurt ? Du Club des Héros ? Du Batman de Zur-En-Arrh ? Toutes les réponses se trouvent dans ce Dossier Noir : les aventures qui ont mené Batman et Robin aux frontières du réel !
Le premier arc de ce tome reprend les épisodes 682 à 683 et 701 à 702 de Batman. Nous y apprenons ce qui est arrivé Batman après son crash en hélico avec le docteur Hurt jusqu’à sa disparition face à Darkseid. On y découvre que Batman a été retenu prisonnier par les savants tortionnaires d’Apokolips Mokkari et Simyan. Ils vont prendre un malin plaisir à torturer mentalement notre héros. Nous y découvrons également comment a été créé le Bat-Zombie qu’affronte Dick Grayson dans le Grant Morrison présente Batman tome 3. Tout cela sous l’impulsion, toujours, de Mokkari et Simyan, et avec l’utilisation du Grumeau. Personnage totalement absurde qui s’immisce dans l’esprit des gens. Tandis que les deux savants tentent de leur côté de cloner Batman. Le gros avantage de tout cela c’est que nous revivons des pans complets de la légende de Batman. Grant Morrison traverse plus de 60 ans d’histoires du héros en une cinquantaine de page. Véritable prouesse, véritable hommage. Juste énorme à lire. Tout cela servi par un travail titanesque de Tony Daniel et Lee Garbett aux dessins. Un régal. Le rythme effréné qu’ils mettent en place accélère notre rythme cardiaque au fil des pages. Un chef d’œuvre de mise en page.
Vient ensuite une pure histoire délirante pour notre esprit comme sait si bien le faire Morrison. L’épisode 700 est une enquête à travers le temps, et de voyage dans le temps. Où se mêlent trois Batman. Bruce Wayne, Dick Grayson et Damian Wayne. Sous l’impulsion d’une pléiade de dessinateurs de grand talent, Frank Quitely ou David Finch pour ne citer qu’eux, on en prend encore pleins les yeux.
Deux histoires qui dénotent un peu de ce qu’on a lu un peu jusqu’à maintenant mais qui sont de tels trésors d’ingéniosité et de réflexion. Une vraie pause fraicheur avant de repartir sur un tome 5 très attendu.
Mais le meilleur vient ensuite. En effet après environ 140 pages on en reste là pour ce qui est de Morrison. Mais le tome n’est pas fini, loin de là. Commence alors la lecture du Dossier Noir. Dossier que tient Batman, où il recense toutes ses aventures les plus abracadabrantes, les plus loufoques, les plus bizarres. On se retrouve avec un recueil de plusieurs histoires, dont beaucoup des années 50. Un vrai petit trésor.
On y retrouve tout ce que Morrison a utilisé, utilise et va utiliser dans son Batman. Gros plus, toutes les histoires sont introduites par Morrison lui-même. Avec ses commentaires, ses observations.
Les deux premières histoires traitent du club des Héros, de sa première apparition. De la première rencontre de chacun de ses membres avec leur idole, Batman.
Les deux suivantes ont pour sujet Zur-en-Arrh avec une histoire bien barrée sur la première apparition de cet alter ego, où Batman est téléporté sur un monde où il se retrouve avec les mêmes pouvoirs que Superman. Qu’il utilisera fac à des envahisseurs armés de robots invisibles. Le décor est planté. La seconde histoire nous conte la première apparition du farfadet de la cinquième dimension Bat-ite.
Troisième partie, très intéressante, sur le Docteur Hurt. On démarre avec une histoire sur le père de Batman et le pourquoi de son costume de chauve-souris. Puis vient la fameuse histoire dont on nous parle dans les premiers volumes de Grant Morrison présente Batman, là où Batman a rencontré la première fois le Docteur Hurt et où il se soumet à son expérience, qui au final auront des conséquences dramatiques bien des années plus tard.
La quatrième partie quitte les années 50 et fait un bond dans le temps pour rejoindre les années 90. On traite ici de Barbatos. Superbe récit de Peter Milligan où, pour la première fois nous entendrons parler de ce démon. A l’inverse des trois premières parties, celle-ci ne s’intéresse pas à des références qu’utilise Morrison dans les trois premiers tomes de Grant Morrison présente Batman, mais qu’il utilisera dans les tomes suivants. Et c’est plutôt une bonne chose au vue de la complexité de ce qui arrive^^. Autre gros point positif de cette histoire, le lien étroit que Milligan installe entre Batman et Gotham.
Un petit mot également sur le boulot d’Urban Comics qu’il faut à nouveau saluer. Une superbe édition, de très bons bonus (quelques pages sur tous les protagonistes vus dans le premier arc traversant plus de 60 ans de Batman + une visite détaillée de la Batcave.). Et surtout l’excellente initiative de nous offrir deux papiers. Du papier glacé pour les premières histoires de Morrison, avant de passé à leur excellent papier qu’Urban utilise pour les histoires plus anciennes. Nous offrant encore davantage de plaisir dans notre lecture.
Bref un excellent tome. Et même encore davantage. Alors oui on avance guère dans l’intrigue principale de l’œuvre de Morrison sur Batman. Mais on nous éclaire sur beaucoup de points. Et de plus on a le droit à du très grand Morrison. Et que dire du Dossier Noir véritable plaisir de lecture où l’on peut suivre notre héros dans un univers science-fiction qu’on ne lui connaissait pas. Un ouvrage absolument indispensable !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 223 fois
1 apprécie

Romain Bouvet a ajouté ce comics à 1 liste Le Dossier noir - Grant Morrison présente Batman, tome 4

Autres actions de Romain Bouvet Le Dossier noir - Grant Morrison présente Batman, tome 4