Neo Tacitus - Numen I

Avis sur Les Aigles de Rome, livre 1

Avatar Aqualudo
Critique publiée par le

Dans la droite ligne de la mode antique relancée à coup de Gladiator et autres Rome, la BD n’est pas restée en rade en l’occurrence ici Marini qui s’est engouffré entre deux cohortes de jeunes romaines lassives.
Ce premier album qui a pour but de nous narrer les aventures de deux jeunes hommes devenus frères, Marcus le presque romain et Ermanamer le germain à romaniser en Arminius.

Le scénario est ultra classique : deux frères en compétition, pour la force et les femmes, on est loin de l’invention de l’eau chaude. La grande histoire qui se déroule en arrière plan voit le tout jeune empire romain confronté à une Germanie complexe et insaisissable. Connaissant un poil mon Tacite, je vois où nous allons et il me tarde de découvrir ce cher Varus …

Globalement j’ai passé un bon moment. Le dessin est de qualité, tout comme la colorisation. Rome, chaude et glauque, vit avec une certaine fidélité sous nos yeux lubriques car oui, Marini aime le sexe et Rome le lui rend bien. Les femmes sont belles ou immondes, les seins tombent, sont petits ou gros jusqu’à ressembler à des pis de vaches, les verges tombent ou se redressent bref, on a du cul, mais rien de trop. Effet de mode ou pas, nous sommes dans la Rome de Titus Pullo et, ma fois, c’est assez bien fait pour ne pas gâcher notre plaisir.

Une premier tome fort sympathique donc, montrant une image de Rome plus cohérente que celle véhiculée par Gladiator ou autres péplum propret des années 50-60. C’est clairement en dessous de la série Murena mais ces Aigles valent le détour.
Affaire à suivre …

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 531 fois
12 apprécient

Autres actions de Aqualudo Les Aigles de Rome, livre 1